Lundi 1er janvier 1917
Au sud de la Somme, un coup de main effectué par nous sur un petit poste allemand au sud de Chilly nous a valu des prisonniers.
Au cours de l'année écoulée, les troupes françaises, en brisant l'assaut de l'ennemi contre la forteresse de Verdun et en le faisant reculer sur les deux rives de la Somme, ont fait 78.500 prisonniers allemands.
Les Anglais ont fait sauter une mine avec succès au nord-est de Neuville-Saint-Vaast.
Leur artillerie a bombardé des positions ennemies dans la région de Serre et les gros cantonnements à l'est d'Arras. Elle a bombardé aussi les tranchées allemandes au sud du Transloy, et détruit un pont sur la rivière des Laces, au nord de Neuve-Chapelle.
Activité habituelle d'artillerie dans la zone montagneuse, spécialement à l'est de Gorizia et sur le Carso. Nos alliés ont fait exploser un dépôt de munitions autrichien.
Les Austro-Allemands ont été repoussés par les Russes près de la frontière de Moldavie, mais ils ont avancé dans la vallée de l'Oïtuz et sur le cours supérieur de la Putna. Ici, les combats ont été très acharnés.
Les alliés ont remis à la Grèce une note réclamant des réparations pour le guet-apens du 1er décembre, et des garanties pour l'avenir.

Mardi 2 janvier
En Champagne, après un violent bombardement par engins de tranchées, les Allemands ont attaqué à deux reprises nos postes avancés à l'ouest d'Auberive. Ces deux tentatives ont complètement échoué sous nos feux de mitrailleuses et nos jets de grenades.
Sur la rive droite de la Meuse, un fort coup de main tenté par les Allemands contre les tranchées conquises par nous à l'est de la ferme des Chambrettes a complètement échoué.
Journée relativement calme sur le reste du front.
Sur le front belge, bombardements réciproques à l'est de Ramscapelle et vers Dixmude. Vive lutte des artilleries de campagne et de tranchées à Hetsas.
Dans la région au sud de Pinsk, les Allemands ont bombardé les tranchées russes, ils ont donné plusieurs attaques sans résultat.
Au sud-est de Brody, l'ennemi a bombardé les positions de nos alliés avec des obus asphyxiants.
Sur la frontière de Moldavie, il a été repoussé, le long de la rivière Dekash, comme d'ailleurs sur le Trotus.
Les troupes de Mackensen ont attaqué la tête de pont de Braïla et refoulé une arrière-garde russe en Dobroudja.
Canonnade sur le front de l'armée italienne (val d'Astico, Giulie et Carso).

Mercredi 3 janvier
Lutte d'artillerie assez active sur le front Hardaumont-Bezonvaux, intermittente sur le reste du front.
Sur tout le front de l'armée belge, l'activité réciproque d'artillerie a été assez grande. Les batteries belges ont exécuté des tirs réussis à l'est de Ramscapelle, Dixmude et Steenstraete.
Sur le front britannique, un détachement ennemi, qui avait réussi à atteindre les tranchées de nos alliés au début de la matinée à l'est de Vermelles, a été aussitôt rejeté, après avoir perdu la moitié de son effectif.
Une patrouille d'une quarantaine d'hommes qui tentait, sous la protection d'un violent bombardement, de s'approcher des lignes anglaises au nord d'Ypres, a été repoussée avec de fortes pertes. L'artillerie ennemie a montré par intermittences une grande activité au cours de la journée et de la nuit en différents points du front entre la Somme et l'Ancre, ainsi qu'au sud et à l'est d'Ypres. Elle a été contrebattue avec efficacité. Les Anglais ont en outre bombardé les positions allemandes vers Neuve-Chapelle et Armentières.
Canonnades sur le Carso.
Violents combats sur le front de Moldavie et dans la chaîne des Carpathes.
Le ministre d'Italie à Athènes, comte Bosdari, a remis une note à M. Lambros pour se solidariser avec les ministres de France, d'Angleterre et de Russie dans leur demande de réparations et de garanties. Mais il a ajouté que l'Italie n'étant pas puissance protectrice, laissait à la France, à l'Angleterre et à la Russie le soin de régler la question de la libération et de l'indemnisation des venizelistes. On se demande si Constantin Ier, cédant aux injonctions de sa presse, ne se rangera pas aux côtés des Empires du Centre.
M. de Billy a été nommé agent diplomatique de la France auprès de M. Venizelos à Salonique.
La presse allemande accueille par une explosion de fureur la réponse des alliés, qu'elle interprète comme un refus pur et simple de toute ouverture de paix. Sur un mot d'ordre, la presse viennoise a suivi son exemple.

Jeudi 4 janvier
Duel d'artillerie assez vif au nord et au sud de la Somme, dans la région de Rouvroy et dans celle de Verdun, autour du Mort-Homme et de Bezonvaux.
En Champagne, nos patrouilles, très actives, ont ramené des prisonniers.
Sur le front belge, violente lutte d'artillerie dans la région de Steenstraete. Les batteries de nos alliés ont causé de sérieux dégâts aux positions allemandes.
L'artillerie britannique s'est montrée active dans la région de Souchez et dans la moitié sud du saillant d'Ypres.
L'Italie annonce qu'elle a fait 85000 prisonniers et qu'elle a occupé plus de 3000 kilomètres carrés dans le Trentin et sur l'Isonzo depuis le début de sa participation à la guerre.
Sur le front roumain, les Allemands se heurtent à une résistance de plus en plus acharnée des Russes qui leur ont fait plusieurs centaines de prisonniers. La lutte est très vive autour de Focsani, de Braïla et devant Macin. Elle semble surtout devoir se développer sur la rive droite du Sereth où Broussilof a concentré des forces importantes.
Le Sénat américain a discuté la note de M. Wilson aux puissances belligérantes.
Le gouvernement français a désigné M.de Billy pour le représenter auprès du gouvernement insurectionnel de Salonique. Le roi de Grèce a consulté ses ministres sur la réponse à faire à la nouvelle note de l'entente.

Vendredi 5 janvier
Entre l'Oise et l'Aisne, nous avons dispersé une reconnaissance ennemie au nord de Fontenoy et fait des prisonniers.
Lutte d'artillerie assez violente dans le secteur à l'ouest de la route Souain-Somme-Py at dans les régions de Douaumont et de la côte du Poivre. Canonnade habituelle sur le reste du front.
Un avion allemand a lance deux bombes sur Compiègne : une femme a été blessée.
Les patrouilles belges ont été actives à l'est de Pervyse.
Vive lutte d'artillerie vers Ramscapelle, Dixmude et Hetsas.
Les troupes britanniques ont exécuté un coup de main heureux contre les tranchées allemandes, au nord-est d'Arras. Elles ont pénétré aussi dans les lignes ennemies en deux points de la région de Wytschaete. Un détachement ennemi, à la suite d'un violent bombardement, a tenté d'approcher les positions anglaises à l'est d'Armentières. Il a été rejeté.
Canonnade dans le val d'Astico, sur le front italien.
Les Russes ont fait 600 prisonniers austro-allemands sur le front roumain, à Botochu, mais ils ont dû reculer vers Braïla devant des forces supérieures en nombre.

Samedi 6 janvier
En Champagne, rencontre de patrouilles en divers points.
Sur la rive gauche de la Meuse, nous avons repoussé aisément une attaque contre un des petits postes à l'est de la cote 304.
Assez grande activité des deux artilleries sur notre front de la Woëvre.
Journée calme sur le reste du front. Canonnade dans les secteurs belges.
Un détachement allemand a réussi à pénétrer dans les lignes anglaises au sud de Loos. A la suite d'un violent engagement, l'ennemi a été rejeté, laissant un certain nombre de morts.
Nos alliés ont fait exploser avec succès un fourneau de mine au nord de Givenchy.
Grande activité d'artillerie à Lesboeufs, à Gueudecourt, à l'ouest de Gommécourt et dans la région de la côte 50.
Les Italiens ont accompli par surprise un bond de 200 mètres sur le Carso.
Les Russes ont dû se replier sur le Sereth et au sud de Braïla.
Une attaque allemande a été repoussée sur la Duna.
La conférence interalliée a commencé à Rome où sont arrivés MM. Briand, Albert Thomas et le général Lyautey.
M. Beau, ambassadeur de France à Berne a affirmé au Conseil fédéral la volonté de la France de respecter la neutralité suisse.

M.Briand et M.Albert Thomas accueillent à l'hôtel Bristol, à Rome, le général Sarrail, appelé de Salonique pour prendre part à la conférence.
Le général Lyautey
M. Lloyd George et l'ambassadeur britannique


Dimanche 7 janvier
Actions d'artillerie violentes et courtes dans la région de Paschendael.
Sur le front de la Somme, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction efficaces sur les organisations allemandes de la région du bois Labbé, d'Omiécourt et de Licourt.
Des coups de main ennemis sur des postes avancés à l'est de la butte du Mesnil, dans la région de Maisons-de-Champagne et à l'ouest d'Arracourt ont été repoussés par nos feux. L'ennemi a laissé des prisonniers entre nos mains.
Grande activité d'artillerie sur tout le front belge. Vers Steenstraete se sont déroulés de violents bombardements réciproques à l'aide des artilleries de campagne et de tranchées.
Sur le front d'Orient, lutte d'artillerie dans la région de Guevgeli-Lomnica, de Monastir-Madyag, et sur la Cerna. Une tentative bulgare a échoué à Leskavo et des actions heureuses ont été effectuées par les troupes britanniques près de la ligne Demir-Hissar-Sérès.
La flotte anglaise a bombardé Akar-Vika et Semuntolos ,au nord d'Orfano.
Les Russes ont évacué Braïla, qui a été occupé par les Austro-Allemands : ils ont repassé le Sereth.
Nos escadrilles de bombardement ont opéré sur le champ d'aviation de Grisolles, sur la gare et les baraquements de Guiscard et sur les bivouacs de Spincourt.

Lundi 8 janvier
En Belgique, vive lutte d'artillerie dans le secteur de Nieuport-Bains.
En Champagne, dans la région de Tahure, une reconnaissance ennemie, prise sous notre feu, a subi des pertes et s'est dispersée.
Les troupes anglaises ont enlevé deux postes vers Beaumont-Hamel et fait 50 prisonniers. L'ennemi ayant tenté de reprendre pied dans ces postes, a complètement échoué.
Nos alliés ont fait 19 prisonniers au cours d'un coup de main au sud d'Armentières.
L'ennemi qui avait, à la suite d'un violent bombardement, tenté de pénétrer dans les tranchées au sud Wytschaete, a été rejeté en désordre après avoir subi des pertes importantes. Une autre tentative contre les avant-postes au nord d'Ypres a également échoué.
Activité d'artillerie au sud de Souchez et dans les régions du canal de la Bassée, d'Armentières et d'Ypres.
Canonnade sur le Carso.
Les Russes ont fait 500 prisonniers allemands en Moldavie.
Le général Sarrail a participé à la conférence interalliée de Rome.
La gazette de l'Allemagne du Nord dément formellement que les conditions de paix des Empires du Centre aient été communiquées au président Wilson.

Mardi 9 janvier
Rencontres de patrouilles dans la région de Bouchavesnes et dans la forêt de Parroy.
Sur la rive droite de la Meuse, lutte d'artillerie assez active au pied des Côtes de Meuse. Nos batteries ont exécuté des tirs de destruction sur les organisations allemandes de la Woëvre et du bois des Chevaliers.
Journée relativement calme sur le reste du front.
En Belgique, sur tout le front de l'Yser, grande activité d'artillerie réciproque, particulièrement à Dixmude et Steenstraete.
La canonnade a beaucoup augmenté d'intensité sur le Carso. Des avions italiens ont opéré dans la région entre Nabresina et Trieste.
Les Russes ont pris 16 canons et 800 prisonniers allemands dans la partie nord de leur front occidental. Leurs avions ont bombardé Kovel. Les Allemands pensent que la reprise d'offensive de Broussilof se produira en Volhynie.
Les communiqués de l'état-major allemand annoncent la prise de Focsani, en Valachie, où 3900 hommes auraient été capturés.
Les ministres français et anglais sont revenus de la conférence de Rome; les ministres anglais ont continué leur route vers Londres.
Le Kaiser annonce la guerre sous-marine sans restriction.

Mercredi 10 janvier
En Champagne, combat de patrouilles à l'ouest de Navarin.
En Alsace, dans la région du canal du Rhône au Rhin, un tir de notre artillerie a détruit un dépôt de matériel ennemi près d'Illfurth.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Sur le front belge, activité réciproque de l'artillerie, de Pervyse par Dixmude jusqu'au sud de Steenstraete.
Sur le front britannique, l'ennemi a fait jouer un camouflet au sud de Loos sans occasionner de dégâts. Les Anglais ont pénétré dans les tranchées allemandes en face d'Hulluch. Bombardement des positions ennemies de part et d'autre de Loos et dans le saillant de Gommécourt.
Activité des deux artilleries dans les régions de Souchez, Armentières, Messine et Ypres. Le bombardement d'un point d'appui ennemi allemand au nord de Wieltje a déterminé une violente explosion.
Canonnade et activité d'aviation sur le Carso.
Les Russes ont enlevé aux Allemands une petite île de la Dwina, mais ils continuent à reculer, ainsi que les Roumains en Moldavie.
Les Alliés ont envoyé au roi Constantin Ier un ultimatum à échéance de 48 heures pour obtenir l'exécution des conditions stipulées dans leur note du 31 décembre (réparations et garanties).
Le général Trepof, président du Conseil de Russie depuis le 23 novembre 1916, a été mis à la retraite ainsi que M. Ignatief, ministre de l'Instruction publique. Le prince Galitzine, sénateur, membre du Conseil de l'empire, remplace le général Trepof. M. Neratof, ministre-adjoint des Affaires étrangères, s'est également retiré pour entrer au Conseil de l'empire.
L'Italie appelle de nouvelles classes sous les drapeaux.
Un discours que l'ambassadeur américain Gerard a prononcé à Berlin, et où il aurait affirmé la cordialité des rapports entre son pays et l'Allemagne, fait grand bruit à Washington. M. Wilson a demandé des éclaircissements à M.Gerard.


Jeudi 11 janvier
Lutte d'artillerie intermittente sur la plus grande partie du front, plus active au nord de la Somme, dans les régions de Bouchavesnes et de Cléry et en Argonne dans le secteur du Four-de-Paris.
Sur le front belge, violent duel d'artillerie dans la région de Dixmude. Vers Hetsas, lutte à coups de bombes. L'artillerie belge a réduit au silence les minenwerfer ennemis.
Canonnade habituelle sur le Carso.
Sur le front russe du nord, la lutte continue à l'ouest de Riga (région du lac de Babit). Nos alliés, après un combat acharné, se sont emparés des positions ennemies entre les marais de Tiroul et la rivière Aa : ils se sont avancés de 2 kilomètres vers le sud et ont capturé des prisonniers.
Des contre-offensives ennemies ont été repoussées. Nos alliés, dans les quatre derniers jours, ont pris 21 canons lourds, 11 canons légers, 11 caisses à munitions.
En Valachie, les troupes russo-roumaines ont brisé une série d'attaques. Elles ont fait 335 prisonniers.
M. Briand a remis à M. Sharp, ambassadeur des Etats-Unis la réponse à la récente note de M. Wilson. Cette remise a été effectuée en présence de M. de Beyens, ministre des Affaires étrangères de Belgique.



Vendredi 12 janvier
En Argonne, à la Fille-Morte, nous avons fait sauter une mine qui a causé de gros dégâts dans la tranchée adverse.
Sur la rive droite de la Meuse, une attaque des Allemands, dirigée sur une de nos tranchées du bois des Caurières, a été repoussée après un vif combat au cours duquel l'ennemi a subi des pertes sérieuses.
Actions d'artillerie en Haute-Alsace, en Woëvre et dans la région de Verdun.
Les Anglais ont effectué toute une série d'opérations secondaires.
Au sud de l'Ancre, des détachements ont pénétré sur deux points dans les tranchées allemandes de la région de Grandcourt et y ont enlevé des prisonniers. Une autre opération a eu lieu avec un grand succès près de Beaumont-Hamel. Une tranchée a été enlevée sur un front de 1200 mètres. Une contre-attaque ennemie a été dispersée. Nos alliés ont fait l76 prisonniers.
Ils ont encore pénétré dans les lignes allemandes à l'est d'Armentières et au nord-est d'Ypres.
Aucune action militaire importante sur le front d'Orient. Lutte d'artillerie sur la Strouma et dans la région de Monastir.
Les hydravions britanniques ont bombardé Gerevitch, au nord-est de Xanthis. Douze avions britanniques ont bombardé les établissements militaires de Hudors et de Stroumica. Huit avions français ont opéré près de Velès.
Le cuirassé anglais Cornwallis a été coulé en Méditerranée.

Samedi 13 janvier
Dans les Vosges, à la suite d'une concentration de feux de notre artillerie, une reconnaissance a pénétré dans les tranchées allemandes, a réduit les défenseurs et ramené des prisonniers.
Canonnade habituelle sur le reste du front.
Légère activité d'artillerie sur le front belge dans la région de Steenstraete. Vive lutte à coups de grenades vers Hetsas.
Les Russes ont continué à progresser dans la région de Riga. On affirme que trois régiments allemands ont été complètement détruits.
Les Roumains ont réussi, de concert avec les Russes, à contenir les troupes de Mackensen sur la plupart des points en Valachie.
Lutte d'artillerie sur le front italien et spécialement dans le Trentin.
Le cuirassé italien Reine-Marguerite a été coulé.
Le comte Benkendorf, ambassadeur de Russie à Londres, est mort.
L'Allemagne et l'Autriche ont adressé aux neutres, une note qui constitue une réplique à la précédente note des alliés. Elles se refusent à formuler leurs conditions de paix avant l'ouverture des négociations.
Des documents nouveaux attestent que la disette ne cesse de s'accroître en Allemagne.




Dimanche 14 janvier
Journée calme sur l'ensemble du front. Canonnade intermittente sur différents points en Belgique, au sud de la Somme, en Lorraine et dans les Vosges. Activité de lance-bombes ennemis devant Dixmude et Hetsas.
Sur toute l'étendue du front italien. Activité habituelle des artilleries particulièrement intense en Gradicana, dans la zone de Plava, et dans la partie supérieure du plateau du Carso. Les Italiens ont fait des prisonniers et capturé de nombreuses caisses d'obus abandonnées par l'ennemi dans des excavations.
Les Russes ont repoussé plusieurs tentatives ennemies dans le nord. Le général Radko Dimitrief, qui commande sous les ordres du général Russky, a lancé une proclamation à ses troupes en leur énumérant le butin conquis entre Riga et Mitau, butin qui est considérable. Les Russo-Roumains résistent victorieusement sur le Sereth.
Guillaume II a publié un appel à son peuple pour dénaturer les termes de la note des Alliés et exciter la fureur allemande à la veille d'une reprise des opérations.
Les ministres de l'Entente pressent la Grèce de s'exécuter et de prendre les mesures prévues par l'ultimatum des quatre grandes puissances et acceptées par elle.

Lundi 15 janvier
Canonnade habituelle au sud de la Somme et dans la région de Verdun.
Plusieurs reconnaissances ennemies au sud de Berry-au-Bac ont été repoussées avec pertes.
Un avion ennemi a été forcé d'atterrir dans nos lignes, près de Pont-à-Mousson. Les aviateurs ont été faits prisonniers.
Un détachement ennemi a tenté un coup de main contre un des postes anglais au nord-ouest de Gueudecourt. Il a complètement échoué et a été rejeté avec pertes.
Les patrouilles britanniques ont exécuté avec succès diverses opérations dans les régions de Neuve-Chapelle et d'Armentières.
Les tranchées allemandes ont été bombardées avec efficacité au nord-ouest de Lens.
Activité d'artillerie au nord-est d'Ypres.
Canonnade croissante sur le front du Trentin. Les Italiens ont entravé des mouvements importants sur l'arrière du front ennemi. Ils ont pris sous leur feu des emplacements de batteries.
Les Russes ont repoussé une offensive allemande dans la région de Riga, au sud du lac Babit, à l'est du village de Kalnzem.
Les Autrichiens ont été rejetés dans la vallée de la Putna, en Valachie, et près de la vallée du Trotus.
Toutefois, les Russo-Roumains ont dû évacuer le village de Cotumihah, sur la rivière Sereth, près de Braïlow.
Succès russe au Caucase. Les Turcs prennent la fuite près de Kalkite.

Mardi 16 janvier
Bombardements réciproques sur les deux rives de la Somme, sur la rive droite de la Meuse et en Lorraine.
A la suite d'un bombardement effectué par eux entre Aisne et Argonne, les Allemands ont attaqué nos postes avancés; ils ont été rejetés après un vif combat à la grenade.
De notre côté, nous avons réussi plusieurs coups de main sur les lignes ennemies, pris du matériel et fait des prisonniers.
En Macédoine, le mauvais temps a provoqué des inondations. De violentes tempêtes de neige sont signalées dans la région du lac Presba. L'ennemi a manifesté de l'activité sur le front tenu par les Italiens: il a été repoussé. Violent bombardement sur le Vardar et dans la région de Rapès, dominé par une riposte violente de notre artillerie. Quelques engagements au sud du lac d'Okrida, en particulier à Voliterna, où un de nos détachements indo-chinois a été engagé. Un autre détachement a progressé près de Sveti.
Dans le Trentin, canonnade entre Adige et Astico. Canonnade également sur le front de Giulie.
Les Roumains ont refoulé l'ennemi au sud de Monastirka. Ils ont reculé près de Vadeni (10 kilomètres au sud-ouest de Galatz). L'ennemi a été arrêté près de Tchilouslea, à 12 kilomètres au nord-est de Focsani.
Un sous-marin allemand a été coulé sur la côte espagnole.




Observateurs sur les cimes
Mercredi 17 janvier
La lutte d'artillerie s'est poursuivie assez vive dans la région de la Somme, ainsi que sur le front nord-est de Verdun et en Lorraine.
Un coup de main exécuté par nous, sur les tranchées ennemies à l'est de Vic-sur-Aisne a pleinement réussi.
Sur le front belge, légère activité d'artillerie dans les régions de Dixmude et de Steenstraete, assez intense vers Hetsas.
Sur le front italien, dans le Haut-Cordevole, l'ennemi a fait exploser une mine très puissante sous la position de Cengia-Martini, mais nos alliés, par leurs travaux de contre-mine ont rendu cette explosion sans effet de leur côté. Au contraire, la galerie creusée par les Autrichiens s'est écroulée, entraînant des pertes sensibles parmi leurs troupes. La neige tombe abondamment dans la zone montagneuse du Trentin.
Violents combats en Roumanie, au sud-est de pralea, au sud du confluent de la Kassina et du Trotus.
Les Russo-Roumains se sont avancés de deux kilomètres au sud de Pralea. Ils ont rejeté deux attaques ennemies. On combat autour de Vedeni.
Le gouvernement suisse a rappelé une partie de ses troupes. Trois de ses divisions sur six sont désormais mobilisées.
La Grèce a cédé une fois de plus aux réclamations de L'Entente dont elle déclare accepter les clauses sans aucune restriction. Elle libérera tout de suite les venizelistes.
L'amiral américain Dewey, le héros de la bataille navale de Manille, est mort.
Les gouvernements alliés ont remis à la Suisse et aux royaumes scandinaves des réponses aux notes par lesquelles ces Etats s'associaient à la récente démarche de M. Wilson.



Le poste du Largin entre Français et Allemands
Jeudi 18 janvier
Activité normale d'artillerie et d'engins de tranchées sur tout le front.
Sur le front belge, légère activité d'artillerie dans la région de Dixmude.
Dans les secteurs italiens, les intempéries persistantes ont gêné l'artillerie sur tout l'ensemble du front. Sur le Carso, activité des patrouilles italiennes, qui ont lancé des bombes sur les lignes ennemies et fait quelques prisonniers.
Sur le front russe, au sud d'Augustowo, l'ennemi tient les positions de nos alliés sous un feu intense. Il a bombardé sans succès leurs troupes au sud de Samnitsa, sur la Bistrytsa.
En Roumanie, les Austro-Allemands ont pris l'offensive dans la région du chemin de fer Bystrek-Kempolung. Ils ont été arrêtés. Ils ont été rejetés au nord-ouest de Presla. Les Russes ont délogé les Allemands de Guerlesti, en capturant 2 mitrailleuses. Ils ont pris d'assaut le village de Vadeni, au sud-ouest de Galatz. L'ennemi déclencha une contre-attaque, mais qui fut arrêtée avec de grosses pertes.
La mobi1isation édictée par le gouvernement helvétique provoque dans toute l'Europe d'abondants commentaires.
On annonce que le président Wilson n'enverra pas, pour le moment, de nouvelle note aux Empires du Centre.

Vendredi 19 janvier
Duels d'artillerie assez sérieux dans les Vosges, en Lorraine, et dans la région de Soissons. Calme sur le reste du front.
Sur le front belge, canonnade dans les secteurs de Ramscapelle, de Dixmude et d'Hetsas. Lutte à coups de bombes vers Steenstraete. Les Anglais ont réalisé de nouveaux progrès au nord de Beaucourt-sur-Ancre, à la suite de l'opération qu'ils avaient exécutée dans ce secteur. Ils ont bombardé les positions ennemies à l'est du bois Grenier et de Ploeghteert. L'artillerie allemande a montré de l'activité au sud de Sailly-Saillisel et à l'est de Béthune.
Les Russes, au sud de Smorgon, ont pénétré dans les retranchements allemands; en même temps, ils faisaient jouer trois galeries-mines. Dans la région à l'ouest de Semerinka, leur artillerie a détruit les abris ennemis. Sur la Bistrytsa, les éclaireurs ennemis ont été repoussés et ont abandonné des armes et des munitions.
Dans les Carpathes boisées, les Austro-Allemands ont subi un échec au sud du mont Puévi.
Sur le front roumain, échec de l'ennemi au sud de l'Oltuz et au sud de Monastirka. Succès roumain au sud-ouest de Proléa : nos alliés ont capturé de nombreux prisonniers et 7 mitrailleuses.
Le général Chouvaïef, ministre de la Guerre russe a démissionné; il est remplacé par le général Bielaef.

Samedi 20 janvier
Notre artillerie a énergiquement contre battu l'artillerie ennemie dans les secteurs à l'est d'Auberive, de la cote 304 et de la ferme des Chambrettes.
Sur le front belge, canonnade intense dans la région de Ramscapelle.
Sur le front du Trentin, action limitée des deux artilleries italienne et autrichienne. La nôtre a entravé les mouvements de l'ennemi dans la vallée de l'Adige. Dans le Carso, l'artillerie ennemie a concentré son feu contre le secteur entre le Frigido et la route d'Oppacchiasella à Castagnevizza. Elle a été vigoureusement contre battue par l'artillerie italienne, qui a arrêté et dispersé des groupes qui tentaient de s'approcher de ses positions.
Sur le front russe, au nord-est de Baranovitchi, des détachements de nos alliés ont attaqué deux petits postes et fait 17 prisonniers. L'artillerie lourde ennemie a bombardé le ravin de Boudnowo. Dans la région de Zborow, elle a démoli des réseaux de fils de fer, et une attaque a suivi, mais les éléments qui avaient pénétré d'abord dans les tranchées russes ont été aussitôt refoulés.
Sur le front roumain, canonnade dans les vallées du Trotus et de l'Oltuz. Fusillades et reconnaissances d'éclaireurs.

Dimanche 21 janvier
Dans la région du sud de Lassigny, la lutte d'artillerie a continué avec une certaine violence. Un coup de main ennemi, dirigé sur une de nos tranchées, a échoué.
Au nord-ouest de Soissons, une incursion dans les lignes adverses du secteur de Vingré, nous a permis de ramener des prisonniers.
En Alsace, rencontre de patrouilles dans le secteur de Burnhaupt. Une forte reconnaissance allemande qui tentait d'aborder nos lignes dans la région au sud-ouest d'Altkirch a été repoussée par nos feux. Canonnade intermittente sur le reste du front.
Sur le front belge, bombardement réciproque dans le secteur de Ramscapelle. Les pièces belges ont contre-battu les batteries allemandes dans la région de Dixmude, où de violents duels d'artillerie out eu lieu au cours de la journée. Vives actions d'artillerie de campagne et de tranchée vers Steenstraete et Hetsas.
Sur le front d'Orient, canonnade dans la région de Magarevo-Tirnova, sur le Vardar et vers Djoran.
Les Russes ont exécuté un raid heureux dans la zone de Sparavina. Rencontres de patrouilles au sud de Vetrenik et sur la Strouma, vers Hornoudos.
Les Russo-Roumains ont cédé du terrain aux Austro-Allemands à l'un des passages du Sereth.
Canonnade sur le front italien.

Lundi 22 janvier
Dans la région de Lassigny, une tentative allemande sur une de nos tranchées, vers Cauny-sur-Matz, a été aisément repoussée. L'ennemi a laissé des prisonniers entre nos mains.
Sur la rive droite de la Meuse, activité intermittente des deux artilleries.
Combats de patrouilles dans le bois des Caurières.
Sur le front italien, canonnades sans attaques.
Les Russes ont opéré un bombardement prolongé dans la région de Kovel.
Sur le front roumain, aucun événement n'est signalé.
Le tsar a adressé un rescrit au nouveau président du Conseil, prince Galitzine, pour affirmer sa volonté de poursuivre la guerre jusqu'à la victoire décisive et recommander une collaboration bienveillante entre le gouvernement et les assemblées. Il insiste aussi sur la nécessité de remédier à la crise alimentaire.
La Turquie proteste contre la note de l'Entente à M. Wilson, en invoquant le principe des nationalités.
La présence d'un corsaire allemand dans les eaux de l'Atlantique irrite non seulement les Etats-Unis, mais encore le Brésil.
Un laboratoire de munitions a sauté à Spandau, près de Berlin. Il y a des morts et des blessés.
Les Alliés ont signifié à la Grèce qu'elle avait jusqu'au 4 février pour transférer ses troupes du continent en Morée.

Mardi 23 janvier
Journée calme sur la rive droite de la Meuse où l'activité de l'artillerie a été très vive dans les secteurs de Douaumont et du bois des Caurières, ainsi que dans les Vosges, à la Chapelotte.
Sur le front belge, lutte des artilleries de campagne et de tranchées, dans la région de Hetsas. Bombardement réciproque dans le reste des secteurs.
Sur le front britannique, un détachement ennemi qui tentait hier soir un coup de main au nord d'Arras, a été repoussé avec pertes avant d'avoir pu aborder nos lignes. Une tentative analogue sur nos tranchées, au nord-est du bois de Ploegsteert, a également échoué. A la suite de divers engagements de patrouilles, nos alliés ont fait un certain nombre de prisonniers vers Grandcourt, Neuville-Saint-Vaast, Fauquessart et Wystchaete.
Activité d'artillerie au nord de la Somme et dans les régions de Ferre et de Ploegsteert. L'artillerie lourde anglaise a provoqué une explosion dans les lignes allemandes en face d'Arras.
Canonnade dans le Carso.
Activité accrue sur toute l'étendue du front russe.
Progrès britanniques vers Kut-el-Amara. M. Wilson a adressé au Sénat américain un long message sur sa conception de la paix future.




SUR LE FRONT ITALIEN : SKIEURS EN MARCHE

Mercredi 24 janvier
Canonnade assez active en Champagne et en Argonne.
En Lorraine, nous avons effectué un coup de main dans les lignes adverses, dans la région de Rechicourt. Une pièce ennemie à longue portée a lancé quelques obus dans la région de Frouard. En Alsace, dans le secteur d'Hirtzbach, rencontres de patrouilles. Lutte d'artillerie vers Largitzen.
Dans la matinée, des avions ennemis ont jeté 5 bombes sur Montdidier.
Un fokker a atterri dans nos lignes près de Fismes. Deux autres avions allemands ont été abattus près de Marchélepot et d'Amy (Oise).
Activité d'artillerie sur le front belge, particulièrement dans la région d'Hetsas, où la canonnade a été très violente. Les Anglais ont exécuté avec succès un coup de main dans la région de Neuville-Saint-Vaast, où ils ont fait de nombreux prisonniers. Leurs grenadiers ont été très actifs dans la région de Fauquissart. L'ennemi a tenté deux attaques entre Armentières et Ploegstaert. Les deux attaques ont été refoulées avec de grosses pertes pour les Allemands.
Canonnade sur l'ensemble du front. Un avion allemand a été capturé près d'Aubigny.
Sur le front italien, activité d'artillerie intense dans le Trentin et dans la région de Plava.
Sur le front russe, combats près de Riga et sur le Stokhod.
Combat naval en mer du Nord. Les Allemands auraient perdu plusieurs contre-torpilleurs et les Anglais un seul.

Jeudi 25 janvier
Notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les tranchées ennemies de Moulins-sous-Touvent et au nord-est de la cote 304. Lutte d'artillerie assez violente dans le secteur du bois des Caurières. Deux coups de main allemands, dirigés, l'un sur nos lignes dans le secteur de Missy (est de Soissons}, l'autre aux Eparges, ont échoué. Nous avons fait des prisonniers.
Un avion allemand a été abattu dans nos lignes, aux environs de Vauxcéré (Aisne}.
Vives actions réciproques d'artillerie dans les régions de Dixmude et de Steenstraete-Hetsas. Les batteries belges ont canonné avec succès les positions ennemies au nord-est de Boesinghe.
Sur le front d'Orient, abondantes chutes de neige.
Lutte d'artillerie assez vive, en particulier dans le secteur tenu par les troupes italiennes et dans la région de Guevgeli.
Une action russe dans la région de Slavavina a permis de faire des prisonniers.
Une attaque autrichienne a été repoussée par les Italiens près de Gorizia.
Les Russes ont dû reculer de 2 kilomètres environ devant les Allemands, sur l'Aa. Ils ont tenu bon près d'Illoukst, et ont dispersé des forces ennemies dans la région de Jesupol.
Sur le Danube, en face de Tulcea, un bataillon bulgare, qui avait franchi la branche Saint-Georges, a été détruit par nos alliés, qui ont fait 337 prisonniers et n'ont eu qu'un tué.


LES AS DE LA FAMEUSE ESCADRILLE DES CIGOGNES



Vendredi 26 janvier
Les Allemands ont tenté, sans succès, après un vif bombardement, un coup de main sur nos tranchées, à 3 kilomètres au sud-est de Berry-au-Bac. L'ennemi a laissé des morts sur le terrain.
Notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations et les batteries allemandes de la région de Bures (nord-est de Lunéville} et de l'Hartmannswillerkopf. Lutte d'artillerie assez vive en Haute-Alsace.
Guynemer a abattu son 27e avion près de la gare de Chaulnes. Le lieutenant Heurteaux a descendu son 17e avion. Un autre avion allemand a été abattu dans nos lignes aux environs de Vauxcéré (Aisne).
A l'est de Riga, les Allemands ont été rejetés dans leurs tranchées. L'ennemi a été également rejeté vers le sud entre les marais de Tiroul et la rivière Aa. Par contre, à l'ouest de l'Aa, les Russes ont été refoulés d'une demi-verste vers le nord.
Dans la mer Noire, un sous-marin russe a coulé près du Bosphore 4 navires; 3 autres navires, contraints de se jeter à la côte, ont été détruits par la tempête.




L'escadrille "N-33 dite "des Cigognes" est celle qui compte le plus de records à son actif et comprend le plus d'"as" consacrés par le communiqué. Sous les ordres du jeune commandant Brocard, qui n'a que vingt-neuf ans, elle a obtenu la fouragère à la suite de deux citations magnifiques. Fin janvier elle avait livré 800 combats, abattant plus de 95 avions et 3 drachens. Guynemer comptait, pour sa part, 30 victoires, Heurteaux 19, Dorme 17, Deullin 10, Chainat 8 et La Tour 7. Tous ont, comme insigne, une cigogne.


Samedi 27 janvier
Sur la rive gauche de la Meuse, à la suite d'un violent bombardement, les Allemands ont attaqué sur quatre points de notre front, depuis le bois d'Avocourt jusqu'au Mort-Homme. Repoussés par nos tirs de barrage, nos feux d'infanterie et de mitrailleuses, les assaillants ont dû refluer vers leurs tranchées de départ. Seules quelques fractions ennemies ont reussi à pénétrer dans nos éléments avancés dans le secteur 304. L'ennemi, au cours de cette attaque, a subi des pertes très élevées et a laissé de nombreux cadavres devant nos lignes, notamment au bois d'Avocourt. Au surplus, une vive contre-attaque de nos troupes nous a rendus maîtres à nouveau des éléments perdus.
Au cours de la nuit, les Allemands ont tenté, sur nos petits postes, des coups de main qui ont échoué sous nos feux au nord de Chilly (sud de la Somme} et au nord-est de Vingré (entre Oise etl'Aisne}.
En Haute-Alsace, près de Largitzen, après un vif bombardement, l'ennemi est sorti de ses tranchées en deux points: nos tirs d'artillerie ont enrayé net cette tentative.
Les Anglais ont effectué un coup de main contre les positions allemandes à l'est de Loos, en infligeant à l'ennemi des pertes importantes. Un détachement a également pénétré dans les tranchées ennemies près de Vermelles. Bombardement efficace des positions allemandes au nord de la Somme.
Violents combats sur le front russe du côté de Riga. Nos alliés ont fait une reconnaissance heureuse dans la région à l'embouchure de la Bérézina.
Rencontres sur le front italien dans la vallée de l'Astico : canonnade sur l'Avisio et au sud-est de Gorizia.

Dimanche 28 janvier
Sur la rive gauche de la Meuse, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations allemandes du secteur de la cote 304.
Aux Eparges, lutte d'artillerie assez active. Un coup de main ennemi dans cette région a échoué sous nos feux.
Une autre tentative sur un de nos petits postes à la Main-de-Massiges (Champagne) a également échoué.
En Lorraine, nos batteries ont effectué des tirs de destruction sur les organisations allemandes de la forêt de Parroy.
Sur le front belge, grande activité d'artillerie dans la région de Dixmude.
Canonnade sur divers points du front italien.
Sur la frontière occidentale de la Moldavie jusqu'à la vallée de l'Oïtuz, actions de patrouilles d'infanterie.
Dans la vallée de Gachin, les troupes roumaines ont attaqué l'ennemi et ont réussi, après onze heures de combats acharnés, malgré le temps très froid et la neige épaisse, à le rejeter vers le sud.
Le général Iliesco, chef d'état-major roumain, est arrivé à Paris.
Le vicomte Motono, ministre des Affaires étrangères du Japon, a prononcé un grand discours à la Chambre de Tokio.
Les Anglais ont remporté de nouveaux succès au sud-ouest de Kut-el-Amara, en Mésopotamie.
L'Australasie marque son désir de garder après la guerre les possessions allemandes du Pacifique.

Lundi 29 janvier
Sur la rive gauche de la Meuse, combats à la grenade vers l'est de la cote 304. Sur la rive droite, nous avons effectué entre les Eparges et la tranchée de Calonne, un coup de main qui a pleinement réussi. Nous avons trouvé de nombreux cadavres dans les tranchées ennemies et ramené un important butin.
En Lorraine, action d'artillerie dans le secteur de la forêt de Bezange.
Dans la région de Moulainville, un avion allemand a été abattu par le tir de nos canons spéciaux.
Sur le front belge, vives actions d'artillerie vers Ramscapelle, Dixmude et Hetsas. Dans ce dernier secteur, lutte à coups de bombes.
Les Allemands ont attaqué les Russes à l'ouest de Riga. Ils ont été rejetés et ont dû refluer en désordre. Une nouvelle attaque de leur part a été également repoussée. Une autre offensive près de Kaltcen a été brisée.
Au sud de Brody, l'ennemi s'est jeté sur les avant-postes de nos alliés, mais il a dû rétrograder vers ses retranchements. Il a subi encore un échec au nord de Kirlibaba.
Les Russes, à leur tour, ont pris l'offensive des deux côtés de la chaussée Kimpolung-Jacobeni, est après un combat acharné, ils ont refoulé les lignes austro-allemandes de trois verstes. Ils ont fait des prisonniers.
La division grecque de Corfou a été envoyée en Morée.

Mardi 30 janvier
Rencontres de patrouilles en Champagne, aux Eparges et sur divers points du front d'Alsace.
Canonnade et combats à la grenade dans le secteur 304, sur la rive gauche de la Meuse.
Engagement d'artillerie à longue portée en Lorraine.
Nos avions de bombardement ont lancé des projectiles sur les gares d'Athies, de Savy et d'Etreillers.
Un avion ennemi a été abattu par le feu de notre artillerie dans la région de Dannemarie. Des bombes ont été jetées sur la ville ouverte de Lunéville : pas de victimes.
Sur le front belge, canonnade dans les secteurs de Dixmude et de Steenstraete-Hetsas. Vers Ramscapelle et Noordschoote, bombardements réciproques.
Activité des Autrichiens sur le front du Trentin. Canonnade dans les Alpes Juliennes.
Sur le front de Galicie, les Russes se sont emparés à la baïonnette, près de Brzezany, de la première ligne de tranchées ennemies. Les contre-attaques turques ont été repoussées avec de fortes pertes.
Au nord-est de Jacobeni et au sud-ouest de Kimpolung, nos alliés ont capture 35 officiers et plus de 1000 soldats.
M. Doumergue et le général de Castelnau sont arrivés, ainsi que lord Milner et le ministre italien Scialoja, à Petrograd où va avoir lieu une conférence interalliée.

Mercredi 31 janvier
Entre Soissons et Reims, nous avons arrêté net par nos feux deux tentatives de coups de main ennemis, l'une dans le secteur de Soupir, l'autre dans la région de Beaulne.
Actions d'artillerie assez vives en Lorraine et sur quelques secteurs des Vosges.
Sur la rive gauche de la Meuse, une attaque à la grenade, dirigée sur une de nos tranchées dans la région de la cote 304 a été brisée par nos feux sans autre résultat que des pertes pour l'ennemi.
En Haute-Alsace, nos batteries se sont montrées actives dans la région à l'est de Seppois.
Les Anglais ont effectué un coup de main au nord-est de Vermelles ; ils ont infligé de nombreuses pertes aux Allemands. Un autre raid dans la même région a également abouti à un succès complet.
Activité de l'artillerie de nos alliés au nord de la Somme et dans le secteur d'Ypres où ils ont provoqué un incendie.
Canonnade sur le front italien du Trentin.
Echec de plusieurs coups de main autrichiens en Giulie, au sud-est de Gorizia et sur le Carso. Nos alliés ont fait des prisonniers.
Simples fusillades sur le front russe de Courlande.
Le chiffre des prisonniers capturés au nord-est de Jacobeni par les troupes de Broussiloff est de 32 officiers et de 1126 soldats; 12 mitrailleuses et 4 lance-bombes ont également été ramenés.
On annonce la mort de lord Cromer, ancien agent britannique au Caire.
Des troubles graves, causés par la disette, ont éclaté à Patras, en Grèce.