Jeudi 1er août
On ne signale aucun évènement important sur le front, au nord de la Marne.
Les Anglais ont capturé quelques prisonniers, au cours d'un raid heureux exécuté dans le voisinage d'Ayette.
Un peu après minuit, des patrouilles australiennes ont pénétré dans les positions ennemies aux environs de Merris; elles ont fait 40 prisonniers.
L'artillerie ennemie a été active, avec émission d'obus à gaz, au nord d'Albert. Elle a également manifesté de l'activité en de nombreux points, entre le canal de la Bassée et Ypres.
Les Américains ont repoussé de fortes contre-attaques ennemies exécutées par des troupes fraîches au delà de la ligne de l'Ourcq. Sergy, qui a changé quatre fois de mains, est resté en leur possession.
Les Belges ont réussi un coup de main dans les organisations ennemies de la région de Saint-Julien et fait 11 prisonniers.
L'aviation anglaise a fait des reconnaissances et pris des photographies. 10 tonnes de bombes ont été réparties sur les dépôts de munitions, gares et cantonnements, dans les environs de Douai, Armentières, Bapaume et Chaulnes.
Neuf appareils ennemis ont été abattus en combats aériens, et deux ballons sont tombés en flammes. Quatre avions anglais manquent.
Nos alliés ont bombardé Bapaume, ainsi que des batteries ennemies en action au nord de la Somme.

Soissons, libéré le 2 août Vendredi 2 août
Les Allemands ont attaqué, après un fort bombardement, nos nouvelles positions, à l'est d'Oulchy-le-Château. Nous avons repoussé l'assaut ennemi et maintenu intactes nos lignes.
Sur la rive droite de l'Ourcq, de vifs combats se sont livrés au nord-est de Fère-en-Tardenois. Le village de Seringes a passé de main en main et a été finalement enlevé par une contre-attaque des Américains.
De nombreux coups de main ennemis près de Mesnil-Saint-Georges, à l'est de Montdidier, au bois Le Prêtre, sur la rive droite de la Meuse et dans les Vosges, n'ont obtenu aucun résultat.
De notre côté, nous avons effectué une incursion dans les lignes allemandes, au nord-est de Perthes-les-Hurlus et ramené des prisonniers.
Les opérations aériennes se sont poursuivies sur tout le front entre Aisne et Marne. Les bombardiers franco-britanniques ont jeté plus de 20 tonnes de projectiles sur les cantonnements et les points de passage de la vallée de l'Ardre et de la Vesle, les gares de Fimes, Loupeigne, Mareuil, Bazoches, les terrains d'aviation de Mont-Notre-Dame. Quatorze avions allemands ont été abattus ou mis hors de combat.
Les Anglais ont fait des prisonniers au cours de coups de main heureux et de rencontres de patrouilles dans les environs de Lens, au nord de Béthune et dans le secteur nord de notre front.


Samedi 3 août
Sur l'ensemble du front de bataille, actions d'artillerie.
Entre Montdidier et l'Oise, un coup de main ennemi au nord d'Antheuil n'a donné aucun résultat.
Une attaque allemande sur la montagne de Bligny a été également brisée. Des raids allemands ont échoué dans la région de l'Argonne.
Sur le front anglais, l'artillerie ennemie s'est montrée active au sud-ouest d'Albert. Elle a également manifesté quelque activité à l'est de Robecq et en d'autres secteurs.
Les Américains ont encerclé des détachements allemands qui avaient pénétré dans leurs lignes: tous les hommes ont été tués, blessés ou capturés. Au sud-ouest du bois Meunière, après un dur combat à la baïonnette, les Américains ont refoulé les ennemis dans les bois. Ils ont pris le bois de Grimpette et atteint le village de Cierges.
Ils ont repoussé des coups de main en Lorraine et en Alsace.
Sur le front italien, les alpins ont capturé la garnison d'un poste autrichien dans le val Daone. Dans le val Brenta, l'infanterie italienne a refoulé l'ennemi après une lutte corps à corps, en lui faisant des prisonniers.
Cinq avions autrichiens ont été abattus.
Une patrouille grecque, en Macédoine, a tendu une embuscade à une patrouille bulgare à l'ouest de Demir-Hissar et lui a fait des prisonniers. Sept avions ennemis ont été détruits sur ce front.

Dimanche 4 août
Au nord de l'Ourcq, nos troupes, en liaison avec des unités britanniques, ont rejeté l'ennemi des positions qu'il occupait entre le Plessier-Huleu et la rivière. Nous avons enlevé la hauteur au nord de Grand-Rozoy, dépassé le village de Beugneux, atteint Cramoiselle et Cramaille, réalisant sur ce point une avance d'environ 3 kilomètres. 600 prisonniers sont restés entre nos mains. Plus au sud, nous avons pris Cierges et le bois Meunière.
Au nord de la route de Dormans à Reims, nous avons, par une lutte acharnée, conquis le village de Romigny et fait une centaine de prisonniers.
Le nombre total des prisonniers que nous avons faits sur ce front du 15 au 31 juillet, monte à 33.400, dont 674 officiers.
Les Anglais ont fait des prisonniers dans le voisinage de Festubert. Au nord d'Albert, ils ont exécuté un raid heureux, capturant 16 prisonniers et une mitrailleuse.
Activité de l'artillerie ennemie au sud de la Somme et au sud d'Ypres; au nord de Béthune et à l'est d'Hazebrouck.
Canonnade en Macédoine sur le Vardar. Echec bulgare dans cette région sur le front anglais.
Activité de patrouilles sur le front serbe.
Notre aviation a jeté des explosifs sur les campements du Devoli, et l'aviation anglaise a bombardé la gare de Petric.

Lundi 5 août
Les attaques menées par nos troupes et les unités alliées sur le front au nord de la Marne ont obtenu un plein succès.
Bousculés sur toute la ligne, les Allemands ont été contraints d'abandonner la position de résistance qu'ils avaient choisie entre Fère-en-Tardenois et Ville-en-Tardenois, et de précipiter leur retraite.
Sur notre gauche, nos troupes sont entrées dans Soissons.
Plus au sud, elles ont franchi la Crise sur tout son parcours.
Au centre, progressant largement au nord de l'Ourcq, nous avons dépassé Arcy-Sainte-Restitue et pénétré dans les bois de Dôles.
Plus à l'est, Coulanges, à quatre kilomètres au nord du bois Meunière, est en notre possession.
A droite, Goussancourt, Villers-Agron, Ville-en-Tardenois, sont à nous. Sur cette partie du front, nous avons porté nos lignes à cinq kilomètres environ au nord de la route de Dormans à Reims, sur la ligne générale Vezilly-Lhéry.
Entre l'Ardre et la Vesle, nous occupons Gueux et Thillois.
Les Anglais ont repoussé avec pertes un raid tenté par l'ennemi aux environs de Feuchy. Leurs patrouilles ont poussé en avant dans le secteur d'Albert et occupé des portions de la première ligne allemande.
Canonnade entre Béthune et Bailleul.


Mardi 6 août
Nos troupes, refoulant les arrière-gardes ennemies, ont continué leur marche victorieuses sur un front de 50 kilomètres en direction de la Vesle.
Sur notre gauche, nous bordons les rives sud de l'Aisne et de la Vesle, depuis Soissons jusqu'à Fismes, dont les Américains tiennent les lisières.
A l'est de Fismes, nous avons atteint la ligne générale nord de Courville, Branscourt, Courcelles, Champigny.
Nos reconnaissances de cavalerie opèrent le long de la voie ferrée de Soissons à Reims.
Sur certains points, notre progression a dépassé, en vingt-quatre heures, dix kilomètres. Plus de cinquante villages ont été délivrés en une seu1e journée.
Les Américains annoncent avoir pris, depuis le 18 juillet, 8400 soldats et 133 canons.
La progression britannique s'est poursuivie dans le secteur d'Albert; nos alliés ont enlevé la majeure partie du terrain tenu par les Allemands à l'ouest de l'Ancre. Ils ont suivi l'ennemi dans son mouvement de retraite qu'avaient laissé prévoir différents indices.
Des patrouilles allemandes ont attaqué les Anglais dans le secteur d'Hébuterne. Elles ont été complètement repoussées.
Arkhangel a été occupée par les troupes alliées. L'Entente garde ainsi une porte ouverte sur la Russie.
En Macédoine, des détachements bulgares ont été repoussés près de Vetrenik.

Canadiens traversant une passerelle sur l'Ancre
Canadiens tendant des fils de fer barbelés Mercredi 7 août
Nous avons atteint la Vesle en plusieurs points à l'est de Fismes. Les arrières-gardes ennemies ont opposé une vive résistance notanmment entre Muizon et Champigny. Nos éléments légers ont néanmoins réussi à prendre pied sur la rive droite en divers endroits. Fismes est en notre possession.
Au nord-ouest de Reims, nous avons gagné du terrain jusqu'au village de la Neuvillette, que l'ennemi défend avec énergie.
Sur la rive gauche de l'Avre, entre Castel et Mesnil-Saint-Georges, les Allemands ont été contraints d'abandonner une partie de leurs positions devenues intenables à la suite de notre avance du 23 juillet. Nous avons occupé Braches, pénétré dans Hargicourt et porté nos lignes aux lisières ouest de Courtemanche. Nous avons fait des prisonniers.
Les Anglais ont repoussé un détachement allemand au sud d'Arras.
En Macédoine, canonnade sur la Strouma et le Vardar.
Lutte d'artillerie et combat de patrouilles au sud de Huna et devant le front serbe.
Sur le front italien, le Dosso Alto (cote 703) a été enlevé aux Autrichiens. L'occupation a été consolidée sous la protection efficace de l'artillerie. Des groupes ennemis qui tentaient une résistance ont été maîtrisés. 4 officiers et 172 soldats autrichiens ont été capturés. Un détachement français a fait 125 prisonniers à l'est d'Asiago; à l'ouest d'Asiago, raid heureux des Anglais.


Jeudi 8 août
Sur tout le front de la Vesle, la situation reste sans changement.
Sur la rive nord, des combats locaux ont eu lieu entre nos éléments légers et les postes de l'ennemi.
Journée calme partout ailleurs. Les Anglais ont fait des prisonniers dans le voisinage de Neuville-Vitasse, au sud-est d'Arras. Ils ont légèrement avancé pendant la journée au bois Pacaud, à l'est de Robecq.
L'artillerie ennemie a été active devant la Bassée, au nord de Béthune et sur divers points, entre Hazebrouck et Ypres.
Les Italiens ont fait de nouveaux prisonniers sur le Dosso Alto, au sud de Nago.
D'après certains témoignages, le port de Zeebrugge est toujours obstrué.
Quatre aviateurs allemands réputés ont été descendus sur le front occidental.
Une déclaration américaine de M. Polk, suppléant de M. Lansing, corrobore la déclaration du Japon au sujet de l'intervention en Sibérie.
Les Allemands annoncent une mauvaise récolte en Roumanie. Or, l'on sait qu'ils comptaient beaucoup sur les céréales de ce pays.
Lloyd George a lancé un message au peuple britannique pour lui recommander de tenir bon.

Vendredi 9 août
Au nord de Montdidier, nos troupes ont progressé jusqu'à l'Avre, qu'elles bordent entre Braches et Morisel.
Un coup de main ennemi au sud-est de Montdidier a complètement échoué. Des prisonniers sont restés entre nos mains.
Sur le front de la Vesle, nous avons maintenu nos éléments sur plusieurs points de la rive nord, en dépit des tentatives faites par l'ennemi pour les rejeter.
En Albanie, les Autrichiens ont encore attaqué à plusieurs reprises nos positions près des confluents du Devoli et de la Tomorica et entre le Devoli et le Holta. Ils ont été partout repoussés avec de lourdes pertes et ont laissé des prisonniers entre nos mains.
L'aviation française a lancé une tonne d'explosifs sur les campements ennemis de la région de Pogradec et l'aviation britannique a bombardé des dépôts ennemis dans la région de la Strouma.
Sur le front occidental, les pilotes anglais ont abattu six avions ennemis et contraint un septième à atterrir, désemparé. Un ballon ennemi a été descendu en flammes.
Nos alliés ont effectué quelques reconnaissances, quelques réglages et jeté 6 tonnes et demie de bombes. Aucun de leurs appareils ne manque.
Deux contre-torpilleurs anglais ont été coulés par des mines ennemies. Il y a 97 victimes.

Samedi 10 août
Dans la région de Montdidier, nous avons réalisé quelques progrès locaux au sud de Framicourt et au sud-est de Mesnil-Saint-Georges.
Sur la Vesle, nous avons repoussé une tentative ennemie contre la ferme la Grange et nous nous sommes installés à la station Ciry-Salsogne. Nous avons fait une centaine de prisonniers à l'est de Braisne.
En Champagne, une attaque locale, dirigée contre nos positions au sud d'Auberive, a été rejetée.
Les troupes anglaises avaient dû légèrement reculer, au front de la Somme, des deux côtés de la route Bray-Corbie, au sud de Morlancourt. Elles ont contre-attaqué et repris les points principaux des positions qu'elles avaient évacuées. Tous les objectifs de cette contre-attaque ont été atteints et un certain nombre de prisonniers ont été faits.
Nos alliés ont avancé quelque peu leurs lignes des deux côtés de la Clarence, en capturant des ennemis et deux mitrailleuses. Leurs troupes ont fait irruption dans un poste ennemi, au nord de Vieux-Berquin.
L'artillerie ennemie s'est montrée active à l'est de Robecq et dans les secteurs de Merville et de Dickebusch.
Cinq zeppelins ont tenté de franchir la côte anglaise : ils ont été attaqués alors qu'ils survolaient encore la mer par des forces aériennes travaillant de concert avec la marine. Un aéronef fut abattu en flammes à 40 milles de la côte. Un autre fut endommagé, mais réussit probablement à atteindre sa base.

Montdidier, libéré le 10 août

Dimanche 11 août
La quatrième armée britannique et la première armée française, sous le commandement du maréchal sir Douglas Haig, ont attaqué sur un large front à l'est et au sud-est d'Amiens.
Entre l'Oise et l'Aisne, après un violent bombardement, l'ennemi a tenté deux coups de main près de Bailly et de Tracy-le-Val et a été repoussé.
A l'est de Braisne, quelques-uns de nos éléments agissant en liaison avec les troupes américaines ont franchi la Vesle et se sont installés sur la rive nord. Ils s'y sont maintenus malgré deux violentes contre-attaques ennemies.
Au nord de Reims, nous avons avancé notre ligne de 400 mètres entre les voies ferrées de Rethel et de Laon.
En Macédoine, au nord-ouest du Vardar, l'artillerie ennemie a vigoureusement bombardé nos positions du Skra di Legen.
En Albanie, des détachements bulgares, qui tentaient de pénétrer dans nos lignes, dans la région de Gramsi, ont été repoussés et ont laissé des prisonniers entre nos mains.
L'aviation française a bombardé les dépôts ennemis au sud de Topeleance, et l'aviation britannique, des dépôts dans la région de Sérès.
Sur l'ensemble du front italien, activité normale des deux artilleries. Entre Astico et Brenta, les patrouilles italiennes ont harcelé efficacement les lignes de l'ennemi, lui infligeant des pertes et capturant des prisonniers.
Six avions ennemis ont été abattus au cours de combats aériens.

Lundi 12 août
Les opérations commencées dans la région de la Somme, sous le commandement du général Debeney et du général Rawlinson, se développent favorablement. Massées à la faveur de la nuit, les troupes alliées se sont élancées vers les positions allemandes sur un front de plus de 20 milles. L'ennemi a été surpris et nos progrès ont été rapides. De bonne heure, tous les objectifs étaient atteints.
Les troupes françaises attaquant avec une grande bravoure, ont traversé l'Avre et, en dépit de la résistance de l'ennemi, ont enlevé les positions allemandes.
Au nord de la Somme, deux combats ont été livrés aux environs de Chipilly et de Morlancourt. Au sud de la Somme, nos attaques ont plus aisément triomphé de l'ennemi. La cavalerie a dépassé l'infanterie, bousculant les convois allemands en retraite, s'emparant de plusieurs villages.
Les troupes alliées ont enlevé Plessier, Rozainvillers, Beaucourt, Caix, Framerville, Chipilly, la région à l'ouest de Morlancourt, Fresnoy-en-Chaussée. Les prisonniers capturés depassent le total de 14000.
Entre Béthune et la Lys, les Allemands ont également reculé.
Nos alliés britanniques ont avancé leur front de deux kilomètres en moyenne entre la rivière Lawe et la Bourre, au nord-ouest de Merville. Ils tiennent Locon, le Cornema1e, Quentin-le-Petit, Pacaut et le Sart. Ils ont effectué une opération heureuse au nord de Kemmel, avancé leur ligne sur un front d'un kilomètre en faisant 30 prisonniers.

Mardi 13 août
Nos troupes ont accentué leurs succès dans la région de la Somme. Elles ont enlevé les villages de Pierrepont, de Contoire, d'Hangest-en Santerre; au delà de la voie ferrée, à l'est d'Hangest, nous avons atteint Arvillers, qui est en notre possession, ainsi que Davenescourt. Au sud de Montdidier, nous tenons Rubescourt et Assainvillers.
Notre progression dans cette direction a atteint, en trente-six heures, 14 kilomètres en profondeur. Nous avons fait 4000 prisonniers nouveaux. Nos pertes, comme celles de nos alliés britanniques ont été particulièrement légères. Sur la Vesle, les troupes américaines se sont emparées de Froyettes, où elles ont fait une centaine de prisonniers.
Les Anglais signalent dans leurs communiqués la capture de 24000 hommes au total et de 200 à 300 canons depuis le début de l'offensive. Montdidier est menacé par les armées alliées.
Les aviateurs italiens, sous le commandement de Gabriele d'Annunzio, ont fait un raid sur Vienne, jetant des milliers de manifestes.
Les troupes italiennes out repoussé deux attaques autrichiennes sur le plateau d'Asiago.
Les troupes britanniques ont exécuté huit incursions heureuses dans la même région, capturant 7 officiers et 308 hommes. Leurs aviateurs ont abattu 11 appareils ennemis.
En Macédoine, canonnade sur le Vardar, la Strouma et à l'est de la Cerna. Dans la région de Monastir, un détachement ennemi a été repoussé avec pertes.


Allemands capturés par les Britanniques



Une colonne de prisonniers en route pour le camp de triage


Mercredi 14 août
Nos attaques ont continué avec succès sur tout le front de l'Avre.
Montdidier, débordé par l'est et par le nord, est en notre pouvoir.
A la droite des forces britanniques, nous avons porté nos lignes à dix kilomètres à l'est de Montdidier, sur le front Andechy-la-Boissière-Fescamps.
Nous avons attaqué les positions allemandes à droite et à gauche de la route de Saint-Just-en-Chaussée à Roye, sur un front de plus de vingt kilomètres, conquis Rollot, Orvillers-Sorel, Ressons-sur-Matz, Conchy-les-Pots, la Neuville-sur-Ressons et Elincourt.
Nous avons ensuite enlevé le massif de Boulogne-la-Grasse et porté nos lignes à l'est de Bus.
Nous avons gagné les abords de la Berlière et de Gury, conquis Mareuil-lamotte et progressé de trois kilomètres au nord de Chevincourt.
Les troupes britanniques ont atteint Lihons et Fresnoy-les-Roye.
En Flandre, elles ont repoussé une attaque allemande dans la région au nord du Kemmel et capturé des prisonniers. Elles ont progressé à l'est de Robecq.
Les troupes françaises ont remporté un succès en Italie, sur le mont Sisemol. Elles ont capturé 5 officiers, 243 hommes, un canon de tranchée et 3 mitrailleuses.
Plus à l'est, succès italien au val Bella et au col d'Echale.
En macédoine, rencontre de patrouilles.



Le camp de triage


Le total des prisonniers faits par la 4eme armée britannique, du 8 au 25 août, sur le front de la Somme, entre Montdidier et Albert, s'élève à 24844 dont un très grand nombre d'officiers. C'est donc une magnifique victoire qu'ont remportée les troupes du général Rawlinson. Leur avance nous a d'ailleurs procuré d'autres avantages non moins appréciables : elle a éloigné d'Amiens l'artillerie lourde ennemie, libéré la grande voie ferrée Paris-Calais et anéanti le plan de l'état-major prussien.


Jeudi 15 août
Nos troupes ont continué à gagner du terain entre l'Avre et l'Oise, en dépit de la résistance opposée par l'ennemi.
Au sud de l'Avre, nous avons occupé Marquévillers, Grivillers et atteint la ligne Armancourt-Tilloloy. Nous avons progressé au nord de Roye-sur-Matz, d'environ 2 kilomètres, jusqu'aux abords de Canny-sur-Matz.
Plus au sud, nous avons conquis et dépassé Laberlière. Entre Matz et Oise, nous avons avancé au nord de Chèvincourt. Machemont et Cambronne sont à nous.
Les Anglais ont repoussé de fortes contre-attaques ennemies à Lihons ainsi qu'aux alentours de cette localité. Ils ont effectué une opération heureuse au sud de la Somme, faisant 200 prisonniers et reliant leurs positions à l'est de Mericourt, à celles à l'est d'Etinchem, sur la rive nord de la Somme.
Ils ont amélioré leur ligne à l'est de Robecq et entre Vieux-Berquin et Merris.
120 de nos avions ont survolé l'ennemi à Lassigny, jetant 23 tonnes d'obus.
Un contingent français a débarqué à Vladivostok.
Les Japonais ont fait leur jonction avec les Tchéco-Slovaques en Sibérie orientale.

Vendredi 16 août
Entre Avre et Oise, nos troupes ont enlevé le village de Gury et fait quelques progrès au nord de Roye-sur-Matz et de Chevincourt.
Sur le front de la Vesle, nous avons repoussé deux violentes attaques sur nos positions de la rive nord, dans la région de Fismes.
Plusieurs coups de main ennemis dans la Haute-Alsace et dans les Vosges ont échoué.
Les Anglais ont livré des combats heureux dans le voisinage de la route de Roye, à l'est de Fouquescourt et sur la rive sud de la Somme. Sur chacun de ces points, ils ont avancé leur ligne et fait quelques centaines de prisonniers.
Au sud de la Somme, ils ont pris le village de Proyard, en infligeant de lourdes pertes aux Allemands.
Ils ont fait des prisonniers au sud de la Scarpe et aux environs de Vieux-Berquin. Ils ont mis en échec une attaque ennemie dans le secteur de Merris.
Les aviateurs français ont jeté 52 tonnes de projectiles sur les régions de Ham, Noyon, Guiscard, Tergnier, et abattu 15 avions et 4 ballons captifs. Les aviateurs anglais ont lancé 52 tonnes de bombes, principalement sur les passages de la Somme. La gare de Coutry a été bombardée.

Samedi 17 août
Nos troupes ont repris leurs attaques dans la région boisée entre le Matz et l'Oise. En dépit de la forte résistance opposée par l'ennemi, nous avons pu réaliser des progrès au nord-est de Gury. Nous avons pris pied dans le parc de Plessier-de-Roye et atteint Belval.
Plus à l'est, nous avons porté nos lignes à 2 kilomètres environ au nord du village de Cambronne.
Sur le front de la Vesle, des coups de main ennemis n'ont obtenu aucun résultat. Une incursion dans les lignes allemandes, dans la région de Mesnil-Lès-Hurlus, nous a donné des prisonniers.
Canonnade sur le front britannique.
Des contre-attaques locales ennemies dans le secteur de Dickebusch, ont été repoussées. Un raid heureux, dans le voisinage d'Ayette a valu des prisonniers à nos alliés. Leurs patrouilles continuent à pousser en avant dans le secteur de Vieux-Berquin, et ont établi leur ligne à l'est du village. Elles ont capturé un certain nombre de prisonniers et de mitrailleuses.
Les Anglais ont également avancé à l'est de Meteren.
Le transport Djemnah a été torpillé en méditerranée. Il y a 442 disparus.

Dimanche 18 août
Nos troupes se sont emparées de Ribécourt.
A l'est de Belval, nos éléments d'infanterie, ayant éventé une conte-attaque allemande en préparation, ont réussi à capturer 7 officiers, dont 2 commandants de bataillon, et un certain nombre de soldats.
Echec d'un coup de main ennemi aux Marquises, en Champagne.
Les Anglais ont progressé dans le secteur de Parvillers.
L'ennemi a évacué ses positions avancées à Beaumont-Hamel, Serre, Puisieux, et Bucquoy. Les patrouilles britanniques ont gagné du terrain aux environs de ces villages. Des prisonniers ont été faits.
Canonnade à l'est de Robecq et dans le secteur de Scherpenberg.
Le total des prisonniers faits depuis le 8 août par la 4eme armée britannique, est de 21844, et ceux faits par la Ire armée française, de 8500 : ce qui porte le total à 30344 pour le front Montdidier-Albert.
Canonnade en Macédoine vers la Strouma et le Vardar, dans la boucle de la Cerna et au nord de Monastir.
Echec d'une attaque ennemie en Albanie à Gere-Porocam.
Progrès anglais en Palestine, des deux côtés de la route Jérusalem-Naplouse. 200 ennemis ont été tués et 247 autres capturés.

Lundi 19 août
Nos troupes ont progressé en combattant au nord et au sud de l'Avre. Elles ont enlevé les tranchées du camp de César, dans la région à l'ouest de Roye.
Au sud de la rivière, nous avons poussé nos lignes jusqu'aux abords de Beuvraignes.
Le chiffre de nos prisonniers faits en vingt-quatre heures au sud et au nord de l'Avre, dépasse un millier. Nous avons capturé, en outre, de nombreuses mitrailleuses et un important matériel.
Plus au sud, notre infanterie s'est emparée de Canny-sur-Matz.
Au nord de l'Aisne, une opération locale nous a permis, dans la région d'Autrèches, d'enlever les positions ennemies sur un front de 5 kilomètres et une profondeur de 1500 mètres. 240 prisonniers sont restés entre nos mains.
Les Anglais ont amélioré leur ligne au nord de Proyart et au sud de Bucquoy. Ils ont progressé d'un mille au nord de Lihons, en capturant des hommes et des mitrailleuses. Ils ont repoussé une attaque dans la région du Scherpenberg et un raid aux environs de Locre.
Des aviateurs alliés ont attaqué Darmstad en y causant des dégâts considérables.
Les aviateurs anglais ont bombardé les aérodromes ennemis de Haubourdin et de Lomme.

Mardi 20 août
Actions d'artillerie violentes au nord et au sud de l'Avre.
Nous avons fait plus de 400 prisonniers à l'ouest de Roye. Nos troupes ont progressé en combattant jusqu'aux abords de Lassigny.
Entre Oise et Aisne, elles ont rectifié leur front sur une étendue de 15 kilomètres environ, entre le sud de Carlepont et Fontenoy, réalisant une progression moyenne de deux kilomètres.
Nous avons occupé le plateau à l'ouest de Nampcel, atteint le rebord sud du ravin d'Audignicourt et conquis Nouvron-Vingré. Plus de 2200 prisonniers sont demeurés entre nos mains.
Les Anglais ont brisé des contre-attaques ennemies entre Outtersteene et Meteren.
Ils ont fait des prisonniers dans le secteur d'Ayette, ainsi qu'au sud de la Scarpe, où leurs patrouilles ont fait irruption dans les tranchées de l'ennemi, et pénétré assez avant dans ses positions. Au nord de la Scarpe, ils ont repoussé un coup de main.
Ils ont progressé dans le secteur de Merville, en dépit de la résistance des mitrailleuses ennemies. Ils ont fait de 40 à 50 prisonniers et capturé des mitrailleuses.
Les Japonais ont décidé de marcher par la Mandchourie du nord vers la Transbaïkalie.

Mercredi 21 août
Bombardements réciproques dans la région de Lassigny et de Dreslincourt.
Entre Oise et Aisne, nous avons occupé le village de Vassens, au nord-ouest de Morsain.
Un coup de main ennemi, à l'ouest de Maisons-de-Champagne, n'a pas obtenu de résultat.
Les Allemands ont lancé une violente attaque contre les positions anglaises, entre Lihons et Herleville. Ils avaient pénétré dans les lignes sur deux points, quand ils ont été rejetés par une contre-attaque. I1s ont subi de fortes pertes.
Dans le secteur de Merville, nos alliés ont progressé sur un front de neuf kilomètres. Ils ont pénétré dans Merville.
Le total des prisonniers qu'ils ont capturés aux environs d'Outtersteene dépasse 750. Ils sont, de ce côté, au voisinage du chemin de Vieux-Berquin à Outtersteene.
Quatre tentatives ennemies ont été repoussées, au nord-est de Chilly.
Les patrouilles anglaises ont fait des raids heureux entre la Lawe et la Lys et sont arrivées à l'est du chemin de Paradis à Merville.
Les aviateurs alliés ont abattu trois avions allemands et incendié un ballon captif. Ils ont jeté huit tonnes de projectiles sur les bivouacs de la région de Berry-au-Bac et de Guignicourt, les gares de Mézières et de Chatelet.
Les Italiens ont repoussé une violente attaque des Austro-Hongrois sur le Sasso Rosso. Cette attaque avait été précédée de tirs d'artillerie. La lutte s'est déployée corps à corps. L'ennemi a subi de graves pertes et laissé des prisonniers.
D'autres tentatives ennemies au col del Rosso ont été enrayées par les feux d'artillerie.
Des patrouilles britanniques ont capturé des prisonniers au plateau d'Asiago. Canonnade du val Laguna au val d'Astico.
L'aviation britannique opère près de Sérès en Macédoine.

22 août, canadiens faisant le coup de feu dans Albert Jeudi 22 août
Au sud de l'Avre, nous nous sommes emparés de Beuvraignes, après un combat acharné.
Entre Matz et Oise, nous avons fait 500 prisonniers.
A l'est de l'Oise, nous avons attaqué les lignes allemandes sur un front de 25 kilomètres, depuis la région de Bailly jusqu'à l'Aisne.
Nous avons atteint la forêt d'Ourscamp, Carlepont, Cuts, Lombray, Blerancourdelle, le plateau au nord de Vassens, Vezaponin, Tartiers, Cuizy-en-Almont, Osni-Courtil, réa1isé une avance moyenne de 4 kilomètres et fait 8000 prisonniers. Au total, plus de 10000 Allemands sont tombés, en deux jours, entre nos mains dans cette région.
Nous avons gagné du terrain à l'ouest de Lassigny.
Albert, libéré le 22 août
Les Ang1ais ont livré des combats locaux sur les deux rives de la Scarpe. Ils ont avancé leur ligne à l'est de Fampoux et progressé de part et d'autre de la Lys et à l'est de Merville. Ils ont attaqué sur un 1arge front au nord de l'Ancre, et réa1isé des progrès satisfaisants.
L'Espagne a publié un communiqué d'où il résulte qu'elle a fait une notification importante à Berlin. Elle prélèvera sur le tonnage allemand ancré dans ses ports, un tonnage égal à ce1ui que lui détruiront les sous-marins.


Vendredi 23 août
Nos troupes ont maintenu le contact avec l'ennemi.
Lassigny est tombée. Nous avons atteint le Plémont, Thiescourt, Cannectancourt et Ville et touché à la Divette.
Nous bordons l'Oise à l'est de Noyon depuis Sempigny jusqu'à Bretigny. Plus à l'est, nous nous sommes emparés de Bourguignon et de Saint-Paul-au-Bois et poussons au nord de ce village. Nous avons atteint l'Ailette à la Quincy-Basse.
Les Anglais ont réalisé des gains nouveaux, en dépit de violentes contre-attaques ennemies, entre la Somme et l'Ancre.
I1s ont fait de 2 à 3000 prisonniers et capturé des canons. I1s ont progressé au nord-est et à l'est de Merville et sont aux lisières de Neuf-Berquin. I1s ont attaqué et capturé une forte position ennemie au nord de Bailleul.
Une violente contre-attaque tentée par les Allemands contre la ferme de Locrehof, au nord-ouest de Dranoutre, a été repoussée après un vif combat.
Les Italiens ont repoussé toute une série d'attaques autrichiennes sur leur front.

Samedi 24 août
Nos troupes ont continué à progresser sur tout le front de la bataille en cours.
Entre Matz et Oise, nous bordons la Divette, depuis son embouchure jusqu'à Evricourt.
Le long de l'Oise, nous nous étendons depuis Sempigny jusqu'à la voie ferrée de Coucy-Le-Château.
A l'est de Solens, nous avons porté nos lignes jusqu'aux abords de Guny et de Pont-Saint-Mard.
Le matériel abandonné par l'ennemi entre l'Aisne et l'Avre, est considérable. Plus de 200 canons ont été dénombrés.
Les troupes ang1aises ont progressé de trois kilomètres sur un front de neuf, entre Somme et Ancre. Elles ont rencontré une sérieuse résistance sur certains points, notamment sur les pentes au nord de Bray.
Les combats ont continué, dans Albert, jusqu'à ce que la ville eût été nettoyée. Au cours de cette opération, 1400 prisonniers ont été faits, et des canons capturés.
Nos alliés ont progressé aussi sur la rive gauche de l'Ancre, au sud de Beaucourt. L'ennemi a contre-attaqué au nord de l'Ancre. Il a échoué à Miraumont et à Achiet-le-Grand. Le chiffre total des prisonniers dénombrés par les Anglais est de 5000. Nos alliés ont encore avancé sur le front de la Lys.

Dimanche 25 août
Dans la région de Lassigny et entre Oise et Aisne, canonnade assez vive.
Nos détachements ont pénétré sur plusieurs points dans les tranchées allemandes en Lorraine et ramené des prisonniers.
Les Anglais ont progressé dans le secteur d'A1bert et fait des prisonniers. Depuis le 21, ils ont fait p1us de 14000 prisonniers et capturé un certain nombre de canons.
Ils ont réussi une opération 1ocale au nord de Neuf-Berquin. Quelques attaques partielles au nord de Bailleul, au sud de Locre et au nord de Kemmel, faites par l'ennemi au cours de la nuit, ont été repoussées après une lutte vio1ente. Des combats heureux pour nos alliés ont eu 1ieu au nord du canal de la Bassée, dans le secteur de Givenchy.
Nos équipages de chasse ont abattu ou mis hors de combat quatorze avions ennemis.
L'aviation de bombardement de jour a lancé dix-huit tonnes de projectiles sur des rassemblements de troupes et des convois dans le ravin de Margival, sur les routes de Soissons à Chauny, sur Vauxaillon, Anizy-le-Château et Laffaux.
L'aviation de nuit a jeté vingt cinq tonnes de projectiles sur les gares de Ham, Laon, Anizy-le-Château, Mézières et Marchault-Pontavert. Une forte expédition a été effectuée sur l'aérodrome de Mars-la-Tour.

Lundi 26 août
Entre l'Ailette et l'Aisne, nous avons progressé à l'est de Bagneux, eu faisant une centaine de prisonniers.
Au nord de Roye, échec d'un raid ennemi; nous avons fait une vingtaine de prisonniers.
A l'ouest de Fismes, les Américains ont avancé sur un front de 800 mètres jusqu'à la route de Soissons à Reims.
Sur la rive droite de la Meuse et en Woëvre, nos patrouilles ont ramené des prisonniers dont plusieurs appartiennent à des unités austro-hongroises.
Les Anglais ont largement progressé sur le front au nord de la Somme, en dépit de l'arrivée de renforts allemands considérables.
Les troupes australiennes ont pris Bray-sur-Somme et emporté les positions ennemies voisines.
A leur gauche, des troupes de Londres et des comtés de l'Est ont gagné du terrain.
Les Gallois ont pris 1a Boisse11e, Orvillers, Thiepval et Grandcourt, malgré de vives résistances.
Le village de Miraumont a été débordé. Les Néo-Zélandais, après être arrivé aux lisières de Bapaume, se sont emparés de la route d'Albert à Bapaume. Nos alliés ont occupé également Irles et avancé vers Sapignies, qu'ils ont finalement enlevé ainsi que Béhagnies.
Depuis le 21 août, les troupes britanniques ont capturé plus de 17000 Allemands dans cette région.
Echec d'une tentative allemande près de Bailleul.

Roye, libéré le 27 août Mardi 27 août
Activité des deux artilleries dans 1a région de Lassigny.
Entre Ailette et Oise, nous avons réalisé de nouveaux progrès à l'est de Bagneux et repoussé des contre-attaques ennemies à l'ouest de Crécy-au-Mont. Nous avons fait 400 prisonniers au cours de ces actions.
Deux coups de main ennemi dans les Vosges n'ont obtenu aucun résultat. Nous avons fait des prisonniers.
Les troupes anglaises ont subi une résistance assez vive de la part de l'ennemi, mais elles ont brisé toutes ses contre-attaques, réa1isé des progrès et fait des prisonniers.
Sur la rive nord de 1a Somme, les Australiens ont enlevé les positions allemandes sur les hauteurs à l'est de Bray; à leur gauche, les divisions de Londres et des comtés de l'Est ont poursuivi leur avance dans la direction de Carnoy et pris Mametz. Le bois de Mametz est tombé aux mains des Gallois.
Au centre, nos alliés ont traversé la route Albert-Bapaume, au sud de Bapaume, pris Martinpuich, le Sars et le Barque.
Au nord de Bapaume, un violent combat s'est engagé vers Favreuil qui appartenait aux Anglais, et ceux-ci ont progressé au delà du village.
Ils ont amélioré leurs positions au sud-est de Mory et à l'ouest de Croisilles. Ils ont attaqué dans le secteur de la Scarpe et réalisé des progrès.
Les avions anglais ont bombardé Pirmasens et Deux-Ponts. Ils ont également opéré sur la côte flamande.




Ils déménageaient les trésors de nos églises

Mais nos troupes sont arrivées... et ils n'ont pu emporter leur butin




Mardi 28 août
De part et d'autre de L'Avre, nous avons exécuté, deux opérations locales qui nous ont permis d'enlever Fresnoy-Lès-Roye et Saint-Mard, en dépit de la vive résistance opposée par l'ennemi. Nous avons fait plus de 1100 prisonniers, dont 36 officiers.
Entre l'Oise et l'Aisne, une contre-attaque des Allemands à l'ouest de Chavigny a échoué. Nous avons fait une trentaine de prisonniers.
A l'est de Bagneux, nous avons progressé de 1200 mètres. Canonnade entre Aillette et Aisne.
Les Anglais ont continué à combattre sur l'ancien champ de bataille de la Somme, entre Maricourt et Bapaume, ainsi qu'au nord de cette ville. Les contre-attaques de l'ennemi ont toutes été brisées.
Traversant Montauban et suivant la crête des hauteurs, nos alliés ont pris le High Wood et atteint Longueval, d'où ils ont été ensuite obligés de se retirer, et ils ont enfin repris l'avantage.
Dans le voisinage de Ligny-Thilloy, l'infanterie allemande a été repoussée.
Les troupes néo-zélandaises sont dans les faubourgs nord de Bapaume.
De violents combats ont été livrés près de Croisilles.
Progrès des Australiens des deux côtés de la Somme, à l'est de Suzanne et vers Dompierre.
Les Canadiens ont enlevé la crête a l'est de Wancourt et se sont établis à l'est de Guemappe. Le chiffre des prisonniers depuis le 21 dépasse 21000.
Les Italiens ont repoussé une attaque autrichienne dans le Giudicarie.
A l'ouest d'Asiago des détachements britanniques ont fait irruption dans les tranchées adverses et ramené 270 prisonniers dont 6 officiers.
En Albanie, léger repli de nos troupes.

Bapaume, libéré le 29 août Jeudi 29 août
L'ennemi a accentué son repli de part et d'autre de l'Avre. Nos troupes ont avancé sur un front de vingt kilomètres.
Nous avons occupé Hallu, Fransart, Crémery, Gruny, Carrepuis, Roye, Lancourt et Crapeaumesnil, Chaulnes, Omécourt, Balatre, Roiglise, Verpillières, Dives.
Au nord de l'Avre, nous avons atteint la ligne générale Licourt, Potte, Mesnil-le-Petit, Nesle. Une trentaine de villages ont été repris. Nous avons réalisé une avance de douze kilomètres en vingt-quatre heures, sur certains points.
Les Anglais, opérant à cheval sur la Scarpe ont attaqué à nouveau. Les troupes canadiennes, après avoir brisé la résistance de l'ennemi sur l'ancienne ligne de défense, tenue par lui avant le 21 mars, ont pénétré profondément dans les positions allemandes entre la Sensée et la Scarpe, près Cherizy, Vis-en-Artois et le bois du Sart; elles ont capturé de nombreux prisonniers.
Les Ecossais ont franchi la Sensée et occupé Fontaine-Lès-Croisilles, en faisant plusieurs centaines de prisonniers.
Au nord de la Scarpe, d'autres bataillons écossais ont emporté Roeux et Gavrelles, tandis que les Anglais entraient dans Arleux-en-Gohelle. Entre Croisilles et Bapaume, nos alliés ont pris Beugnâtre. Au sud de Bapaume, ils ont chassé l'ennemi de Longueval, des bois de Delville et de Bemafay. Plus au sud, ils tiennent Vermandovillers.
Un vapeur espagnol a été torpillé par un sous-marin allemand.
Noyon, libéré le 29 août

Vendredi 30 août
Nos troupes ont continué à poursuivre l'ennemi qui, sous notre poussée victorieuse, a précipité sa retraite sur un front d'une trentaine de kilomètres.
Nous avons atteint les hauteurs de la rive gauche de la Somme, depuis Cézancourt jusqu'à la région à l'est de Nesle.
Plus au sud, nous bordons la rive ouest du canal du Nord sur la majeure partie de son parcours entre Nesle et Noyon.
Notre avance du jour excède dix kilomètres en certains points, et quarante villages ont été repris dans la journée. Nous avons fait 500 prisonniers.
Les Américains ont repoussé plusieurs contre-attaques dans la région de Juvigny, entre Oise et Aisne. Ils ont arrêté une tentative allemande sur la Vesle, au sud de Bazoches et de Fismettes.
Les troupes anglaises ont accentué leur pression au sud de la Somme. Dans le secteur de la Scarpe, elles ont repoussé de fortes attaques près de Vis-en-Artois, de Boury et de Gavrelles. Elles ont fait au total 26000 prisonniers et capturé plus de 100 canons depuis le 21. Les tanks ont pris une part active à cette lutte.
Le Sénat américain a voté la nouvelle loi des effectifs.
Le général Horvat, a fait un coup d'Etat à Vladivostock.

Samedi 31 août
Notre progression a continué dans la région du canal du Nord, que nous bordons entièrement, sauf vers Cartigny et Sermaize. Nous avons occupé le bois du Quesnoy, au nord-est d'Eurvilly et Beaurains.
Plus au sud, la bataille a revêtu un caractère de vif acharnement. Nous avons enlevé Noyon de haute lutte et progressé jusqu'aux lisières sud d'Haplincourt.
A l'est de Noyon, nous avons pris pied sur les pentes sud du mont Saint-Siméon et conquis Landrimont et Morlincourt. Nous avons fait plusieurs centaines de prisonniers.
Entre l'Oise et l'Aisne, nos troupes ont réussi à franchir l'Ailette en plusieurs points, au nord et au sud de Champs, en dépit de la résistance allemande. Guny et Pont-Saint-Mard sont entre nos mains.
Les Anglais ont occupé Bapaume; malgré la destruction des ponts, leurs avant-gardes ont franchi la Somme au sud et à l'ouest de Péronne. Ils ont pris Cléry-sur-Somme et Combles : dans ce seul secteur, ils ont capturé 210 prisonniers et des canons.
Au nord de Bapaume, les troupes de Londres et du Lancashire ont réalisé des progrès importants à l'est de la Sensée, occupé Bullecourt et Hendecourt, ainsi qu'un puissant système de tranchées.
Nos alliés ont encore avancé de part et d'autre de la Scarpe vers Eterpigny, Hamblain-Les-Prés et Plouvain.