Vendredi ler septembre
Sur le front de la Somme, notre artillerie s'est montrée très active durant toute la journée. Au nord, une attaque allemande à la grenade sur nos positions du bois de Maurepas a été aisément repoussée.
Au sud de la Somme, nous avons réussi des opérations de détail qui nous ont permis de réaliser quelques progrès au sud du village d'Estrées et au sud-ouest du bois de Soyécourt, où nous avons fait des prisonniers.
Dans la région de Dixmude, l'artillerie belge a exécuté des tirs de destruction sur les ouvrages allemands de la rive droite de l'Yser.
Les Anglais, au cours d'une opération tentée sur Martinpuich, ont capturé 2 officiers et 124 hommes.
Le bombardement de Béthune par l'artillerie allemande a provoqué une riposte de l'artillerie anglaise.
Les Roumains continuent leur progression. Une flottille russe est devant Constantsa.

 
Samedi 2 septembre
En dehors d'une lutte d'artillerie assez vive sur le front de la Somme et dans le secteur de Fleury (rive droite de la Meuse), aucun événement important n'a été signalé.
Trois avions allemands ont été abattus par le tir de nos canons spéciaux. Les deux premiers sont tombés sur la rive droite de l'Oise, le troisième, près de Douaumont.
Les Allemands ont déclanché diverses contre-attaques contre les positions anglaises, entre le bois des Foureaux et Ginchy. Le front attaqué, ainsi que ses flancs, avait été préalablement bombardé et l'ennemi a engagé des effectifs considérables. Cinq assauts se sont succédé, dont quatre ont été repoussés avec de grosses pertes pour l'ennemi. Ceui-ci a réussi au cinquième à pénétrer en deux points et sur un front restreint, dans une tranchée de première ligne.
Les Russes ont attaqué les Austro-Allemands sur un front de près de 400 kilomètres, de la Volhynie aux Carpathes : ils ont fait 15.800 prisonniers, dont 289 officiers. Ils ont aussi capturé 6 canons.
La Bulgarie a remis ses passeports au ministre de Roumanie.
Une révolte a éclaté à Salonique, où l'armée a fait cause commune avec les volontaires qui vont aller combattre les Bulgares.

Dimanche 3 septembre
Sur le front de la Somme activité d'artillerie - surtout dans le secteur de Maurepas. Les Allemands ont dirigé des attaques violentes et répétées sur les éléments de tranchées conquis précédemment par nous au sud d'Estrées.
En Champagne, des reconnaissances allemandes ont été dispersées à la grenade à l'ouest d'Auberive et au sud de Tahure.
Sur la rive droite de la Meuse, nuit agitée. L'ennemi a bombardé nos positions aux abords de l'ouvrage de Thiaumont. Près de Fleury, nous avons arrêté une attaque allemande.
Sur le front anglais, activité d'artillerie.
Les alliés dont l'escadre croise devant le Pirée demandent à la Grèce de prendre des mesures contre les agents officieux allemands.
La Bulgarie a déclaré la guerre à la Roumanie.
La Roumanie annonce avoir fait dans les trois premiers jours de sa guerre 1800 prisonniers.


Lundi 4 septembre
Au nord de la Somme, après une intense préparation d'artillerie, notre infanterie, en liaison avec l'armée britannique, a attaqué les positions allemandes sur un front de 6 kilomètres, de la région au nord de Maurepas jusqu'à la rivière. Balayant les forces considérables de l'adversaire, nos troupes se sont emparées de tous les objectifs fixés : le Forest et Cléry-sur-Somme sont à nous et nous sommes arrivés aux abords de Combles. Entre le Forest et Cléry, nous avons pris également toutes les positions de l'ennemi. Une contre-attaque allemande à gros effectifs, lancée an sud du Forest, a dû refluer en désordre sous le feu de nos batteries, laissant de nombreux morts. Jusqu'à présent, nous avons fait 2000 prisonniers valides. Dans le seul secteur du Forest, nous avons capturé 12 canons et 50 mitrailleuses.
Sur la rive droite de la Meuse, à Vaux-Chapitre, les Allemands ont lancé plusieurs attaques qui ont été repoussées. Peu après, nous attaquions leurs positions à l'est de Fleury. Nous avons progressé en capturant 300 prisonniers.
Les Roumains annoncent 1537 nouveaux prisonniers.
Un raid de zeppelins - ils étaient 13 - a eu lieu sur l'Angleterre. L'un des dirigeables a été abattu aux environs immédiats de Londres.

 
 


     
Mardi 5 septembre
La bataille s'est développée sur les deux rives de la Somme avec un extrême acharnement. Au nord, nous avons progressé à l'est du Forest et occupé la croupe à l'ouest des bois Marrières. De violentes contre-attaques allemandes ont été brisées par nos feux de mitrailleuses qui ont infiigé à l'ennemi de très lourdes pertes. Tout le terrain conquis a été gardé. Le chiffre de nos prisonniers, dans les deux journées monte, de ce côté, à 2500. Nous avons capturé encore 10 mitrailleuses.
Au sud, nous avons attaqué sur 20 kilomètres, de Barleux jusqu'au sud de Chaulnes. Partout nous avons atteint les objectifs fixés. Nous sommes aux abords de Berry et aux lisières nord de Deniécourt. Sur notre droite, nous avons enlevé Soyécourt. Plus loin, de Vermandovillers à Chilly, notre infanterie, sur 4 kilomètres, a emporté le front allemand. Chilly est à nous; Vermandovillers nous apartient en partie. Nous avons fait 2700 prisonniers valides.
Les Anglais ont progressé entre Somme et Aisne, enlevant les défenses ennemies sur 3 kilomètres de front, et 800 mètres de profondeur, y compris le village de Guillemont.
Les troupes britanniques ont pris Dar-es-Salaam, capitale de l'Est-Africain allemand.
Les Russes ont fait 2700 prisonniers sur la Zlota-Lipa, en Galicie.
On confirme l'entrée des Roumains dans Sibiu (Hermannstadt) en Transylvanie.

Mercredi 6 septembre
Malgré le mauvais temps, nos troupes ont progressé sur le front de la Somme.
Au nord, nous avons poussé nos lignes dans la région à l'est du Forest. Nous avons pris d'assaut la ferme de l'Hôpital et le bois Ramette, enlevé une partie du bois Marrières et occuppé une croupe au nord-ouest de Cléry. Nous avons relié nos positions du nord à nos positions du sud de la rivière en enlevant le village d'Omiécourt. De nombreux prisonniers ont été faits au cours de la journée.
Au sud de la Somme, l'ennemi a multiplié les contre-attaques sur un grand nombre de points, notamment au sud-ouest de Barleux, au sud-est et au sud de Belloy. Nous avons maintenu nos lignes et infligé des pertes sanglantes a l'adversaire.
Entre Vermandovillers et Chilly, nous avons réduit des îlots tenus par les Allemands. Nous avons atteint les lisières du parc de Deniécourt. Le chiffre de nos prisonniers s'élève à 4047. Au total sur les deux rives du fleuve, nous avons fait 6650 prisonniers et capturé 36 canons dont 28 lourds.
Les Anglais ont progressé à l'est de Guillemont, vers Salsemont et Leuze. Leurs prisonniers dépassent 1000.
Progrès russes dans les Carpathes. Nos alliés ont pris le contact avec les Bulgares en Dobroudja.
Les Roumains accusent six cent quarante-cinq prisonniers nouveaux.

Jeudi 7 septembre
Notre offensive s'est continuée avec succès au sud de la Somme. Nous avons enlevé plusieurs tranchées allemandes au sud-est de Belloy-en-Santerre. Au cours d'une vive attaque lancée sur le village de Berny-en-Santerre, nous avons pris la plus grande partie du village et avancé nos éléments jusqu'à la corne sud du parc.
Entre Vermandovillers et Chilly, lutte particulièrement acharnée. Nous avons conquis la partie nord de Vermandovillers jusqu'à la route d'Estrées. Plus au sud, entre Chaulnes et Chilly, nous nous sommes emparés de nouvelles tranchées et nous avons poussé notre première ligne jusqu'aux abords de Chaulnes et le long de la voie ferrée de Chaulnes à Roye.
Canonnade intense sur la rive droite de la Meuse. Nous avons fait 40 prisonniers à l'est de Fleury.
Les Anglais ont pris la totalité du bois de Leuze. La lutte se poursuit vers Combles et autour de Ginchy.
Les Russes ont fait 4500 prisonniers sur le Dniester, dans la région d'Halicz.
Les Roumains annoncent la prise d'Orsova. Un violent combat se livre devant Turtukaï, en Dobroudja.


Vendredi 8 septembre
Au nord de la Somme, les Allemands ont tenté un puissant effort pour nous déloger de la ferme de l'Hôpital. Leurs attaques ont été fauchées par nos mitrailleuses et se sont dispersées, ayant subi de fortes pertes. Nous avons encore trouvé, dans les déblais, 16 mitrailleuses.
Au sud de la Somme, les Allemands, débouchant en force du village de Hargny, ont fait plusieurs tentatives contre nos nouvelles positions au sud-ouest de Belloy-en-Santerre et au sud de Barleux. Toutes ces attaques ont été arrêtées net par nos tirs de barrage, avant d'avoir pu aborder nos lignes. Le chiffre des pertes subies par l'ennemi au cours de ces attaques infructueuses semble très élevé. Nous avons dénombré 400 prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, après une préparation d'artillerie, nos troupes ont attaqué les organisations allemandes sur le front le Chapitre-le Chenois. La première ligne des tranchées ennemies est entre nos mains. Nous avons capturé 280 prisonniers.
Les Russes ont obtenu un succés d'avant-garde près de Dwinsk. Ils ont porté à 6335 le chiffre de leurs prisonniers près d'Halicz. Ils bombardent cette ville qui est en feu.
Les Bulgares annoncent avoir pris la tête de pont roumaine de Turtukaï au sud du Danube.

 
 

Samedi 9 septembre
Au sud de la Somme, des engagements partiels nous ont permis de progresser dans le village de Vermandovillers, où nous avons fait une cinquantaine de prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont lancé ce matin plusieurs attaques sur les positions conquises par nous dans la région Vaux-Chapitre-le Chenois. L'ennemi, qui avait réussi à prendre pied dans une des tranchées, en a été rejeté peu après par une vive contre-attaque de nos troupes au cours de laquelle nous avons fait une centaine de prisonniers, et pris plusieurs mitrailleuses. Nous avons progressé à la grenade au sud de Thiaumont. Nous avons repoussé une attaque en forêt de Parroy.
Deux avions allemands ont été abattus sur la Somme.
Les Roumains ont progressé en Transylvanie vers Hatseg et à Czik-Sereda. Les Russes ont pris l'offensive en Dobroudja contre les Bulgares.
Notre artillerie tonne violemment sur le front de Salonique.
Les Italiens ont repoussé plusieurs offensives dans les Alpes.
Les Russes ont franchi la Gnota-Lipa et mis en fâcheuse posture l'armée de Bothmer.

Dimanche 10 septembre
Dans la région de la Somme, grande activité d'artillerie de part et d'autre.
Grâce à un combat à la grenade, nous nous sommes rendus maitres d'un élément de tranchée à l'est de Belloy, en y faisant une trentaine de prisonniers. L'ennemi, après un violent bombardement, a essayé de nous reprendre les positions récemment conquises par nous au nord-est de Berny. Il a été repoussé avec de lourdes pertes.
A l'est de la Meuse, près de Fleury, devant Douaumont, nous avons emporté d'assaut tout un système de tranchées allemandes. 200 prisonniers, dont 2 officiers, ont été ramenés dans nos lignes. Nous avons capturé plusieurs mitrailleuses.
Les Russes ont fait 500 prisonniers dans la région des Carpathes boisées. Ils ont repoussé, près d'Halicz, des assauts des Autrichiens et des Turcs. Ils ont bombardé le port de Daltchik, dans la mer Noire.
Les Italiens ont refoulé une attaque autrichienne dans le Vallarsa.
Les Serbes se sont emparés d'une hauteur fortement tenue par les Bulgares sur le front de Macédoine.
Hindenburg, accompagné de Ludendorf, a rendu visite au kronprinz sur le front occidental.

Lundi 11 septembre
Au sud de la Somme, l'ennemi a dirigé à plusieurs reprises de fortes attaques sur différents points du front. Entre Belloy et Barleux, ses tentatives accompagnées de jets de liquides enflammés lui avaient permis tout d'abord de prendre pied dans une de nos nouvelles tranchées, mais nous avons réoccupé tout le terrain, en capturant 4 mitrailleuses. Au sud-ouest de Berny, à l'est de Deniécourt et au sud de Vermandovillers, des attaques ennemies à la grenade ont donné lieu à de vifs combats. Les Allemands ont été rejetés sur leurs tranchées de départ.
Le chiffre de nos prisonniers, sur la rive droite de la Meuse (Fleury) est passé à 300. Une attaque allemande à l'ouest de la route du fort de Vaux a été brisée.
Un avion a bombardé Belfort: pas de victimes. Des avions français ont utilement opéré au-dessus de la poudrerie de Rottweil.
Les Anglais poursuivent leur progression dans la Somme et le nombre de leurs prisonniers s'accroit. Au cours de la semaine écoulée, ils ont gagné 6 kilomètres de front sur une largeur de 300 à 3000 mètres.
Les Russes ont fait 1900 prisonniers dans les Carpathes boisées.
Les Roumains ont pris quatre villes de Transylvanie, mais ils ont cédé Silistrie, sur le Danube.
Le gouvemement italien signale la perte du cuirassé Leonardo da Vinci survenue le 2 août, à la suite d'un incendie.

Mardi 12 septembre
Au sud de la Somme, les Allemands ont prononcé, pendant la nuit, une série d'attaques sur différents points de notre nouveau front. Depuis Berny jusqu'à la région au sud de Chaulnes, cinq attaques ont été déclanchées par l'adversaire, dont plusieurs accompagnées de jets de liquides enflammés. Partout les troupes assaillantes ont été rejetées dans leurs tranchées de départ par nos tirs d'artillerie et nos feux de mitrailleuses, qui leur ont infligé des pertes sérieuses.
Sur le front britannique, l'ennemi a lancé de violentes contre-attaques vers Ginchy. Les Anglais ont capturé quatre officiers et cent soixante et un hommes. Ils ont enrayé une tentative de bombardement de leurs positions au nord du Bluff.
Les Russes ont fait deux cents prisonniers turcs en Asie Mineure.
En Macédoine, les forces anglaises ont franchi la Strouma près d'Orljac et entrepris le bombardement de plusieurs villages occupés par les Bulgares. Elles ont largement progressé.
Les réservistes d'Athènes ayant fait une manifestation bruyante et blessante dans le jardin de la légation de France, l'Entente a demandé satisfaction. M. Zaïmis a exprimé ses excuses et prescrit la dissolution de toutes les ligues de réservistes.

Mercredi 13 septembre
Bataille au nord de la Somme. Notre infanterie a prononcé une vigoureuse offensive sur un front de 6 kil. environ, depuis la région au sud de Combles jusqu'à la rivière. L'attaque s'est développée rapidement grâce à l'admirable élan de nos troupes, qui ont enlevé, en moins d'une demi-heure, la première ligne de tranchées allemandes. Poussant en suite à l'est avec la même vigueur, notre infanterie a enlevé la cote 145, les bois Marrières et tout le système des tranchées ennemies jusqu'à la route de Béthune à Péronne, que nous bordons depuis les lisières sud de Raucourt jusqu'au sud de Bouchavesnes. Plus au sud, nous avons poussé nos lignes sur la croupe 76, située à l'ouest de Feuillancourt. Le chiffre des prisonniers atteint 1500, dont de nombreux officiers.
Sur le front britannique, bombardement au sud de l'Ancre. Nos alliés ont fait 50 prisonniers. Ils ont abattu un avion allemand.
Les troupes franco-anglaises ont obtenu un double succès en Macédoine, sur la Strouma et le Vardar.
Les Russes ont enlevé une hauteur importante dans les Carpathes boisées. Ils y ont fait plusieurs centaines de prisonniers.
Les Roumains ont progressé sur le Haut-Maros. Le général Averesco a été nommé général en chef de l'armée du Danube.
M. Zaïmis, président du Conseil de Grèce, a donné sa démission.

Jeudi 14 septembre
Au nord de la Somme, la bataille s'est poursuivie avec un succès prononcé pour nos armes. Le village de Bouchavesnes a été enlevé par nos troupes au cours d'un brillant combat, malgré la résistance de l'ennemi, qui s'était puissamment retranché. Nos troupes ont encore progressé plus à l'est, prenant d'assaut la ferme du bois Labé, au sud-est de Bouchavesnes. Par ailleurs, nous élargissions nos positions dans la partie de notre front qui fait face au village de Combles et nous enlevons d'assaut, au sud de la ferme Le Priez, tout un système de tranchées.
Les Allemands ont fait de nombreux efforts pour regagner le terrain perdu. Une forte attaque avait réussi d'abord à reprendre la ferme du bois Labé, puis elle en a été chassée. De même nous avons gardé intégralement notre avance à la cote 76. Notre butin pour les deux derniers jours, monte à 2300 hommes, 10 canons, 40 mitrailleuses.
Nous avons fait 70 prisonniers à l'est de Fleury, sur la rive droite de la Meuse.
Les Anglais, dans la Somme, ont arrêté une attaque près de la ferme du Mouquet.
Les Roumains ont contre-attaqué les Germano-Bulgares en Dobroudja et leur ont pris 8 canons.
Les Russes ont arrêté une offensive austro-allemande au sud d'Halicz.


Vendredi 15 septembre
Au nord de la Somme, après avoir repoussé plusieurs attaques allemandes à l'extrémité méridionale de la croupe 76, nous avons élargi nos positions en face de Combles et pris d'assaut, au sud-est de cette localité, la ferme Le Priez, organisée en point d'appui par l'ennemi. De violents combats ont eu lieu au nord et au sud de Bouchavesnes. Nous avons maintenu tous nos gains.
Au sud de la Somme, plusieurs tentatives allemandes ont échoué sur notre nouveau front. A l'ouest de Chaulnes, un détachement ennemi évalué à une compagnie a été presque complètement anéanti par notre feu; nous avons progressé à la grenade à l'est de Belloy-en-Santerre.
Sur la rive droite de la Meuse, deux attaques allemandes sur nos nouvelles positions du bois de Vaux-Chapitre ont été brisées.
Activité d'artillerie sur le front britannique, au sud de l'Ancre, entre Arras et Ypres.
En Macédoine, canonnade entre Strouma et Vardar. A l'ouest du Vardar, progrès des troupes serbes près de Vetrenik, comme dans la région du lac d'Ostrovo.
Les Roumains signalent de violents combats sur le front de Dobroudja, leurs progrès continuent sur leurs fronts nord et ouest.

Samedi 16 septembre
Au nord de la Somme, nos troupes ont réalisé une avance au nord de la ferme Le Priez où nous avons enlevé un système de tranchées sur une profondeur de 500 mètres.
Vifs combats à l'est de la route de Béthune et au nord de Bouchavesnes; nous avons élargi nos positions.
Au sud de la Somme, deux attaques dans le secteur Deniécourt-Berny nous ont valu de sensibles avantages. Plusieurs tranchées ont été conquises: nous avons fait 200 prisonniers et capturé 10 mitrailleuses.
Lutte d'artillerie sur la rive droite de la Meuse.
Les troupes britanniques ont remporté un brillant succès. Elles ont pris, sur un front de 1000 mètres, des tranchées ennemies au sud-est de Thiepval. Elles ont attaqué sur un front de 10 kilomètres, entre le bois des Bouleaux et le nord de la route Albert-Bapaume, avançant jusqu'à 3 kilomètres sur certains points.
Les Italiens ont fait 2117 prisonniers sur le Carso, au sud-est de Gorizia.
Les Serbes ont progressé largement en Macédoine, près du lac d'Ostrovo, prenant 25 canons et forçant les Bulgares à reculer de 15 kilomètres. Les troupes franco-russes ont remporté des avantages entre Strouma et Vardar, tandis que les Anglais s'emparaient de plusieurs positions à l'est de la Strouma.
Les Russo-Roumains ont reculé vers le nord en Dobroudja.
Le cabinet grec n'est pas encore formé, M. Dimitracopoulo ayant résillé le mandat qui lui avait été confié.


Dimanche 17 septembre
Au nord de la Somme, nous avons réalisé quelques progrès au nord de Bouchavesnes et enlevé une tranchée au nord-est de Berny.
Des attaques allemandes ont été repoussées à l'est de Cléry et au sud de la Somme, à l'est de Berny. Le chiffre total des prisonniers valides capturés par nous est de 400.
Les Anglais, au cours de la brillante opération qu'ils ont accomplie au nord de la Somme, ont fait au total 2550 prisonniers. Ils ont repoussé deux nouvelles contre-attaques. Leurs positions s'étendent à 500 mètres au nord du bois des Foureaux et comprennent la totalité des localités de Courcelette, Martinpuich et Flers. Sur le reste du front, ils ont opéré de nombreux coups de main et ont pénétré sur plusieurs points dans les tranchées allemandes, infligeant des pertes à l'ennemi et ramenant des prisonniers.
Les Serbes ont continué à poursuivre les Bulgares au nord-est de Florina et dans la direction de Monastir. Les troupes franco-russes progressent de leur côté dans la région de Florina. Les Anglais avancent, à l'aile droite, sur la Strouma.
M. Calogeropoulos a constitué le cabinet grec.

 
 
  Lundi 18 septembre
Au nord de la Somme notre artillerie a vigoureusement opéré.
Au sud de la rivière, nos troupes ont remporté de sérieux avantages. Elles ont conquis les villages de Vermandovillers et de Berny, dont nous ne tenions qu'une partie. Tout le terrain compris entre Vermandovillers et Deniécourt, d'une part, et entre Deniécourt et Berny, d'autre part, défendu par plusieurs systèmes de tranchées fortement organisées, est tombé en notre pouvoir après une lutte acharnée. Entre Berny et Barleux, nous avons enlevé un certain nombre de tranchées. Toutes les contre-attaques tentées par l'ennemi en fin de soirée ont été brisées par notre canon et ont valu de fortes pertes a l'ennemi. 700 prisonniers valides, dont 15 officiers, ont été dénombrés.
Les Belges ont abattu un observatoire ennemi à Dixmude.
L'armée anglaise a fait 1700 prisonniers au nord de la Somme, dont 51 officiers.
Les Italiens ont remporté un nouveau succès sur le Carso; 800 prisonniers sont venus s'ajouter à leur butin des journées précédentes.
Les Roumains ont pris quatre nouvelles villes transylviennes, dont Fogaras. Ils ont capturé 900 hommes et 10 officiers.
La progression serbe et la progression franco-russe s'accentuent autour de Florina. Il se confirme que les Bulgares en déroute ont subi de très lourdes pertes.

 


Mardi 19 septembre
Au nord de la Somme, nous avons pris un noeud de tranchées ennemies à 200 mètres au sud de Combles. Nous avons capturé 50 prisonniers, dont 2 officiers.
Au sud de la Somme, le combat s'est poursuivi avec acharnement dans Deniécourt. Notre infanterie a enlevé le village et a poussé jusqu'aux environs d'Ablaincourt. Des opérations simultanées nous ont permis d'enlever une tranchée à l'ouest d'Horgny, de chasser l'ennemi de trois petits bois et d'occuper plusieurs tranchées au sud-ouest de Deniécourt. Le chiffre des prisonniers faits les 17 et 18 dépasse 1600, dont 25 officiers.
Activité des deux artilleries en Champagne, à l'ouest de la route de Souain à Somme-Py.
Nous avons pris une tranchée sur les pentes sud du Mort-Homme (rive gauche de la Meuse).
Le chiffre des prisonniers faits par les Anglais sur la Somme atteint à près de 5000.
Les troupes serbes ont repoussé des assauts bulgares à l'est de la Cerna. Les Bulgares ont subi ici de fortes pertes. Plus à l'ouest, les Serbes ont enlevé la première ligne bulgare sur le Kaimackalan. Au nord-ouest du lac d'Ostrovo, ils ont continué à passer le Brod. Les troupes franco-russes ont pris d'assaut Florina, malgré la résistance désespérée de l'ennemi. Celui-ci se replie en désordre vers Monastir.

Mercredi 20 septembre
Le mauvais temps a gêné les opérations sur la plus grande partie du front de la Somme. Rien à signaler en dehors d'une assez grande activité d'artillerie sur les deux rives de la Somme et sur la rive droite de la Meuse, dans le secteur Fleury-Vaux-Chapitre.
Sur le front belge, grande activité d'artillerie. Les pièces belges ont pris violemment à partie les pièces de l'adversaire.
Sur le front britannique, la situation générale est demeurée sans changement. Activité d'artillerie au sud de l'Ancre. Une attaque allemande sur les tranchées à l'est de Martinpuich a été aisément repoussée. Un ballon allemand a été abattu à l'est de Ransart. Un dépot de munitions allemand a explosé sous le feu anglais.
Les Russes livrent d'âpres combats sur la Zlota-Lipa.
Les Roumains ont dû reculer quelque peu devant des forces supérieures dans la vallée du Strechu (Transylvanie). Ils ont refoulé, dans la Dobroudja, deux attaques des troupes de Mackensen.
La progression franco-russo-anglo-italo-serbe s'accentue sur le front de Macédoine.
La garnison de Volo s'est révoltée et a opté pour le comité de défense nationale de Salonique.
Combats d'artillerie sur tout le front italien.

Jeudi 21 septembre
Au nord de la Somme, les Allemands ont tenté un violent effort pour nous déloger des positions que nous avions conquises. La bataille a duré toute la journée. Plusieurs vagues d'assaut ennemies se sont précipitées contre nos lignes sur un front de 5 kilomètres, après de violentes préparations d'artillerie. Nos troupes ont résisté magnifiquement en conservant intégralement le terrain occupé.
C'est surtout aux abords de la ferme Le Priez et près de Bouchavesnes que la lutte a été acharnée. Les Allemands ont laissé le terrain couvert de cadavres. Une contre-attaque irrésistible de nos soldats a chassé l'ennemi de la partie nord-est du village de Bouchavesnes où il avait réussi à prendre pied. 50 prisonniers sont restés entre nos mains. Les prisonniers avouent que les Allemands ont fait des pertes énormes.
Les Anglais ont, de même, repoussé au sud de l'Ancre de vigoureuses contre-attaques. Ils ont détruit deux emplacements de canons et opéré un coup de main heureux au sud d'Arras.
Les Italiens ont brisé victorieusement une série de tentatives autrichiennes.
Les Serbes ont occupé en Macédoine la crête la plus haute de Kaimakçalan, à 2655 mètres d'altitude.
Les Roumains ont cessé leur retraite sur le Streihu et infligé un échec à Mackenzen en Dobroudja.

Vendredi 22 septembre
Le mauvais temps a gêné les opérations sur les deux rives de la Somme.
En Argonne, une attaque ennemie, déclenchée sur nos positions du Four-de-Paris, à la suite de l'explosion d'une mine, a échoué sous nos tirs de barrage.
Sur la rive droite de la Meuse, nos troupes ont exécuté deux opérations qui ont brillamment réussi. Au sud-est de l'ouvrage de Thiaumont, nous avons enlevé plusieurs éléments de tranchée, capturé plus de 100 prisonniers, dont 2 officiers et pris 2 mitrailleuses. Dans la partie est du bois de Vaux-Chapitre, nous avons poussé notre ligne d'une centaine de mètres en avant.
Un avion allemand a été abattu près de Péronne.
Les Serbes ont repoussé une contre-attaque bulgare au Kaimakçalan et une autre à Bousnica. A l'aile gauche, nos troupes ont progressé jusqu'aux abords de la cote 1550. Nous avons fait une cinquantaine de prisonniers.
Les Roumains, après cinq jours de combat, ont infligé un échec signalé aux Bulgaro-turco-Allemands en Dobroudja.
La Grèce réclame de l'Allemagne la restitution des troupes hellènes qui se sont rendues aux Bulgares à Cavalla.
Les Russes ont fait en Galicie un millier de prisonniers.


Samedi 23 septembre
Au nord de la Somme, les Allemands ont lancé une forte attaque sur nos nouvelles positions, entre la ferme Le Priez et Rancourt. Elle a été arrêtée net par nos tirs de barrage. L'ennemi a subi des pertes sérieuses. Nous avons réalisé deux opérations de détail. Aux abords de Combles, une de nos compagnies s'est emparée, par un coup de main brillamment exécuté, d'une maison isolée organisée défensivement par l'ennemi et y a fait prisonniers une centaine d'Allemands dont 3 officiers. Plus à l'est, nous avons enlevé plusieurs éléments de tranchées et fait 40 prisonniers. Une tentative ennemie a été arrêtée dès l'origine, au sud de Rancourt.
Le chiffre total des prisonniers faits sur la Somme par les troupes franco-britanniques, depuis le 1er juillet jusqu'au 18 septembre, dépasse 55.800, dont 34.050 ont été pris par les troupes françaises.
Un de nos avions a bombardé les hangars d'aviation d'Habshem.
Un de nos pilotes a abattu un avion ennemi entre Combles et Morval.
Lutte d'artillerie sur le front de la Strouma.
Entre Vardar et Cerna, échec bulgare à Glovosk; dans la région du Brod, les Serbes sont arrivés près de Verbeni, en faisant 100 prisonniers. Au nord de Florina, l'ennemi a été repoussé. Nos troupes ont progressé.
Les Roumains ont fait 140 prisonniers en Transylvanie. En Dobroudja, l'ennemi se fortifie.

Dimanche 24 septembre
Nos patrouilles, poussant jusqu'aux lisières sud du village de Combles, ont trouvé de nombreux cadavres d'Allemands. Elles ont fait 15 prisonniers.
Lutte d'artillerie assez vive dans la région de Bouchavesnes et dans le secteur Belloy-Berny. Pas d'action d'infanterie.
Dans les Vosges, l'ennemi a fait une tentative contre nos positions au sud du col de Sainte-Marie. Après un assez vif combat à la grenade, il a été rejeté dans ses tranchées.
Sur le front belge, combat à coup de bombes près de Boesinghe.
Au sud de l'Ancre, les Anglais ont réalisé une nouvelle avance à l'est de Courcelette. Ils se sont emparés d'un important système de tranchées ainsi que d'un certain nombre de prisonniers et ont avancé leurs lignes sur un front de 800 mètres.
Une attaque ennemie a été brisée avec fortes pertes à l'ouest de la ferme du Mouquet.
A l'est de Béthune, l'artillerie britannique a fait exploser un dépôt de munitions ennemi.
Les Russes ont refoulé une offensive allemande sur le Naroch.
Les Roumains ont progressé dans les Carpathes septentrionales et infligé un nouvel échec en Dobroudja, sur le littoral, aux Germano-Bulgares.
Les Autrichiens ont fait trois vaines attaques sur le Carso.

Lundi 25 septembre
Notre artillerie s'est montrée active au nord de la Somme. L'ennemi a faiblement réagi. Une attaque allemande lancée sur la ferme du bois Labé et sur nos positions, au sud, a été prise sous le feu violent de nos mitrailleuses et de nos canons. L'ennemi s'est dispersé avant d'avoir pu aborder nos lignes, laissant de nombreux cadavres sur le terrain.
Sur la rive droite de la Meuse, nous avons facilement repoussé plusieurs tentatives allemandes sur la côte du Poivre et au sud-est de Thiaumont.
Sept de nos avions ont lancé 46 obus de 120 et 4 de 150 sur les usines de la région de Rombach et de Thionville.
Le capitaine de Beauchamp et le lieutenant Daucourt, pilotant chacun un appareil, sont allés jeter 12 bombes sur les usines d'Essen (Westphalie). Ils sont rentrés indemnes à leur terrain d'atterrissage, après avoir accompli un raid de 800 kilomètres.
Un zeppelin a été chassé de la région de Calais sans qu'il ait pu jeter une bombe.
Une escadre de zeppelins a survolé la côte est de l'Angleterre: 2 d'entre eux ont été abattus, 28 personnes ont été tuées et 99 autres blessées par les bombes qu'avaient jetées les dirigeables.
Les Russes ont fait 1500 prisonniers sur le Stokhod.



La prise de Combles par les troupes franco-anglaises restera l'un des épisodes les plus marquants de la bataille de la Somme. Elle a prouvé à l'ennemi que les points les mieux organisés ne constituaient pas pour les Alliés des obstacles infranchissables. Le régiment français qui a enlevé Combles, appartient au 1er corps, composé en grande partie de soldats originaires des régions envahies. Sous les ordres du général Guillaumat, ces braves se sont battus comme des lions dans la joie de se rapprocher peu à peu de leurs pays. Cet instantané fut pris le 26 septembre pendant le combat. Par delà le terrain jonché de cadavres et de débris on aperçoit le village transformé en une redoutable forteresse par les Allemands. Au loin éclatent des obus.
 
Mardi 26 septembre
Au nord de la Somme, la bataille a repris avec violence sur le front franco-britannique. Notre infanterie a attaqué simultanément les positions allemandes entre Combles et Rancourt et les défenses accumulées par l'ennemi depuis ce dernier village jusqu'à la Somme.
Au nord-est de Combles, nous avons porté nos lignes jusqu'aux lisières sud de Frégicourt et conquis tout le terrain puissamment organisé compris entre ce hameau et la cote 140. Le village de Rancourt est également tombé en notre pouvoir.
A l'est de la route de Béthune, nous avons élargi nos positions sur une profondeur d'un kilomètre, depuis le chemin de Combles jusqu'à Bouchavesnes, pris d'assaut la hauteur au nord-est de ce village et atteint, au sud-est, la cote 130. Plus au sud, nous nous sommes emparés de plusieurs systèmes de tranchées aux abords du canal du Nord. Le chiffre des prisonniers valides déjà dénombrés dépasse 400.
Nos avions ont bombardé les gares de Ham, Hombleux, Manancourt et le terrain d'aviation de Vraignes.
Les Anglais ont progressé sur la rive gauche de la Strouma, au nord du lac Tahinos. Activité de notre artillerie du lac Doiran au Vardar. Dans la région du Brod, les troupes serbes ont abordé la crête frontière au nord de Kruzegrad. Au nord-est de Florina, nous avons enlevé les premières maisons de Petorak. A l'ouest de Florina, les Russes se sont emparés de la cote 916. Puis une contre-attaque bulgare a été repoussée.

 


Mercredi 27 septembre
Nos troupes ont enlevé entièrement le village de Frégicourt, au nord de la Somme, puis la partie de Combles située à l'est et au sud de la voie ferrée tombait entre nos mains. Nos patrouilles étant entrées en liaison avec les élements de droite de l'armée anglaise, le village entier était peu après à nous. Nous avons fait un butin considérable en munitions et approvisionnements de toute sorte. Nous avons recueilli une centaine d'Allemands blessés abandonnés par l'ennemi. Combles était rempli de cadavres allemands.
Nos troupes ont encore pris un petit bois situé au nord de Frégicourt, à mi-chemin de Morval et la plus grande partie du terrain fortement organisé compris entre ce bois et la corne ouest du bois de Saint-Waast. Le chiffre des prisonniers valides fait par nous depuis la veille atteint à 1200 : nous avons saisi 30 mitrailleuses.
Les Anglais, après avoir enlevé les villages de Morval et de Lesboeufs, où ils ont capturé 1500 Allemands, ont poursuivi leurs progrès : ils ont enlevé une forte redoute entre Lesboeufs et Gueudecourt, pris Gueudecourt et Thiepval lui-même, dont la position était d'une extrême importance. Là encore, ils faisaient 2500 prisonniers et infligeaient de grosses pertes à l' ennemi.
Les Roumains ont repoussé plusieurs offensives en Dobroudja et repris la passe de Vulkan, dans les Alpes de Transylvanie.
7 zeppelins survolent l'Angleterre, en faisant 36 morts.
L'amiral Coundouriotis, ex-ministre de la marine grecque, adhère au comité de Salonique. M. Venizelos a quitté Athènes.

 
 
Jeudi 28 septembre
Au nord de la Somme, où nous avons organisé les positions conquises, l'ennemi a dirigé une forte attaque sur nos nouvelles positions, depuis Bouchavesnes jusqu'au sud de la ferme du bois Labé. Dans une brillante contre-offensive nos troupes se sont lancées au devant des vagues d'assaut ennemies, qu'elles ont refoulées en désordre après leur avoir infligé des pertes élevées. Nous avons fait 250 prisonniers, dont, 5 officiers et pris 8 mitrailleuses. Nous avons sensiblement élargi nos progrès à l'est et au sud-est de Rancourt et pénétré, dans le bois de Saint-Pierre-Vaast.
Les Russes ont repoussé quelques attaques de détail près de Riga.
Les Roumains ont fait 100 prisonniers dans la vallée de Giul. Un zeppelin a, de nouveau, survolé Bucarest.
Les Serbes ont refoulé une série d'attaques bulgares dans la région de Kaimackalan.
M. Venizelos, qui a débarqué en Crête avec l'amiral Coundouriotis, a annoncé qu'il prenait la tête du mouvement national hellénique.

Vendredi 29 septembre
Sur le front de la Somme, nos batteries poursuivent activement leurs tirs sur les organisations allemandes.
Sur la rive droite de la Meuse, une forte attaque allemande, lancée au début de la nuit sur le front Thiaumont-Fleury, a subi un sanglant échec sous nos feux de mitrailleuses et nos tirs de barrage.
Les troupes anglaises ont avancé leurs lignes sur divers points échelonnés entre Martinpuich et Gueudecourt. Des postes ont été établis à moins de 800 mètres à l'ouest et au sud-ouest d'Eaucourt-l'Abbaye.
A la gauche du front, les positions anglaises se trouvent consolidées sur la crête nord-est de Thiepval. Un bataillon allemand escortant un convoi, a été pris sous le feu de l'artillerie, qui l'a bombardé avec succès.
L'artillerie autrichienne a canonné Limone sur le lac de Garde. Les Italiens ont remporté un succès sur le plateau d'Asiago. Ils ont repoussé l'ennemi sur le Haut-Cordevole.

Samedi 30 septembre
Sur le front de la Somme, progrès de nos troupes entre Frégicourt et Morval. Lutte d'artillerie au nord et au sud de la rivière.
Les Anglais ont montré beaucoup d'activité vers la redoute Schwaben et la tranchée de Hesse. Ils ont enlevé une ferme organisée au sud-ouest de Sars.
Les Bulgares ont échoué à quatre reprises dans des attaques contre le Kaimackalan; ils ont échoué aussi dans la région du Brod. Nos avions ont bombardé Monastir.
Le discours du chancelier allemand au Reichstag a été sans éclat et n'a offert aucun aperçu nouveau.
Le comité provisoire venizéliste a lancé une proclamation au peuple grec.

La Flotte Française en Orient