Vendredi 1er décembre
Au sud de la Somme, l'artillerie ennemie, énergiquement contre-battue par la nôtre, a bombardé notre front depuis le bois de Chaulnes jusqu'à Berny. Aucune action d'infanterie ne s'en est suivie.
En Champagne, le tir de nos canons de tranchées a fait exploser un dépôt de munitions ennemi dans la région de Massiges.
En Argonne, nous avons fait jouer au nord du Four-de-Paris trois camouflets qui ont bouleversé les travaux de mine de l'adversaire.
Sur le front britannique, duels d'artillerie particulièrement entre l'Ancre et la Somme.
Les Roumains ont contre-attaqué avec succès les Austro-Allemands dans les vallées de la Prahova et du Buzeu. Mais l'ennemi s'est emparé de Pitesti et de Campolung, au nord-ouest de Bucarest, et de Comana, à 30 kilomètres de cette ville, au sud-ouest. On continue à dire que des forces russes considérables descendent de la Moldavie vers la Valachie.
M. Venizelos, au nom du gouvernement de Salonique, a déclaré la guerre à la Bulgarie et à l'Allemagne.
Le Reichstag a voté en première lecture le projet de mobilisation civile auquel seuls les socialistes dissidents ont fait opposition.
L'Amérique prépare une nouvelle protestation contre les déportations belges.

Samedi 2 décembre
Sur notre front, activité moyenne d'artillerie et d'engins de tranchées.
Les usines de Thionville et les bivouacs, dans la région de Damvillers ont été bombardés par nos avions.
Action d'artillerie sur le front britannique.
Combats sur le front roumain en Moldavie et jusqu'à la vallée de Buzeu. Bombardement accompagné d'actions d'infanterie à Tabla-Butzi, Bratocea et dans la vallée de la Prahova. Les troupes roumaines qui se retirent de Campolung ont été attaquées : elles se replient par la vallée de Dambovitza vers Miklosani.
Sur le front à l'ouest de Bucarest, lutte dans la région de Cotesci, dans la vallée du Glavacioc et la vallée du Neajlov vers Comana. Les Roumains ont fait plusieurs centaines de prisonniers et capturé 10 mitrailleuses.
En Dobroudja, les Russo-Roumains ont attaqué sur tout le front.
En Transylvanie (région de Kirlibaba), l'offensive russe se développe en même temps qu'une contre-offensive austro-allemande. Nos alliés ont progressé sur un point, mais reculé sur un autre.
De sanglants combats ont eu lieu en Macédoine, sur la Cerna. Les Germano-Bulgares ont reconquis quelques tranchées.
L'artillerie marque une activité croissante sur le front italien.
En présence de l'attitude du cabinet grec, qui se refuse à nous livrer son matériel de guerre, nous avons débarqué de nouveaux contingents de fusiliers au Pirée.

Dimanche 3 décembre
L'activité de l'artillerie a été faible sur tout le front sauf sur la rive droite de la Meuse, où l'ennemi a bombardé violemment la région de Vaux.
Une pièce allemande à longue portée a tiré plusieurs coups dans la direction de Nancy.
Lutte d'artillerie dans la région de Dixmude. Un violent combat à l'aide de lance-bombes s'est déroulé au nord de cette ville.
Sur le front britannique, bombardement intermittent de part et d'autre de l'Ancre. Un petit détachement ennemi qui avait réussi à pénétrer dans les tranchées anglaises au nord de le Sars, en a été rejeté aussitôt.
Activité réciproque de mortiers de tranchées vers Ypres, Armentières et la redoute Hohenzollern.
Canonnade sur le front italien.
Les Russes poursuivent une âpre offensive dans les Carpathes boisées.
Les Roumains ont reculé au sud de Potesti, sur l'Argès et sur la Dambovitza, qui est la rivière de Bucarest. Au sud de cette ville, ils ont repris Comana et Gostinari. Les Russes se sont emparés de la partie est du pont de Cernavoda.
Les troupes régulières grecques, aidées de démobilisés, ont attaqué nos marins dans Athènes. Nous demandons réparation.

Lundi 4 décembre
Activité d'artillerie au sud de la Somme, dans la région de Belloy-en-Santerre et sur la rive droite de la Meuse, dans les secteurs de Vaux et de Douaumont.
En Argonne, lutte de mines sans action d'infanterie.
Les Anglais ont effectué un coup de main sur les tranchées ennemies, au sud de Fauquissart et à l'est d'Ypres. L'artillerie ennemie a montré de l'activité dans la région de Lesboeufs. Elle a également bombardé différentes autres parties du front. Grande activité des mortiers de tranchées dans les secteurs de Neuville-Saint-Vaast et de Hohenzollern, ainsi que vers Ypres et Armentières. Il résulte des rapports reçus que le coup de main anglais de la nuit précédente à l'est d'Ypres a occasionné de lourdes pertes aux Allemands.
Les Italiens out fait un bond sur le Carso.
Les Roumains ont battu une division turque à Dracinesti; ils ont battu à Mihalesti le gros des Germano-Bulgares; de concert avec les Russes, ils ont pris 26 canons à Comana. Mais leur situation reste précaire au nord-ouest de Bucarest.
Le général Trepof a prononcé un grand discours à la Douma: il déclare que la Russie ira jusqu'au bout de son effort et qu'elle a la promesse des Alliés de recevoir Constantinople et les Détroits.
Les gouvernements alliés sont décidés à user d'énergie vis-à-vis de la Grèce.

Mardi 5 décembre
Au sud de la Somme, deux coups de main tentés par l'ennemi sur nos petits postes de la région de Barleux ont été aisément repoussés.
En Alsace, un autre coup de main, dirigé après un vif bombardement sur une de nos tranchées de l'Hilsenfirst (sud-est de Metzeral), a également échoué.
En Macédoine, les Serbes ont enlevé les hauteurs au nord de Grunista. L'ennemi s'est replié en désordre sur Slasavina.
Les Roumains ont reperdu le terrain qu'ils avaient regagné au sud de Bucarest. Une offensive germano-bulgare a été repoussée par nos alliés en Dobroudja.
Une crise a éclaté dans le cabinet britannique. La cause en est la réorganisation du Conseil de la guerre proposée par M. Lloyd George, M. Asquith a annoncé aux Communes qu'un remaniement ministériel serait opéré.
Lord Cecil a déclaré à Westminster que la responsabilité de Constantin Ier était établie dans les événements d'Athènes. Il a refusé de répondre à une question sur ce point: la dynastie sera-t-elle sauvegardée?
La canonnière française Surprise a été coulée à Funchal (Madère) par des sous-marins allemands. La ville de Funchal a été bombardée. Les forts ont répondu.
Le président Wilson et le pape Benoit XV ont prononcé deux allocutions qui constituent la condamnation des crimes allemands.

Mercredi 6 décembre
Une petite attaque allemande, dirigée contre nos positions au nord du village de Vaux, a complètement échoué sous nos feux de mitrailleuses. Nous avons fait des prisonniers.
Activité moyenne d'artillerie sur divers points du front.
Dans les secteurs belges, canonnade autour de Ramscapelle, de Dixmude et de Steenstraete. Les Belges ont pris des groupements ennemis sous leur feu, au nord de Dixmude.
Les Italiens ont repoussé une offensive autrichienne près de Gorizia.
Sur le front russe, canonnade. Dans les Carpathes boisées, l'ennemi a attaqué une hauteur au sud de Voronejka à l'aide de son artillerie lourde. Les troupes russes ont dû reculer.
Continuation des combats en Moldavie (vallée du Trotuj et vallée du Doftiany). Les Russes ont occupé une série de collines que les Austro-Allemands ont immédiatement essayé de reprendre.
En Valachie, les Roumains reculent sur les voies Targovistea-Ploesci et Tritu-Bucarest. Leur tentatives pour arrêter l'ennemi ont échoué et les Allemands ont pris Bucarest.
La crise anglaise est complète: après M. Lloyd George, M. Asquith à démissionné. M. Bernard Law et, ensuite, M. Lloyd George ont reçu mission de former un cabinet.
Le gouvernement de Salonique a protesté contre le guet-apens d'Athènes.


M. Bernard Law
Jeudi 7 décembre
Sur le front de la Somme, lutte d'artillerie assez active de part et d'autre dans la région de Bouchavesnes.
En Champagne, notre artillerie a pris sous son feu et dispersé un détachement ennemi au nord-est de Fontaine-en-Dormois.
Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands, après une intense préparation d'artillerie, ont attaqué un saillant de nos lignes sur les pentes est de la cote 304. Accueilli par un feu violent de nos mitrailleuses, l'ennemi n'a pu prendre pied que dans quelques éléments avancés.
Lutte à coups de bombes dans la région de Dixmude. L'artillerie a été assez active de part et d'autre sur le front de l'Yser.
Les Anglais ont exécuté un coup de main sur les tranchées ennemies au sud-est de Neuville-Saint-Vaast. Deux raids allemands ont échoué, permettant à nos alliés de faire des prisonniers à l'ouest de Beauranes et au nord-est de Roclincourt. Violent bombardement ennemi vers Eaucourt-l'Abbaye et la ferme du Mouquet.
Les Italiens ont ouvert une canonnade violente sur tout le Carso.
Les Allemands et les Bulgares sont entrés dans Bucarest. L'ennemi s'est également emparé de Sinaïa.
Combats sur le front russe, dans les Carpathes boisés.

Vendredi 8 décembre
Lutte d'artillerie assez vive sur la rive gauche de la Meuse, dans la région de la cote 304.
Sur le front britannique, canonnade autour de Thiepval.
En Macédoine, l'ennemi bombarde nos positions autour de Monastir.
Une nouvelle contre-attaque contre les positions serbes, sur les pentes nord de Sokhol, n'a réussi à enlever qu'une partie d'une hauteur récemment conquise.
Au sud de Serès, une tranchée turque a été nettoyée par les troupes britanniques qui ont ramené des prisonniers.
Canonnade sur le Carso.
Les troupes russes qui se trouvaient en Valachie à la gauche des troupes roumaines ont reculé pour rectifier leur alignement.
Le gouvernement français a décoré M. Rodzianko, président de la Douma russe, en même temps que le général Trépof, premier ministre.
Le blocus a été notifié à la Grèce: il durera jusqu'à ce que réparation ait été obtenue sur le guet-apens du 1er décembre.
M. Lloyd George a reçu du roi George mandat de former le nouveau cabinet anglais. Il s'est assuré le concours de MM. Bonar Law et Edw. Carson et d'une fraction des travaillistes.


Samedi 9 décembre
Sur la rive gauche de la Meuse, nous avons rejeté l'ennemi d'une partie des éléments de tranchées qu'il avait occupés le 6 sur les pentes est de la cote 304.
Sur le front de la Somme, assez grande activité d'artillerie dans le secteur de Bouchavesnes et devant Biaches.
En forêt d'Apremont, l'ennemi avait pris pied dans quelques éléments de tranchées. Une vive contre-attaque de nos troupes l'en a immédiatement rejeté.
Sur le front russe (Goloubitsa-Poniski), les Allemands ont lancé des mines. Duel d'artillerie dans la région de Djikolang.
Dans les Carpathes boisées, les troupes russes ont attaqué une hauteur au sud-est de Javonika.
En Valachie, les attaques ennemies ont été brisées sur l'Oltus, mais dans la région de Bucarest, Roumains et Russes continuent de reculer.
Rencontres de détachement autrichiens et italiens dans la région du Trentin. Action intense d'artillerie sur le Carso.
Sur le front britannique, l'ennemi a bombardé le secteur au sud de l'Ancre ainsi que ceux de Gueudecourt et de Ransart. L'artillerie anglaise a riposté. Les mortiers de tranchées de nos alliés ont montré de l'activité près d'Armentières.
Echec bulgare à Gronista, en Macédoine.
M. Lloyd George a formé le cabinet anglais.
Le cuirassé Suffren a disparu entre Gibraltar et Lorient.

<


Dimanche 10 décembre
En Champagne, nous avons réussi un coup de main sur un saillant allemand, dans la région de la butte du Mesnil. Nous avons pénétré dans les tranchées adverses, détruit des galeries de mines et ramené des prisonniers.
Sur la rive gauche de la Meuse, la lutte d'artillerie se maintient assez vive dans la région de la cote 304.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
En Macédoine, lutte d'artillerie assez active sur divers points. Le mauvais temps continue et a arrêté les progrès des Serbes.
Sur le front belge, l'artillerie et les lance-mines allemands, énergiquement contrebattus par les batteries et les engins de tranchées belges, ont violemment bombardé la digue de l'Yser et le secteur devant Dixmude.
En Roumanie, le repli russo-roumain continue.
Les Italiens déploient une grande activité d'artillerie dans le Trentin.
Le cabinet Boselli a recueilli une énorme majorité à la Chambre de Rome. Un nouveau corsaire allemand a fait son apparition dans l'Atlantique du nord. Le roi de Grèce continue à rassembler des troupes autour d'Athènes et de Larissa.




Lundi 11 décembre
A l'extrémité sud-est de la butte du Mesnil, les Allemands ont fait jouer deux mines : un combat s'est engagé pour la possession des entonnoirs : ils sont restés entre nos mains.
Un coup de main ennemi dirigé sur l'une de nos tranchées au sud du col de Sainte-Marie (Vosges) a été repoussé.
Dans la nuit du 9 au 10 décembre, un groupe de nos avions a lancé de nombreux projectiles sur les gares et établissements militaires de Matigny, Ham et Mons-en-Chaussée.
Tempête de neige sur le Carso. Progression russe assez sensible dans les Carpathes boisées, à la lisière de la Transylvanie.
Les Roumains ont fait une offensive heureuse entre Ploesti et Buzeu, mais dans la Valachie occidentale, l'avance austro-allemande continue et les Bulgares ont franchi à nouveau le Danube.
Le Reichstag a été brusquement convoqué pour le 12, le chancelier devant faire des déclarations. L'Allemagne a repoussé la protestation suisse contre les déportations belges.
Le roi de Grèce poursuit ses rassemblements de troupes autour de la capitale. Le comte Tisza, dans un discours à Budapest, lui promet le concours des empires centraux.

Mardi 12 décembre
Luttes d'artillerie violentes dans la région de la Ville-aux-Bois (nord-ouest de Reims) et dans le secteur de Douaumont.
Un coup de main exécuté par nous sur les tranchées adverses au bois Le Prêtre (ouest de Pont-à-Mousson) a donné de bons résultats.
En Macédoine, les attaques des troupes alliées dans le secteur au nord de Monastir ont été gênées par le mauvais temps. Les Germano-Bulgares ont opposé une résistance acharnée. La lutte a été particulièrement vive au nord de la cote 1050 où une hauteur attaquée par les Russes a passé de mains en mains. Vers le village de Vlaklov, nos troupes ont progressé d'environ 800 mètres. Sur le reste du front, la pluie et le brouillard ont suspendu les opérations.
Sur le front belge au nord de Dixmude comme dans la région de Steenstraete, ont eu lieu des bombardements réciproques.
Plusieurs attaques autrichiennes ont été repoussées sur le front italien.
Les Roumains, après avoir subi un échec entre Ploesti et Buzeu, ont rétabli leur front.
M Lloyd George a adressé une lettre à chacun des membres de la Chambre des Communes pour affirmer sa volonté de continuer la guerre jusqu'à une conclusion victorieuse.

Mercredi 13 décembre
Dans la région au nord de Lassigny, après un vif bombardement, les Allemands ont attaqué nos tranchées à la lisière est du bois des Loges. Nos tirs de barrage ont disloqué l'attaque. Quelques fractions ennemies, qui avaient pris pied dans nos éléments avancés, en ont été chassées après un combat à la grenade. Notre ligne est entièrement rétablie.
Combat d'artillerie au sud de la Somme, dans les secteurs de Biaches et de la Maisonnette.
Les Anglais ont exécuté avec succès des travaux de mines au sud d'Ypres, aux abords de la redoute Bluff. Activité de l'artillerie et des mortiers de tranchées ennemis en face de Festubert et de Neuve-Chapelle. Un incendie a été observé dans un dépôt de munitions allemand, vers Vimy.
Au nord de l'Ancre, en réponse à des tirs d'artillerie, les Anglais ont bombardé les tranchées de soutien et la zone arrière ennemies.
Sur le front roumain, l'ennemi a attaqué sans succès dans la vallée du Buzeu, au nord de Torislaou, sur la rivière Cricol et à l'ouest de Mizil.
Sur le front russe, l'ennemi a pris l'offensive dans les Carpathes boisées. Il a été refoulé. Les Russes se sont emparés d'une hauteur dans la vallée de la Sloueta.
Le chancelier allemand a remis une note aux représentants américain, espagnol et helvétique, en les priant de transmettre aux puissances de l'Entente une offre de paix. Cette offre est partout considérée comme une simple manoeuvre.
Le cabinet Briand reconstitué et resserré s'est présenté devant la Chambre des Députés. Il a formé dans son sein un comité de guerre de 5 membres.
MM. Briand et Lloyd George échangent des télégrammes attestant leur volonté de poursuivre la guerre jusqu'à la fin victorieuse.
Des troubles sanglants auraient éclaté à Hambourg.
Le roi de Grèce adresse ses regrets à la France pour le guet-apens d'Athènes.

Jeudi 14 décembre
Au sud de la Somme, l'artillerie ennemie, énergiquement contrebattue par la nôtre, a violemment bombardé nos tranchées du secteur de Biaches, de la Maisonnette et de Barleux.
En Argonne, un coup de main dirigé sur un saillant ennemi au nord du Four-de-Paris, nous a permis de détruire les travaux de mines de l'adversaire et de ramener des prisonniers.
Un ballon captif allemand a été détruit par le tir de notre artillerie près de Bouvancourt.
Sur le front belge, dans la région de Dixmude et vers Steenstraete, ont eu lieu des bombardements réciproques qui ont acquis au cours de l'après-midi une intensité particulière à la suite de tirs de destruction exécutés avec succès par les batteries belges contre les organisations défensives de la borne 18 de l'Yser.
Sur le front britannique, des patrouilles ennemies ont tenté de pénétrer dans les tranchées de nos alliés à l'est d'Armentières. Elles ont été rejetées. Activité ordinaire de l'artillerie - surtout autour de Festubert, de Neuve-Chapelle et d'Ypres.
La presse neutre est unanime à traiter de pire manoeuvre la démarche de l'Allemagne et de ses coalisés en faveur de la paix.
Le cabinet Briand s'est présenté reconstitué devant la Chambre.

Vendredi 15 décembre
Actions d'artillerie assez vives au sud de la Somme, sur les deux rives de la Meuse et sur les hauteurs au sud du Bonhomme.
Les Anglais ont pénétré dans les tranchées allemandes vers Monchy-au-Bois (sud d'Arras) et lancé des bombes dans des abris remplis de troupes, causant de nombreuses pertes à l'ennemi.
Un coup de main tenté contre les positions britanniques dans la région d'Hulluch n'a pu parvenir jusqu'aux tranchées ne nos alliés. Un prisonnier a été fait. L'artillerie a montré de part et d'autre l'activité habituelle. Le bombardement anglais a déterminé dans la région de Pye un incendie qui a produit de gros nuages de fumée.
Les Russes se portant au secours des Roumains se sont heurtés aux Austro-Allemands au sud du Buzeu.
L'armée anglaise est portée à un effectif de 5 millions d'hommes.
Le ministre de Suisse à Rome a remis à M. Sonnino la note allemande relative à l'offre de paix. M. Sonnino a déclaré à la Chambre italienne qu'il se concerterait avec ses alliés. M.Bonar Law a fait une déclaration analogue aux Conmunes anglaises.
Les Alliés préparent une action décisive à Athènes.
M. Pokrowsky est nommé ministre des Affaires étrangères en Russie.
M. de Spirzmuller est chargé de former le cabinet autrichien.

Samedi 16 décembre
Après une préparation d'artillerie qui a duré plusieurs jours, nous avons attaqué l'ennemi au nord de Douaumont, entre la Meuse et la Woëvre, sur un front de 10 kilomètres.
L'attaque s'est déclanchée à dix heures. Le front ennemi a été partout enfoncé sur une profondeur de 3 kilomètres environ. Outre de nombreuses tranchées, nous avons enlevé les villages de Vacherauville, Louvemont, la ferme des Chambrettes, les ouvrages d'Hardaumont et de Bezonvaux. Nous avons fait un grand nombre de prisonniers, non encore dénombrés ; 7500 dont 200 officiers sont déjà passés par les postes de commandement.
Nous avons pris ou détruit de nombreux canons d'artillerie lourde, de campagne et de tranchée et un matériel considérable.
Malgré le temps défavorable, l'aviation a pris une brillante part au combat. Le succès est complet : les troupes témoignent d'un très vif enthousiasme : nos pertes sont légères.
Sur le front britannique, une attaque allemande contre les positions de la région de Lesboeufs a été arrêtée par les tirs de barrage. Nos alliés ont pénétré dans les tranchées ennemies au sud d'Armentières.
Les Austro-Allemands se sont emparés de Buzeu, en Valachie.
L'Entente a remis une sommation au gouvernement grec, en vue d'obtenir des réparations au sujet du guet-apens du 1er décembre et des garanties contre toute attaque. Le roi Constantin a cédé.

Dimanche 17 décembre
Sur la rive droite de la Meuse, nos troupes, poursuivant leurs succès, ont progressé dans le bois des Caurières et ont enlevé le village de Bezonvaux. En fin de journée, une violente attaque allemande, dirigée sur nos positions de la côte du Poivre, a été nettement repoussée par nos feux. Nous avons intégralement maintenu notre nouveau front. Les prisonniers continuent à affluer. Leur nombre dépasse actuellement 9000 dont 250 officiers. Le dénombrement complet du matériel tombé entre nos mains n'a pu encore être fait, toutefois, on a compté jusqu'à présent, 8 canons pris ou détruit.
Sur le front britannique, un petit détachement de grenadiers s'est avancé hier soir jusqu'à nos tranchées du nord de la cote 60 dans le saillant d'Ypres. Pris sous notre tir de barrage, il n'a pu réussir à pénétrer dans nos lignes. Au cours de la nuit, activité de l'artillerie au nord de l'Ancre et d'Ypres. Dans la journée, nous avons bombardé les positions ennemies au nord d'Hulluch et à l'est de la Chapelle.
Lutte violente dans les Carpathes Boisées.
En Moldavie, l'offensive austro-allemande a été arrêtée.
M.Pokrowski, le nouveau ministre des Affaires étrangères de Russie, a écarté dédaigneusement l'avance allemande de paix.

Lundi 18 décembre
Sur la rive droite de la Meuse, l'artillerie ennemie, contrebattue par la nôtre, a bombardé nos nouvelles lignes de Vacherauville à Bezonvaux et notamment le secteur de la ferme des Chambrettes. Canonnade intermittente sur le reste du front.
Les Anglais ont exécuté au cours de la nuit dernière un coup de main contre les tranchées ennemies dans la région de Ransart. Des grenades ont été lancées dans les abris et l'ennemi a subi des pertes. Un second raid a permis à nos alliés de détruire un emplacement de mitrailleuses au sud-ouest de Wytschaete. Les Allemands ont fait jouer un camouflet à l'est d'Ypres.
Canonnade sur le front italien.
Des attaques austro-allemandes ont été repoussées sur le front russe de Volhynie.
Violents combats près de Buzeu, en Roumanie. Les Russo-Roumains, ont reculé en Dobroudja.
Le cabinet autrichien est formé sous la présidence de M. de Spitzmuller.
Le comte Bernstorf, ambassadeur aux Etats-Unis, reconnaît que l'Allemagne n'a offert aucune conditions de paix.

Mardi 19 décembre
Au sud de la Somme, un détachement ennemi, qui tentait d'aborder nos lignes au sud-est de Berny, a été repoussé à la grenade. Un autre détachement qui essayait d'exécuter un coup de main sur nos tranchées au sud de Fresnes a été repoussé à la grenade.
Sur la rive droite de la Meuse, après un vif bombardement, les Allemands ont contre-attaqué nos positions. Ils n'avaient réussi à prendre pied que sur un point, à la ferme des Chambrettes. Nous les en avons finalement chassés.
Depuis le 15 décembre, le nombre des prisonniers que nous avons fait sur le front de Verdun s'élève à 11.387 dont 284 officiers. Le matériel pris ou détruit comprend 115 canons, 44 lance-bombes, 107 mitrailleuses.
Les Russes ont repris les tranchées perdues sur le front de Volhynie.
Ils ont capturé 200 Austro-Allemands dans les Carpathes boisées et repoussé une attaque près de Buzeu.
L'artillerie italienne est active dans le Haut-Astico.
La note allemande a été remise à la France et à l'Angleterre.
Les partis pangermanistes continuent à formuler d'outrecuidantes revendications territoriales.
Les Anglais poursuivent leur progression sur le front de Mésopotamie.

Mercredi 20 décembre
Au sud de la Somme, les Allemands ont tenté un coup de main sur nos tranchées au nord de Chilly. Une fraction ennemie qui avait réussi à pénétrer dans un de nos éléments avancés, en a été rejetée aussitôt.
La lutte d'artillerie a été vive, de part et d'autre, sur la rive droite de la Meuse, notamment dans les régions de Bezonvaux, du bois des Caurières et des Chambrettes. Aucune action d'infanterie.
Sur le reste du front, action d'artillerie intermittente.
Sur le front belge, l'artillerie a été active dans les régions de Lizerne et de Steenstraete.
Deux avions allemands ont été abattu sur le front de Verdun. Nos escadrilles de bombardement ont jeté 600 kilos de projectiles sur les gares de Dun-sur-Meuse et de Montmédy, ainsi que sur les bivouacs d'Azannes.
Canonnade dans le Carso et dans le val Astico.
Une avant-garde austro-allemande a été arrêtée par les Russes au sud de Braïla.
MM. Sonnino, Briand et Lloyd George ont apporté des réponses identiques quant au fond à l'ouverture de paix allemande. Ils annoncent qu'une note est en préparation.
Le cabinet italien a obtenu un vote de confiance à une énorme majorité.
Le capitaine aviateur de Beauchamp a été tué dans un combat aérien.

Jeudi 21 décembre
Au sud de la Somme, l'ennemi a violemment bombardé nos lignes, notamment les secteurs de Belloy-en-Santerre, Borny, Pressoir et Ablaincourt. Notre artillerie a énergiquement riposté par des tirs de contre-batterie.
Actions d'artillerie intermittentes sur le reste du front.
Sur le front belge, après une matinée relativement calme, l'ennemi a ouvert, au cours de l'après-midi, un feu violent d'artillerie de tranchée dans la région de Hetsas. L'artillerie belge de tous calibres a réduit les engins ennemis au silence.
Les Italiens, dans le Vallarsa (Adige), ont dispersé par leur tir des groupes ennemis et réduit au silence l'artillerie de l'adversaire. Canonnade sur le haut Astico et le plateau d'Asiago. Sur le Carso, l'artillerie ennemie montre de l'activité. Quelques tentatives de l'infanterie autrichienne ont été aussitôt arrêtées.
Dans l'Est Africain, les Anglais ont repoussé de fortes attaques de l'ennemi. Ils ont capturé une crête importante.
La presse de Berlin exprime la déception que lui suggèrent les discours des gouvernements alliés.
M. Sasonof, ancien ministre des Affaires étrangères de Russie, a été mandé au quartier général du tsar.

Vendredi 22 décembre
L'ennemi a violemment bombardé nos lignes dans le secteur de Louvemont-Vaux. Notre artillerie a riposté. D'autres actions d'artillerie assez vives se sont produites sur divers points du front. Au cours de l'une d'elles des appareils à gaz ennemis ont été détruits par notre feu entre Berry-au-Bac et Reims.
Quatre avions ennemis ont été descendus par nos pilotes sur le front de la Somme.
48 obus ont été lancés par nous sur la gare d'Anizy, 480 kilos de projectiles ont été lancés sur les gares de Brieulles-sur-Meuse et Charleville-Mézières. Onze de nos avions ont lancé 47 obus de 120 sur la gare et les baraquements de Nesle, sur des bivouacs ainsi que sur des convois en marche.
En macédoine, lutte d'artillerie intermittente sur le front de la Strouma et dans le secteur de Najada, plus violent dans la région de la cote 1050.
Les Russes ont progressé dans les Carpathes boisées, où ils ont aussi repoussé plusieurs attaques. De violents combats ont eu lieu entre les troupes de Mackensen et les Russo-Roumains, dans le nord de la Dobroudja.
Le cabinet Spitzmuller n'a pu être constitué en Autriche. Le comte Clam Martinie a été chargé de mettre sur pied une combinaison.

Samedi 23 décembre
Au cours de la journée, la lutte d'artillerie a été assez active dans la région de l'ouvrage d'Hardaumont, de Louvemont et des Chambrettes.
Plusieurs coups de main effectués par nous à l'est de Saint-Mihiel, dans le bois de Gerédiante, à la Chapelotte (nord de Celles) et dans la vallée de la Fave, nous ont permis de détruire de petits postes ennemis et de ramener des prisonniers.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Lutte de bombes et d'artillerie dans la partie sud du front belge. Les batteries belges de campagne et de tranchées ont réduit au silence les engins de l'ennemi. Les Allemands ont bombardé le front anglais au sud de l'Ancre. Ils ont échoué dans un coup de main en face de la redoute Hohenzollern. Grande activité d'artillerie dans les régions d'Ypres et de Messines.
Les troupes britanniques ont repris la ville égyptienne d'El-Arisch, occupée en 1914 par les Turcs.
L'infanterie italienne a progressé dans le Carso.
Le président Wilson a adressé une note aux belligérants pour les inviter à définir leurs conditions de paix.



Le chantier de Campina
Dimanche 24 décembre
En Champagne, après un vif bombardement, un détachement ennemi a tenté d'aborder nos lignes à l'ouest d'Auberive. Il a été aisément repoussé.
Nuit calme sur le reste du front, sauf dans la région d'Hardaumont et des Chambrettes où l'artillerie ennemie s'est montrée assez active.
Les Italiens ont repoussé dans le val Sugana une petite attaque contre leurs postes avancés, sur le torrent de Maso. L'ennemi a bombardé les positions établies sur les deux rives de la Brenta, sans toutefois lancer aucune attaque. Le long du reste du front, les actions d'artillerie ont été entravées par le mauvais temps persistant. Sur le Carso, une tentative de l'ennemi contre les positions de la cote 144 a été promptement arrêtée.
La Suisse s'est associée à la note américaine en faveur de l'éclaircissement des conditions de paix.
Le baron Burian, ministre des Affaires étrangères d'Autriche-Hongrie, a donné sa démission : il a été nommé ministre des Finances. Le comte Czernin, ancien ministre d'Autriche à Bucarest, a été nommé aux Affaires étrangères.
Tous les puits à pétrole ont été détruits par les Roumains en Valachie.

Le dépôt de Constantza




Les puits de Mislisoara
Lundi 25 décembre
Actions d'artillerie assez vives en divers points du front, notamment de part et d'autre de l'Avre, dans les secteurs du Quesnoy et de Cauny, ainsi que sur la rive droite de la Meuse.
En Champagne, un coup de main ennemi sur nos tranchées à l'ouest d'Auberive a été aisément repoussé.
Sur le front belge, une patrouille allemande a tenté d'attaquer, au cours de la nuit, un poste belge au nord de Steenstraete. Elle fut repoussée avec pertes. Assez grande activité d'artillerie en divers points du front belge, notamment vers Dixmude et Hetsas, où nos batteries effectuèrent des tirs réussis sur les positions ennemies.
Les Italiens ont mis en échec une tentative autrichienne sur le Carso.
Sur le front russe, deux détachements ennemis ont été rejeté par le feu de nos alliés à Boidourg. D'autres tentatives allemandes ont été enrayées sur la Bistritza. Dans les Carpathes boisées, les troupes russes ont occupé des retranchements ennemis au nord de la rivière Uzu. Elles ont capturé 5 officiers, 100 hommes et 3 mitrailleuses.
En Roumanie, Mackensen déploie toujours beaucoup d'activité. En Dobroudja, il a contraint les Russes à se retirer vers le passage du Danube à lsaktcha. Des avions out bombardé Braïla.

Mardi 26 décembre
Journée relativement calme sur l'ensemble du front.
Sur les rives de la Somme, trois avions allemands ont été abattus par nos pilotes. Le premier appareil ennemi est tombé en flammes au sud d'Epenancourt, le deuxième s'est écrasé sur le sol près d'Omiécourt, le troisième vers Liencourt.
Une de nos escadrilles a bombardé le terrain d'aviation de Vraignes, ainsi que les dépôts de munitions d'Athies, Ennemain et Mons-en-Chaussée.
Sur le front d'Orient, violente lutte d'artillerie au nord de Monastir.
Situation sans changement sur le front belge.
Les éclaireurs russes sur la Bistritza ont capturé des prisonniers et des fusils. Dans les Carpathes boisées, sur la frontière moldave, l'ennemi a tenté de reconquérir des collines occupées par nos alliés. Il a été repoussé, laissant entre leurs mains 8 officiers et 218 soldats.
Violents combats sur le front de Valachie. Les troupes russo-roumaines ont évacué Isatcha et Tulcea, qui ont été occupées par Mackensen.
Les Anglais ont capturé un campement turc avec 1100 hommes, près d'El-Arish, a la frontière égypto-syrienne.

Mercredi 27 décembre
Grande activité des deux artilleries dans les secteurs de Belloy-en-Santerre et de Fouquescourt.
Partout ailleurs, canonnade intermittente. Sur le front belge, activité d'artillerie habituelle.
Sur le front italien, les actions d'artillerie ont été par endroits, contrariées par le mauvais temps. Nos alliés ont avancé de 300 mètres par bonds et par surprises sur le Carso, au-dessus du mont Faiti. 150 caisses de munitions d'artillerie ont été abandonnées par l'ennemi.
Les Anglais poursuivent leurs avantages en Syrie. Le nombre de leurs prisonniers monte à 1350.
La canonnade continue à être très vive au nord de Monastir.
Les Russes, malgré une vigoureuse résistance, ont dû céder du terrain en Valachie.
Le général Joffre est nommé maréchal de France et cette nomination est chaleureusement accueillie par l'opinion.
L'Espagne se préoccupe anxieusement du blocus que les sous-marins allemands ont tendu en pratique autour de ses côtes.
On parle de la démission du ministre de la Guerre d'Autriche, le chevalier de Krobatiu.
Un terrible ouragan a dévasté le port de Hambourg.
L'Allemagne et l'Autriche répondant à la démarche de M. Wilson, s'abstiennent de proclamer leur proposition de paix. Elle se bornent à réclamer la réunion d'une conférence des belligérants. En même temps la propagande germanique innonde les Etats-Unis de radios pour rendre hommage au président que la presse berlinoise a attaqué.
Le roi Constantin a organisé une cérémonie digne des plus vieux âges pour jeter l'anathème sur M. Venizelos. Le gouvernement d'Athènes a prescrit encore toute une série d'actes de violence à l'égard des venizelistes.

Jeudi 28 décembre
Activité marquée de l'artillerie dans quelques secteurs au sud de la Somme. Un de nos tirs a provoqué deux incendies et une explosion dans une batterie ennemie.
Dans la région de Beuvraigues (sud de la Sonme), nous avons fait exploser plusieurs mines avec succès. A la fin de l'opération, nos hommes sont sortis des tranchées et ont ramené des prisonniers.
Canonnade sur le front Vacherauville-Vaux.
Sur le front roumain, l'ennemi a déclenché toute une série d'attaques. Il a enlevé Rymnick.
En Dobroudja, il n'y a que des actions de détail.
Dans les Carpathes boisées, les Russes ont capturé du matériel.
Une mission française de 200 officiers instructeurs est arrivée à Jassy.
Sur le front du Caucase, les Russes ont remporté quelques succès.
Canonnade dans la vallée de l'Adige, sur le front italien.
Un détachement anglais a parcouru plusieurs centaines de mètres dans les tranchées ennemies près de Lens.
L'Allemagne et l'Autriche ont répondu à la note américaine en s'abstenant de formuler leurs buts de guerre. L'irritation est vive à Washington.

Vendredi 29 décembre
Sur la rive gauche, au cours de la journée, l'artillerie ennemie, énergiquement contrebattue par la nôtre, a violemment bombardé nos positions sur le front Mort-Homme-cote 304.
En Lorraine, nous avons réussi un coup de main sur une tranchée adverse au nord de Badonviller et pris deux mitrailleuses.
Sur le front belge, bombardement réciproque dans la région de Dixmude et Hetsas.
Sur le front russe, l'artillerie lourde ennemie a bombardé les positions de nos alliés dans la région de Peniaki et dans celle de Garbouzou.
Sur la rivière Navaïarka (affluent de gauche de la Zlota-Lipa), les éclaireurs russes sont passés sur la rive occidentale et ont repoussé des contingents ennemis.
En Moldavie, les Russes, par leur feu, ont brisé des tentatives austro-allemandes.
En Valachie, les troupes russes ont reculé devant des forces supérieures jusqu'à la rivière Rymiki. Les attaques ennemies ont été paralysées par les autos-mitrailleuses blindées anglaises.
Les Italiens ont fait un nouveau bond de 200 mètres sur le Carso.
La presse allemande déclare qu'en aucun cas, les neutres ne pourront être admis aux futures négociations de paix.

Samedi 30 décembre
Entre Aisne et Oise, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations allemandes de la région de Quennevières : nos patrouilles ont pénétré dans les tranchées adverses fortement bouleversées et évacuées par les Allemands.
Sur la rive gauche de la Meuse, à la suite d'un intense bombardement, les Allemands ont prononcé une forte attaque sur un front de 3 kilomètres contre nos positions depuis l'ouest de la cote 304 jusqu'à l'est du Mort-Homme.
Sur la rive droite, nous avons dispersé une forte reconnaissance allemande à l'est de l'ouvrage d'Hardaumont.
Les Anglais ont réussi un coup de main à l'est de La Sars : les tranchées ennemies avaient beaucoup souffert du feu de leur artillerie. Ils ont repoussé un raid allemand à l'est d'Armentières. Violent combat d'artillerie au sud de l'Ancre et dans la région de Berles.
Canonnade sur le Carso.
Violents combats en Valachie dans la région de Rymnik.
Les ministres des trois royaumes scandinaves ont fait une démarche au quai d'Orsay pour s'associer à l'intervention de M. Wilson.

Dimanche 31 décembre
En Champagne, un détachement ennemi qui essayait, après un vif bombardement, d'enlever un de nos postes de la région de Beauséjour, a été dispersé par notre feu.
A l'ouest de Tahure, nous avons exécuté sur une tranchée adverse un coup de main qui a parfaitement réussi.
Lutte d'artillerie des deux côtés de l'Avre et sur la rive gauche de la Meuse.
Canonnade sur le front belge, vers Dixmude et Steenstraete. Les batteries belges ont efficacement riposté.
La situation est stationnaire dans les secteurs de Macédoine.
Lutte d'artillerie particulièrement vive autour de Monastir.
Les troupes italiennes ont repoussé une reconnaissance bulgare près du lac Prespa. Dans la région du lac d'Okrida, Michavetz, qui avait été occupé par des éléments autrichiens, a été repris par les alliés.
L'armée britannique a effectué quelques raids heureux sur la basse Strouma et bombardé par avions Demir-Hissar.
Les Russes ont eu un succès sur le canal d'Oguinski et sur la rivière Bistrytza. Ils ont reculé sur la frontière de Moldavie et en Valachie, au nord-est de Rymnicu-Sarat.
La note de la France, en réponse à l'ouverture de paix allemande, a été remise à M. Sharp, ambassadeur des Etats-Unis.


1914
1915
1916
1917