Mercredi 1er septembre
Violente canonnade sur l'ensemble du front, où nos batteries opèrent efficacement contre les tranchées ennemies.
Ces actions d'artillerie sont particulièrement vives en Belgique (Hetsas), en Artois (Neuville), en Woëvre septentrionale, en forêt d'Apremont et au nord de Flirey.
L'ennemi a lancé encore, sur Arras, quelques obus de gros calibre.
Les Allemands, au front oriental, livrent de violents combats sur les positions à l'ouest de Friedrichstadt, et vers Dwinsk, où les Russes, en plusieurs points, sont passés à l'offensive. Dans l'ensemble, l'armée russe continue à battre en retraite régulièrement couverte par de fortes arrière-gardes. Celles-ci ont arrêté une grande offensive sur le front Proujany-Gorodetz.
Les Italiens ont occupé, après un brillant assaut, la Cima Cista, dans le Val Sugana. Ils ont repoussé, en Carnie, une attaque autrichienne contre le val Piccolo: dans le bassin de Plezzo, ils ont dépassé cette localité, ils ont progressé dans le secteur de Tolmino, et enlevé des tranchées dans le Carso. Leurs avions ont bombardé plusieurs gares et campements.
Un aviateur a détruit le grand hangar de Gand.
Les Italiens qui n'avaient pu encore s'échapper de Turquie sont retenus comme otages.
Le Vorwaerts, journal socialiste de Berlin, dit que l'Allemagne court à une guerre civile.
L'aviateur Pégoud est mort au champ d'honneur.
 


Jeudi 9 septembre
Actions d'artillerie : en Belgique, au nord d'Ypres; en Artois, autour d'Arras; dans le secteur de Roye; entre Oise et Aisne; en Champagne, entre Reims et l'Argonne, et en Woëvre septentrionale.
Dans la partie occidentale de l'Argonne, les Allemands ont, après un bombardement intense, avec large emploi d'obus suffocants, prononcé contre nos positions une attaque menée par deux divisions. Ils ont, sur quelques points, pris pied dans nos tranchées avancées. Mais une violente contre-attaque de notre part a déterminé leur échec dans leur nouvelle tentative de rupture de notre front.
Pour riposter au raid des taubes au-dessus de Nancy, une escadrille française a lancé des obus sur les établissements militaires de Frescaty et sur la gare des Sablons, à Metz.
Trois zeppelins ont opéré au-dessus de la côte orientale de l'Angleterre: dix morts, quarante-trois blessés.
La situation demeure stationnaire sur le front russe. Le grand-duc Nicolas est chargé, par rescrit du tsar, du commandement de l'armée du Caucase.
Le sultan de Turquie a lancé un suprême appel à l'empereur d'Allemagne. La situation, en effet, devient de plus en plus précaire à Constantinople.
Les Italiens ont remporté un succès dans le secteur de Tolmino.
Plusieurs bâtiments français ont été coulés par un sous-marin allemand dans l'Atlantique (au large de la pointe de la Coubre et de Belle-Isle).

 
 

Vendredi 10 septembre
Lutte de grenades et fusillade en Artois (Neuville et Roclincourt). Canonnade autour d'Arras et de Roye. En Argonne (la Fontaine-aux-Charmes), les Allemands, après avoir vainement renouvelé leurs attaques acharnées ont cessé toute offensive d'infanterie. Ils se sont bornés à faire tonner leurs batteries. Nous avons fait des prisonniers.
Quelques engagements à notre avantage dans la forêt de Parroy (Lorraine).
Dans les Vosges, combat à la grenade près de Metzeral.
Canonnade en Woëvre, au bois d'Apremont et au bois Mortmare.
Sur le front russe, la situation reste stationnaire dans le secteur nord (régions de Dwinsk-Vilna et Riga). Dans la région de Grodno, l'offensive allemande a été arrêtée. En Galicie, nos alliés ont remporté plusieurs brillants succès près de Tarnopol. Ils ont pris en tout 12.000 officiers et soldats ainsi qu'un certain nombre de canons.
M. Bark, ministre des Finances de Russie, est parti pour Londres.
Les Anglais ont eu à subir encore un raid de zeppelins (comtés de l'Est, district de Londres), qui a fait vingt morts et quatre-vingt-six blessés.
L'Allemagne, à la suite d'incidents de piraterie navale, a dû exprimer ses regrets à la Hollande et au Danemark.
Le canon tonne violemment dans la presqu'île de Gallipoli.

  Samedi 11 septembre
Lutte d'artillerie en Belgique (Nieuport, Streenstraete); autour d'Arras, devant Roye et en Champagne (d'Auberive à Souains).
En Argonne, combats de grenades et fusillades de tranchée à tranchée devant La Harazée. L'ennemi bombarde la Fontaine-aux-Charmes et prononce une attaque entre Saint-Hubert et La Harazée. Il est refoulé.
Action d'artillerie dans les régions de Flirey et de Saint-Dié.
Dans les Vosges, attaques allemandes, à l'aide de gaz suffocants, du Linge au Barrenkopf. Violents combats au Schratzmaennele. Plusieurs offensives ennemies ont échoué à l'Hartmannswillerkopf.
Deux avions allemands ont bombardé Compiègne sans atteindre personne. Un autre a été capturé dans le Santerre; six autres ont essayé de survoler Ste-Menehould, mais ont dû rebrousser chemin devant le feu de nos batteries.
Le communiqué du maréchal French annonce que deux taubes ont été descendus dans le secteur anglais.
Les Russes ont remporté un nouveau succès en Galicie, élevant à 17.000 le total de leurs prisonniers.
Le gouvernement américain a réclamé du cabinet de Vienne le rappel de l'ambassadeur Dumba, qui avait commis dans les affaires intérieures de l'Union des intrusions illicites.

Dimanche 12 septembre
Activité d'artillerie en Artois (Neuville, Roclincourt, sud d'Arras), et au sud de la Somme, aux environs de Roye.
Entre Somme et Oise, lutte de mines (Fay). Nous avons bombardé les tranchées et travaux ennemis.
Sur le canal de l'Aisne à la Marne, les Allemands ont tenté, à deux reprises, un coup de main, près de Sapigneul. Ils ont été repoussés.
Combats à coups de bombes et de pétards en Argonne, à Saint-Hubert et aux Courtes-Chausses.
Canonnade à l'est des Eparges et en Lorraine (Arracourt, Parroy, Leintrey, régions de la Loutre et de la Vezouse).
L'Allemagne a adressé aux Etats-Unis une réponse qui constitue une sorte de défi au sujet de l'Arabic. Elle prétend que l'Arabic avait voulu attaquer le sous-marin qui l'a torpillé.
Les Russes contiennent victorieusement l'ennemi sur tout le front de la Drina au Sereth. Ils ont même repris l'offensive sur quelques points et capturé 5000 Autrichiens en Galicie.
Le gouvernement russe négocie avec le parti progressiste de la Douma au sujet des remaniements d'ordre constitutionnel à opérer.
Une fois de plus, mais sans fournir une preuve sérieuse, la presse allemande donne l'accord turco-bulgare comme conclu.
Le cargo-boat Aude a été torpillé en Méditerranée. Il n'y a pas eu de pertes de vies humaines.

 
Lundi 13 septembre
Combats incessants d'artillerie en Artois, autour de Neuville spécialement, au sud de la Scarpe, dans la région de Roye, au nord de l'Aisne, sur les plateaux entre Paissy et Craonnelle. Sur ce dernier secteur, l'artillerie allemande a tonné avec violence, en usant de ses canons de tous calibres et nous avons répondu par des tirs efficaces sur les tranchées et les batteries ennemies.
Des rencontres de patrouilles ont eu lieu près de Roye, à Andéchy. Une tentative ennemie contre notre poste avancé de Sapigneul a été, comme les précédentes, repoussée.
Canonnade en Champagne (Auberive,Saint-Hilaire); entre Meuse et Moselle, dans le bois de Mortmare; sur le front de Lorraine, près de Nomény et de Xousse, ainsi que dans la région du Ban-de-Sapt.
Le calme règne aux Dardanelles. Les Turcs ont ouvert des feux violents d'artillerie et d'infanterie, mais sans sortir de leurs tranchées dans la zone nord. Dans la zone sud, nos mortiers de tranchées ont infligé des pertes sensibles à l'ennemi.
Les Russes semblent dominer la situation dans la plupart des secteurs du front et ils ont continué à faire des prisonniers en grand nombre.
Le gouvernement allemand dément officiellement que Tirpitz soit en disgrâce.
Un nouveau raid de zeppelins a eu lieu sur la côte orientale de l'Angleterre, mais il n'a causé ni pertes de vies, ni dommages matériels.

Mardi 14 septembre.
Cannonade sur l'Yser et en Artois (Neuville, Roclincourt, Wailly). Au nord de l'Oise, nous avons opéré des tirs de destruction sur les organisations ennemies et les ouvrages de Beuvraignes. Nous avons dispersé plusieurs partis d'infanterie devant Andechy.
Sur le canal de l'Aisne à la Marne, nous avons bombardé les ouvrages et cantonnements allemands aux environs de Sapigneul et de la Neuville (région de Berry-au-Bac).
Canonnade et lutte de bombes en Champagne, en Argonne, entre Meuse et Moselle.
Bombardement dans les Vosges ( Metzeral, Sudelkopf).
Dix-neuf avions, à titre de représailles contre les bombardements de Lunéville et de Compiègne, par les taubes, ont survolé la ville de Trèves et y ont lancé 100 obus, atteignant la gare et la Banque d'Empire. Après avoir atterri dans nos lignes, ils sont repartis et ont jeté 58 obus sur la gare de Dommary-Baroncourt. D'autres ont bombardé la gare de Donaueschingen, sur le Danube, et celle de Marbach.
L'offensive russe se poursuit victorieusement en Galicie où plusieurs milliers d'Autrichiens ont été capturés.
Un raid de zeppelins en Angleterre a encore une fois avorté.
Le submersible Papin a coulé plusieurs torpilleurs autrichiens dans l'Adriatique.
Le comte Bernstorff, dans une interview qu'il n'a que mollement démentie, a proféré des menaces pour l'Amérique.
 
 

Mercredi 15 septembre
Lutte d'artillerie toujours vive sur le front d'Artois, au sud de la Somme (Tilloloy, le Cessier, Beuvraignes); dans le secteur de Nouvron, sur le canal de l'Aisne à la Marne vers Sapigneul et le Godat; en Champagne, au nord du camp de Châlons et sur la lisière occidentale de l'Argonne.
Au bois de Mortmare, nous avons fait cesser le feu des mitrailleuses ennemies et exécuté des tirs efficaces sur des saillants de la ligne allemande.
Canonnade encore en forêt d'Apremont, au nord de Flirey et près d'Emberménil.
Un raid de zeppelins sur l'Angleterre est demeuré infructueux. L'amiral sir Scott a été chargé de la défense de Londres contre les aéronefs.
Les Italiens ont largement progressé dans le bassin de Plezzo, sur l'Isonzo. Ils ont repoussé une attaque près de Plava.
Les Russes ont rejeté toute une série d'offensives allemandes dans les secteurs septentrionaux de leur front. Ils ont culbuté les Austro-Allemands sur le Sereth.
Le docteur Dumba, ambassadeur d'Autriche à Wahington, dont M. Wilson a demandé le rappel, s'embarquera, dit-il, prochainement pour l'Europe.

Jeudi 16 septembre
Les luttes d'artillerie se sont poursuivies avec intensité au nord et au sud d'Arras, ainsi que dans la région de Roye.
Lutte à coups de bombes et de grenades sur le plateau de Quennevières, dans la région de Lihons, et au bois de Saint-Mard.
Sur le canal de l'Aisne à la Marne, l'activité des deux artilleries s'est concentrée sur le front de Berry-au-Bac à la Neuville, où l'ennemi attaque la tête de pont de Sapigneul. Canonnade un peu ralentie au nord du camp de Châlons.
Lutte de mines dans l'Argonne. Une batterie ennemie a été détruite sur les Hauts-de-Meuse. Actions d'artillerie en forêt d'Apremont, au bois Le Prêtre et dans la région de Saint-Dié.
La poussée allemande continue, plus ou moins retardée, sur le front oriental, dans la région de la Dvina. Mais plus au sud, les ennemis ont été à peu près partout refoulés, parliculièrement près de Wisnewietz et en Galicie. Au total, ils ont perdu 12000 hommes en un jour, et leurs pertes en prisonniers, dans les deux dernières semaines, ont atteint 40000.
Les Italiens ont repoussé des attaques autrichiennes en Carnie et sur l'Isonzo. Ils ont forcé à la fuite une escadrille d'avions qui venait sur Udine.

Vendredi 17 septembre
Tirs efficaces de notre artillerie lourde en Belgique, dans le secteur de Nieuport.
Autour d'Arras (Roclincourt, Neuville), action énergique de nos batteries en riposte au bombardement ennemi.
Lutte de mines à Frise (Somme), canonnade autour de Roye et de Lassigny, et autour de Sapigneul, sur le canal de l'Aisne à la Marne, ainsi qu'au nord du camp de Châlons.
Bombardement réciproque entre Aisne et Argonne. Lutte de bombes et canonnade à Saint-Hubert et au bois Le Prêtre, où les Allemands usent surtout de leurs lance-mines.
En Lorraine (vallées de la Seille et de la Loutre), nous effectuons des tirs de destruction sur les retranchements allemands.
Les Italiens ont arrêté toute une série d'attaques autrichiennes dans le Trentin et en Carnie.
Les Russes, reculant pas à pas vers Wilna, ont poursuivi leurs avantages sur le secteur sud du front oriental, où le chiffre des prisonniers faits quotidiennement par eux demeure très élevé.
Les Anglais avouent la perte d'un sous-marin aux Dardanelles.
La Douma russe a été prorogée au mois de novembre.
Les ministres de la Quadruple Entente ont remis une nouvelle note à la Bulgarie, afin de déterminer son intervention aux côtés des Alliés.

Samedi 18 septembre
Lutte de bombes et de grenades entre Angres et Souchez et dans le secteur de Neuville; tirs efficaces de nos batteries sur les ouvrages allemands.
Bombardement réciproque au sud d'Arras. Combat de mousqueterie, de tranchée à tranchée, dans la région de Roye.
Du confluent de la Vesle et de l'Aisne jusqu'au canal de l'Aisne à la Marne, canonnade très vigoureuse. Entre Aisne et Argonne, à la Fontaine-aux-Charmes et aux Courtes-Chausses, nos batteries ont endommagé sur plusieurs points les positions ennemies.
En Woëvre et sur le front de Lorraine, notre artillerie a également exécuté des tirs efficaces.
Les Allemands ont bombardé dans les Vosges, l'Hilsenfirst et la cote 425, au sud de Steinbach.
Nous avons opéré un tir de destruction sur l'usine électrique de Turckheim.
Les troupes de Hindenburg, au front oriental, ont réussi, au nord-est de Wilna, à franchir la Wilia. Elles ont abouti aussi à repousser nos alliés dans la région de Pinsk, mais les Russes ont brisé toutes les contre-attaques près de Derajno et dans le secteur de Galicie, où ils ont encore fait quelques centaines de prisonniers. Sur la Strypa, les combats se poursuivent, très violents. Les journaux de Berlin reconnaissent d'ailleurs la retraite des Austro-Allemands dans cette région.
Les alpins italiens ont receuilli quelques succés dans les montagnes de Carnie, à de hautes altitudes.

Dimanche 19 septembre
Combat d'artillerie en Belgique, près de Lombaertzyde. Nos batteries détruisirent deux observatoires.
En Artois, l'efficacité de nos tirs sur les mitrailleuses et les lance-mines est constatée en plusieurs points.
Près de Roye, lutte de granades et fusillade accompagnée d'actions d'artillerie.
Au nord de Berry-au-Bac, nous enlevons un petit poste ennemi.
En Champagne, nous avons violemment canonné les bivouacs de nos adversaires.
A Chaillon (nord-est de St-Mihiel), nous avons abattu un ballon captif allemand. Devant St-Mihiel, notre artillerie a coupé le grand pont, un pont de bateaux et trois passerelles. Canonnade dans les Vosges, au Ban-de-Sapt et au Violu.
Le communiqué belge signale un bombardement actif d'Oostkerke à Nieucappelle.
Aux Dardanelles, on ne mentionne qu'une lutte de mines qui s'est terminée à notre avantage.
L'attaque allemande, au front russe, se fait plus pressante vers Dwinsk et Riga. Mais nos alliés accentuent, de leur côté, laur offensive en Volhynie et en Galicie : ils ont capturé quelques centaines d'hommes.
Il est avéré que l'incendie du paquebot Sant'Anna, qui avait 600 passagers à bord, est dû à des menées criminelles des Allemands.

Lundi 20 septembre
La flotte britannique, en liaison avec notre artillerie lourde de la région de Nieuport, a bombardé les organisations allemandes du littoral belge.
Le tir de l'ennemi a diminué sur le front d'Artois, où notre artillerie continue à bombarder les ouvrages allemands. Canonnade et lutte de bombes près de Roye.
Trois attaques allemandes échouent à Sapigneul (canal de l'Aisne à la Marne). En Champagne, l'ennemi ne riposte que faiblement à notre feu; par contre, il bombarde avec violence la région entre Aisne et Argonne.
Nous avons détruit certaines de ses organisations sur les Hauts-de-Meuse (tranchée de Calonne), en forêt d'Apremont, à Flirey et dans les Vosges. Quatre de ses dépôts de munitions ont explosé.
Nous avons abattu un taube près de Saint-Mihiel.
L'artillerie belge a obtenu des succés près de Knoke.
Les Anglais et les Allemands se bombardent mutuellement près d'Ypres.
La ligne russe tient fortement en Volhynie, où les Autrichiens subissent des échecs répétés. Les Allemands, par contre, redoublent d'efforts dans la région de Dwinsk.
Les communications ont été rétablies, après une suspension de quelques jours, entre la Roumanie et la Hongrie.
M. Lloyd George, dans un discours, a affirmé une fois de plus sa certitude de la victoire.

  Mardi 21 septembre
Grande activité sur l'ensemble du front. En Artois, nos batteries ont exécuté des tirs nourris sur les organisations allemandes. L'ennemi a riposté en bombardant les faubourgs d'Arras avec des obus de gros calibre.
Guerre de mines entre Fay et Dompierre, au sud-ouest de Péronne. Lutte de bombes autour de Roye. Tir utile de nos batteries en Champagne; l'ennemi, de son côté, bombarde nos cantonnements. Au nord de Perthes, un dépot de munitions a fait explosion dans ses lignes.
Entre Aisne et Argonne, la canonnade s'est ralentie. En Argonne orientale, à la cote 285, l'ennemi a fait sauter une mine à proximité de nos tranchées.
En Woevre et en Lorraine, nous avons pu contrôler les résultats de notre tir. Une colonne d'infanterie allemande et son train ont été dispersés au pied des côtes de Meuse. Les ouvrages ennemis ont été gravement endommagés dans la région de Calonne et près de Flirey. Notre artillerie a atteint la gare de Thiaucourt et a détruit, d'autre part, un morceau de la ligne Metz-Château-Salins.
Les journaux anglais annoncent la prise de Wilna par les Allemands, mais l'armée russe, dans le secteur sud du front oriental, poursuit ses succés.
Les Italiens ont réussi à occuper un bois important sur le Carso.
L'opposition bulgare réclame la convocation de la Chambre.
 

Mercredi 22 septembre
Actions d'artillerie très vive en Artois (Cabaret-Rouge, Brétencourt). Arras est à nouveau bombardée. Lutte d'engins de tranchées entre Roye et Oise. Des contre-attaques allemandes sont repoussées près de Sapigneul, sur le canal de la Marne à l'Aisne. En Champagne, les Allemands nous bombardent avec des projectiles lacrymogènes : nous ripostons efficacement.
Actions d'artillerie en Lorraine, où nous prenons à partie les ouvrages allemands de Leintrey et d'Halloville. Nous avons repéré des travaux préparés pour l'installation de pièces lourdes à longue portée susceptibles d'atteindre les régions de Nancy et de Lunéville. Nos tirs de destruction ont prévenu ces tentatives. Lutte d'artillerie au Ban-de-Sapt.
Dix-neuf de nos avions bombardent la gare de Bensdorf, près de Morhange. Cent obus ont été lancés, atteignant les bâtiments et les trains stationnés.
La cavalerie russe a capturé de nombreux prisonniers autrichiens en Volhynie. D'autre part, le général Rousski a pu retirer ses troupes à temps de la région de Wilna, où l'avance de Hindenburg semble se poursuivre quoique avec une lenteur relative.
M. mac Kenna expose à Westminster le budget anglais de 1915-16, qui se montera à 40 milliards.

Jeudi 23 septembre
Canonnade à Boesinghe en Belgique. Grande activité d'artillerie, avec vives fusillades, au nord et au sud d'Arras, ainsi qu'entre Somme et Oise.
Bombardement violent, au nord de l'Aisne, dans la région de Ville-aux-Bois, où nous avons contraint l'ennemi à nous céder un poste fortifié.
Canonnade réciproque en Champagne. Nous détruisons une patrouille ennemie.
Action d'artillerie intense en Argonne, sur la lisière occidentale, et dans la région de la Haute-Chevauchée.
Sur les Hauts-de-Meuse, au nord-ouest du Bouchet, nos batteries ont provoqué une explosion dans les lignes ennemies. Canonnade en forêt d'Apremont, en Lorraine et dans les Vosges.
A titre de représailles, nos avions ont été bombarder Stuttgart, jetant une trentaine d'obus sur le palais royal et sur la gare. Ils ont pu revenir indemnes dans nos lignes.
Huit autres avions ont opéré au-dessus de la gare de Conflans, entre Verdun et Metz.
Les combats entre Allemands et Russes se poursuivent avec violence autour de Dwinsk. Nos alliés ont fait encore 2000 prisonniers de plus en Volhynie et en Galicie.
La négociation de l'emprunt franco-anglais, à New-York, paraît être en excellente voie.

Vendredi 24 septembre
La lutte d'artillerie se poursuit en Artois et spécialement autour de Souchez et de Neuville. Les Allemands ont jeté sur Arras et les environs des obus incendiaires qui ont allumé des foyers rapidement éteints. Lutte de bombes et de grenades à Quennevières. Canonnade réciproque en Champagne, à la lisière de l'Argonne.
Tir efficace de nos batteries entre Meuse et Moselle; lutte de bombes et de torpilles en forêt d'Apremont.
En Lorraine, nous bombardons les positions allemandes au nord de Nomény, et près d'Emberménil, de Leintrey, de Gondrexon et de Domèvre.
Un dirigeable français a bombardé plusieurs gares pour paralyser des mouvements de troupes ennemies. Nos avions ont opéré au-dessus des gares d'Offenbourg, de Conflans et de Vouziers, au-dessus des cantonnements de Langemark et de Middelkerke.
Les Russes ont pris une vigoureuse offensive dans la région au nord-ouest de Minsk et capturé des groupes ennemis, tandis que d'âpres combats se déroulent près de Dwinsk.
Les Italiens ont progressé dans plusieurs vallées alpines.
En réponse aux préparatifs qu'on signale en Bulgarie, la Grèce prend des mesures de défense.
Le congrès libéral de Moscou (assemblées provinciales et municipales) a décidé d'envoyer des délégués au tsar.

Samedi 25 septembre
L'ennemi a bombardé nos tranchées près de Boesinghe. Nous avons riposté. Grande activité d'artillerie en Artois. Nous provoquons l'explosion d'un dépôt de munitions près de Thélus. Entre Somme et Oise (Canny-sur-Matz, Beuvraignes), nous canonnons les positions ennemies, en détruisant des abris de mitrailleuses. Violent bombardement réciproque sur le front de l'Aisne et en Champagne. Entre Meuse et Moselle, nous atteignons des rassemblements ennemis à Nonsard et à Pannes.
En Lorraine, nous endommageons des organisations allemandes sur le Remabois et la Vezouse, ainsi que dans les Vosges (Linge et Braunkopf).
Les Russes ont accentué leurs progrès en Volhynie et en Galicie. Au nord-ouest de Doubno, ils ont fait 1400 prisonniers; ils ont sabré de gros effectifs autrichiens sur le Dniester.
La Bulgarie a officiellement mobilisé vingt-huit classes et envoyé quatre divisions à la frontière serbe. La Grèce a riposté en mobilisant vingt-quatre classes, outre les quatre qui sont sous les drapeaux. On estime que la Roumanie ne se désinteressera pas de cette nouvelle guerre, si elle éclate. Les Serbes ont pris des mesures pour défendre leur frontière.
Un croiseur allemand aurait été torpillé dans les eaux danoises; le croiseur turc Hamidich a été mis hors de combat, en mer Noire, par des torpilleurs russes.
Deux taubes ont essayé vainement d'opérer au-dessus d'Abbeville.

Dimanche 26 septembre
Nos batteries ont coopéré avec la flotte anglaise au bombardement des positions allemandes de Westende et de Middelkerke.
Les troupes britanniques ont attaqué avec succès les positions ennemies à l'ouest de Loos et d'Hulluch.
Opérant en liaison avec l'armée anglaise, nous avons prononcé une attaque énergique au nord d'Arras et pris pied sur plusieurs points des lignes ennemies.
Combat à coups de torpilles et de bombes entre Somme et Aisne. Nous faisons exploser un dépôt de munitions ennemies.
En Champagne, après avoir bombardé les tranchées, abris, blockhaus et batteries ennemis, nous avons donné assaut aux lignes allemandes, entre Suippes et Aisne. Les premières positions ennemies ont été occupées sur la presque totalité du front d'attaque.
Canonnade en Woëvre, en Lorraine et dans les Vosges. Nos avions ont bombardé la gare des Sablons, à Metz.
Les Russes ont repris la forteresse de Loutsk (Volhynie), après une série de brillants combats, où ils ont fait 5000 prisonniers. Ils ont été aussi victorieux sur la Chara, au nord de Pinsk.
Le bruit de la mobilisation roumaine a couru sans être toutefois confirmé. Les gouvernements de la Quadruple Entente délibèrent au sujet de l'action à entreprendre pour prémunir la Serbie contre une agression bulgare.

 
Messe en musique sur le front de Champagne

C'est sur le front champenois, là même où, quelques jours plus tard, devait avoir lieu la furieuse attaque contre les les lignes allemandes que ce place cette scène essentiellement pacifique. En attendant de retourner dans la tranchée où ils ont dû prendre part aux assauts du 25 septembre, trois artistes connus, accompagnent les chants liturgiques, l'un de la voix, l'autre de son violon, le troisième sur les touches de l'harmonium, tandis que sous la voûte, trouée d'obus, des soldats assistent à l'office.
 

Lundi 27 septembre
Notre offensive est couronnée de succès dans deux importants secteurs du front. Au nord d'Arras, nous avons occupé tout le village de Souchez et avancé vers l'est dans la direction de Givenchy. Plus au sud, nous approchons de Thélus. Nous avons capturé un millier d'hommes.
En champagne, nous avons progressé de 1 à 4 kilomètres sur un front de 25, entre Auberive et Ville-sur-Tourbe. Nous sommes sur la route de Souains à Somme-Py et sur celle de Souains à Tahure. Les pertes de l'ennemi sont très importantes. Vingt-quatre canons de campagne sont tombés entre nos mains. Depuis deux jours, nous avons fait 23000 prisonniers valides.
Les Belges on forcé les Allemands à évacuer 200 mètres de tranchées sur l'Yser.
Les Anglais ont attaqué au sud du canal de la Bassée. Sur un front de 8 kilomètres, ils ont pénétré dans les retranchements ennemis jusqu'à une profondeur de 4 kilomètres parfois. Ils ont gagné 600 mètres de tranchées au sud de la route de Hooge et fait 1700 prisonniers.
Les Russes ont repoussé les Allemands devant Dwinsk avec des pertes énormes et poursuivi leurs avantages en Galicie et en Volhynie. On annonce que l'amirauté de Berlin rappelle ses grands navires de la Baltique par crainte des sous-marins russes et anglais.
La Bulgarie multiplie les notes aux puissances en prétendant qu'elle se borne à assurer sa défensive.

Mardi 28 septembre
La situation ne s'est guère modifiée, au nord d'Arras, où l'ennemi ne réagit que peu contre les positions nouvelles occupées par nos troupes. Nous avons fait 1500 prisonniers.
Le chiffre des prisonniers capturés par les Anglais dans le secteur au sud de la Bassée est de 2600.
En Champagne, la lutte continue. Nous sommes devant le front de seconde ligne allemand jalonné par la cote 185, à l'ouest de Navarrin, la butte de Souain, la cote 193, le village de Tahure.
Le nombre des canons de campagne et d'artillerie lourde pris à l'ennemi est de 80, dont 23 enlevés par l'armée britannique.
Une offensive allemande en Argonne, à la Fille-Morte, a été quatre fois enrayée. Nos adversaires ont subi de très lourdes pertes.
Des avions alliés ont bombardé Bruges.
Les Russes ont livré toute une série de combats au cours desquels ils ont fait de nombreux prisonniers. Leur offensive se poursuit en Galicie et dans la région de Pinsk. Ils ont reconquis depuis quinze jours environ 110 kilomètres.
Le roi de Grèce s'est mis d'accord avec son premier ministre M. Venizelos, sur la politique à suivre vis-à-vis de la Bulgarie.
La Roumanie a pris des précautions sur sa frontière du sud.

Mercredi 29 septembre
Nous continuons à gagner du terrain en Artois, pied à pied, sur les crêtes à l'est de Souchez. Nous avons atteint un point stratégique de la plus haute importance, la cote 140, point culminant des crêtes de Vimy, et l'un de nos principaux objectifs.
En Champagne, de nouveaux progrés ont été réalisés. 800 prisonniers ont été capturés au nord de Massiges.
En Argonne, l'attaque allemande contre le bois de Bolante a totalement échoué. L'ennemi a été expulsé des tranchées de première ligne où il avait réussi à s'installer. Il a subi de lourdes pertes. Il a dirigé sur nos positions un bombardement violent et auquel nous avons efficacement répondu.
Canonnade au bois Le Prêtre et dans la région du Ban-de-Sapt.
Les Anglais ont poursuivi leur progression à Hulluch et à l'est de Loos. Ils ont capturé 18 canons, 32 mitrailleuses et 2800 prisonniers.
Les Russes ont livré des combats heureux sur l'ensemble du front et un peu partout ont pris des Allemands et des Autrichiens : le total s'éleverait à plusieurs milliers d'hommes.
La Grèce semble délibérément prendre position contre la Bulgarie, et la presse officieuse allemande invective le cabinet d'Athènes et M.Venizelos.

Jeudi 30 septembre
Le succès obtenu en Champagne a été très important. Le nombre des prisonniers faits par nous est de 23000, celui des canons capturés est de 79. De nouveaux groupes d'Allemands se sont rendus. Notre poussée continue contre les positions de repli de l'ennemi. Nous avons progressé sur les pentes de la butte de Tahure et au nord de Massiges.
En Artois, nom avons atteint, après une lutte opiniâtre, le point culminant de la crête de Vimy et nous avons maintenu toutes les positions conquises. De là nous dominons la plaine de Douai. Nous avons fait 300 prisonniers.
Canonnade au nord et au sud de l'Aisne, en forêt d'Apremont et au bois Le Prêtre.
Les Anglais ont progressé vers Lens et augmenté le total de leurs prisonniers.
Les Russes ont livré de sanglants combats vers Dwinsk, au sud de Vilna et en Volhynie.
Les Anglo-Indiens ont remporté un succès en Mésopotamie et marchent sur Bagdad.
Une crise ministérielle s'est produite à Sofia. MM. Tontchef et Bakalof estimant la politique de M. Radoslavof encore trop peu complaisante à l'égard de l'Allemagne, ont démissionné. Mais le roi a obtenu d'eux qu'ils reprissent leur démission.