Mardi 1er août
Au nord de la Somme, les Allemands ont multiplié leurs contre-attaques sur nos positions du bois de Hem et sur la ferme de Monacu; la lutte a été particulièrement vive sur ce dernier point qui, perdu un instant, a été aussitôt reconquis. Toutes les tentatives ennemies ont finalement échoué avec des pertes sérieuses. Au bois de Hem, spécialement, nos batteries ont pu prendre en enfilade les effectifs adverses.
Sur la rive gauche de la Meuse, un assaut allemand sur les pentes nord-est de la cote 304 a échoué sous nos feux.
Sur la rive droite, nous avons progressé au sud-ouest de Fleury et fait une vingtaine de prisonniers. Une tentative d'attaque ennemie à la grenade sur la partie ouest du bois de Vaux-Chapitre est restée sans résultat.
Une de nos escadrilles a bombardé les usines militaires de Thionville, les gares de Conflans et d'Audun-le-Roman et les bivouacs de la région d'Etain.
Pas d'action d'infanterie sur le front britannique.
Les aviateurs anglais ont jeté 7 tonnes de projectiles sur les voies de communication et les cantonnements ennemis. Ils ont fait sauter un train, incendié un dépôt de munitions et détruit un avion.
Les Russes, continuant à marcher sur Kovel et Stanislau, ont capturé plusieurs milliers d'ennemis, et, entre autres, un régiment de honveds, avec son état-major.

  Mercredi 2 août
Au sud de la Somme, nous avons enlevé une tranchée allemande entre Estrées et Belloy-en-Santerre : 60 prisonniers sont restés entre nos mains.
Sur la rive droite de la Meuse, après un violent bombardement, les Allemands ont prononcé une attaque sur nos positions à l'ouest et au sud de l'ouvrage de Thiaumont. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont brisé toutes les tentatives de l'adversaire. Quelques fractions ennemies, qui étaient parvenues jusqu'à nos tranchées, en ont été rejetées par de vives contre-attaques de nos troupes. Une attaque à la grenade nous a permis de progresser au sud de l'ouvrage de Thiaumont.
Les Allemands ont attaqué sur le front Vaux-Chapitre-le-Chenois. Sur ce dernier point, ayant pris pied dans nos éléments avancés, ils en ont été aussitôt rejetés. Ils ont subi, dans l'ensemble, de grosses pertes.
Le front britannique a été relativement calme.
Les Russes ont franchi le Koropecz, en Galicie, faisant un millier de prisonniers. Les Austro-Allemands, en se retirant, bombardent Brody.
Les Italiens ont infligé de lourdes pertes aux Autrichiens dans les Dolomites.
Les avant-postes serbes ont chassé les Bulgares d'un certain nombre de positions.
Sept zeppelins ont survolé l'Angleterre sans résultat.

 
Jeudi 3 août
Au nord de la Somme, nos troupes ont enlevé un ouvrage fortifié, puissamment tenu par l'ennemi, entre le bois de Hem et la ferme Monacu. Cet ouvrage renfermait une centaine de cadavres allemands. Nous avons déblayé 4 mitrailleuses.
Au sud de la rivière, une attaque faite par nous dans la région d'Estrées, nous a permis d'occuper une tranchée allemande au nord-ouest de Deniécourt et de faire des prisonniers. Toutes les contre-attaques ont été repoussées.
En Champagne, à l'est d'Auberive, une reconnaissance russe a chargé à la baïonnette un détachement ennemi qui s'est dispersé, laissant des morts sur le terrain.
Sur la rive gauche de la Meuse, bombardement de nos deuxièmes lignes au sud du Mort-Homme.
Sur la rive droite, nous avons effectué plusieurs attaques depuis la Meuse jusqu'au sud de Fleury. Dans le bois à l'est de Vacherauville, à l'ouest et au sud de l'ouvrage de Thiaumont, ainsi que dans le ravin au sud de Fleury, nos troupes ont enlevé plusieurs tranchées allemandes. Nous avons fait 600 prisonniers et capturé 10 mitrailleuses.
L'ennemi, de son côté, a gagné un peu de terrain à Vaux-le-Chapitre et au Chenois. Il a subi des pertes importantes.
Les Anglais ont progressé à l'est de Pozières et repoussé des attaques à l'ouest du bois des Foureaux. Ils ont détruit 7 emplacements de batteries et 6 dépôts de munitions près de Grandecourt.

 
 

Vendredi 4 août
Au nord de la Somme, nous avons repoussé plusieurs tentatives allemandes dirigées sur la ferme Monacu, et nous avons organisé nos nouvelles positions entre cette ferme et le bois de Hem. Il se confirme que les unités allemandes engagées dans la région de Monacu, ont dû être relevées à la suite des fortes pertes qu'elles ont subies depuis le 30 juillet.
Au sud de la Somme, une contre-attaque sur nos positions au sud d'Estrées a échoué sous nos feux.
Sur la rive droite de la Meuse, des contre-attaques allemandes violentes ont été prononcées sur les tranchées que nous avions conquises la veille. Nos tirs de barrage ont brisé les efforts de l'adversaire.
De notre côté, nous avons sérieusement progressé au sud de Fleury, puis enlevé toutes les tranchées comprises entre Thiaumont et Fleury jusqu'au sud-est de l'ouvrage de Thiaumont et aux abords de la cote 320, puis enfin, enlevé le village de Fleury lui-même. Depuis le 1er août, nous avons fait en cette région 1750 prisonniers valides.
Dans la région du Chenois, nous avons regagné presque tout le terrain perdu la veille.
Nos avions ont bombardé les gares de Ham et de Noyon. Des avions allemands ont jeté une bombe sur Nancy sans résultat, et plusieurs autres sur Pont-à-Mousson, sans résultat également. Quatre avions allemands ont été abattus dans la Somme.
Hindenburg prend le commandement suprême des forces ennemies contre la Russie.

Samedi 5 août
Sur la rive droite de la Meuse, la bataille s'est poursuivie sur le front Thiaumont-Fleury que les Allemands ont attaqué avec un acharnement extrême. Plusieurs contre-attaques à gros effectifs, prononcées sur nos positions aux abords de l'ouvrage de Thiaumont ont été repoussées avec de grosses pertes pour l'adversaire. Nos troupes, au cours de la lutte, sont même parvenues à enlever l'ouvrage, que nous avons ensuite évacué sous la puissance du bombardement, en ramenant 80 prisonniers faits par nous.
Dans la région de Fleury, les combats n'ont pas été moins violents; les Allemands ont multiplié des contre-attaques sur le village Chauvre, précédées d'une intense préparation d'artillerie. Après plusieurs tentatives infructueuses, ils ont pris pied dans la partie sud de Fleury où le combat continue très vif. Tous les efforts pour nous déloger de la station de Fleury, située au sud-est, se sont brisés contre notre résistance.
L'ennemi a attaqué également nos nouvelles positions à l'est de Vacherauville et n'a réussi qu'à subir de lourdes pertes.
Une attaque allemande, enfin, a été dispersée dans les Vosges, à la Chapelotte.
Les Russes ont livré de violents combats sur le Stokhod. Ils ont progressé en Arménie.
Sur le front anglais, le combat d'artillerie est violent autour d'Armentières.

Dimanche 6 août
Sur le front de la Somme, notre artillerie a bombardé les organisations ennemies. Un ballon captif ennemi, atteint par notre tir, a été détruit près de Ennemain (sud de Péronne).
Dans la région de Verdun, nous avons remporté plusieurs succès signalés.
Nous avons repris et gardé l'ouvrage de Thiaumont, en dêpit des furieuses contre-attaques que l'ennemi a dirigées contre nous. Les Allemands ayant d'abord réussi à progresser dans le village de Fleury, nous avons repris la plus grande partie de ce village par une brillante charge à la baïonnette, mais les Allemands y résistent encore dans un certain nombre de maisons. Nous avons fait en tout 400 prisonniers.
Les Anglais ont avancé dans la région de Pozières. La canonnade persiste, très violente, sur l'ensemble de leur front.
M. Bassermann, l'un des chefs du parti national-libéral allemand, et en même temps l'un des leaders du pangermanisme, a prononcé un discours significatif, où il insiste sur l'héroisme de nos troupes et la difficulté de nous vaincre.
Les Russes, en luttant âprement, ont encore obtenu des succès partiels.

Lundi 7 août
Nuit calme sur le front de la Somme.
Entre Avre et Aisne, nous dispersons plusieurs patrouilles en faisant des prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, violente canonnade dans le secteur Thiaumont-Fleury. Les Allemands tentent, par de furieuses contre-attaques, de nous chasser de l'ouvrage de Thiaumont que nous occupions solidement. La lutte, qui a été longue, a causé de lourdes pertes à l'ennemi: celui-ci a été repoussé à chacune de ses tentatives, sans pouvoir réaliser le moindre gain. Combat vif également dans le village de Fleury où aucun changement appréciable ne s'est produit.
A l'est de Pont-à-Mousson, les Allemands, après une préparation d'artillerie, ont lancé sur nos positions de la forêt de Sacq une attaque qui a échoué sous nos feux de mitrailleuses.
Sur le front de la Somme, nos aviateurs ont livré dix-sept combats et deux appareils ennemis ont piqué brusquement dans leurs lignes.
Deux avions allemands ont été abattus dans la région de Verdun, l'un près d'Abaucourt, et l'autre près de Moranville.
L'armée britannique a opéré une attaque locale au nord de Pozières. Cette tentative a totalement réussi. La position principale de deuxième ligne allemande a été capturée sur un front de 2 km, et nos alliés ont fait plusieurs centaines de prisonniers. Toutes les contre-attaques dirigées par l'ennemi ont été repoussées avec de grosses pertes pour lui.
Les Russes ont fait 1300 prisonniers au sud de Brody.

Mardi 8 août
Au sud de la Somme, deux petites opérations nous ont permis de progresser dans les tranchées allemandes au sud-ouest d'Estrées.
Au nord de l' Aisne, un coup de main de l'ennemi dirigé sur nos positions du plateau de Vauclerc, a échoué sous un barrage d'artillerie aussitôt déclenché.
Sur la rive droite de la Meuse, au cours de combats partiels, nous avons sensiblement élargi le terrain conquis par nous au nord-ouest de l'ouvrage de Thiaumont, et nous avons repoussé une contre-attaque dans la même région.
Dans la région de Fleury et les secteurs du Chapitre et du Chenois, la lutte d'artillerie a repris sans action d'infanterie.
Nos escadrilles ont lancé 40 obus sur la région de Combles, 44 sur la gare de Noyon, 30 sur celles de Stenay et de Sedan, 40 sur la gare de Conflans, 60 sur celle de Metz-Sablons et sur les ateliers du chemin de fer, 40 sur les établissements militaires de Rombach. Deux ballons captifs allemands ont été incendiés par nos avions sur la Somme. Un avion allemand a lancé 4 bombes sur Baccarat. Aucune perte.
L'ennemi a attaqué les positions conquises par les Anglais au nord-ouest de Pozières. Il a été refoulé avec pertes. Nos alliés ont progressé à l'est de Pozières, vers Martinpuich. Ils ont effectué un coup de main heureux près de Carency et de Loos.
Les Russes ont livré une série de combats victorieux au sud de Brody, sur le Sereth. Ils ont capturé 95 officiers et 3000 soldats. Ils ont également progressé au Caucase, à l'ouest d'Erzindjan, en faisant des prisonniers. Ils ont bombardé Samsoun, dans la mer Noire.
Victoire anglaise à Kousani (frontière orientale d'Egypte). Il y a 2500 prisonniers turcs et allemands.

Mercredi 9 août
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont bombardé avec violence l'ouvrage de Thiaumont, nos positions de Fleury, du bois Chapitre et du Chenois. Ils ont lancé ensuite une attaque sur l'ouvrage de Thiaumont. Arrêté par nos tirs de barrage, l'ennemi n'a pu déboucher et a été rejeté dans ses tranchées de départ.
Dans le bois de Vaux-Chapitre s'est produite également une action offensive. Brisée par nos tirs d'artillerie et nos feux de mitrailleuses, elle a totalement échoué.
La situation n'a pas changé sur les deux rives de la Somme. Le bombardement réciproque se poursuit entre l'Ancre et la Somme sur les premières lignes, ainsi que sur les lignes de soutien.
L'ennemi a prononcé diverses contre-attaques à l'est de Pozières, elles ont toutes été repoussées avec pertes pour l'assaillant; nous gardons le terrain conquis, dit le communiqué anglais. Nos alliés ont exécuté un coup de main heureux contre les tranchées ennemies à l'est de Neuville-Saint-Vaast. Les Allemands en ont tenté un sur les tranchées anglaises au sud-est du bois Grenier. Ils ont été repoussés avec pertes.
Le nombre des prisonniers faits par les Russes au sud de Brody dépasse 5500.
Les Italiens ont remporté des succès dans le val Sugana et dans le Haut-Cordevole.


Canon de 149 élevé au-dessus de Polazzo, dans le Carso
 
Jeudi 10 août
Nous avons réalisé quelques gains au nord de la Somme où nous nous sommes emparés d'un petit bois et d'une tranchée fortement organisée par l'ennemi au nord du bois de Hem. Nous avons conquis, dans cette région, depuis le 7, toute une ligne de tranchées sur un front de 5 kilomètres.
Des détachements ennemis ont été dispersés par notre feu en Champagne.
Violent combat sur la rive droite de la Meuse dans le secteur Fleury-Thiaumont. L'ennemi avait pris pied dans quelques tranchées et dans l'ouvrage de Thiaumont. Nos contre-attaques nous ont permis de reprendre les tranchées et de rentrer dans l'ouvrage.
De même, nous avons enlevé des tranchées allemandes dans le secteur le Chapitre-le-Chenois, faisant 200 prisonniers.
Un taube a bombardé Nancy : 5 blessés.
Les Russes, avançant sur le Sereth, ont porté à 8500 le nombre de leurs prisonniers.
Au sud du Dniester, ils ont progressé sur un large front, enlevant la ville de Thonacz. De ce côté, ils ont capturé 2000 Allemands et plusieurs canons lourds.
Les Italiens, qui ont pris l'offensive dans le Carso, près de Monfalcone, ont remporté un brillant succès. Ils ont capturé la tête de pont de Goritz dans la même région, faisant 8000 prisonniers, dont 200 officiers : 11 canons sont tombés entre leurs mains.

 
Vendredi 11 août
Au nord de la Somme, nous avons réoccupé complètement, au nord du bois de Hem, une tranchée où l'ennemi avait pris pied. Cette action nous a valu de faire 50 prisonniers.
Au nord du bois de Hem, nous avons continué à progresser, et un vif combat se déroule à notre avantage.
L'ennemi, après une série d'attaques infructueuses, a repris pied dans l'ouvrage de Thiaumont. Nous avons progressé à la grenade dans Fleury et nous restons aux abords immédiats de l'ouvrage de Thiaumont.
Dans la région de Chaulnes, violente lutte d'artillerie, notamment entre Lihons et la voie ferrée de Chaulnes. Les Allemands ont été partout repoussés.
Un de nos pilotes a forcé un avion allemand à atterrir devant nos lignes près de Lérouville. Six autres avions ennemis ont dû descendre précipitamment sur la Somme. Un de nos appareils a bombardé la poudrerie de Rothercel sur le Neckar. D'autres ont opéré sur les gares d'Audun-le-Roman, de Longuyon, de Montmédy, sur les voies ferrées de Tergnier et la gare de La Fère.
Les Italiens sont entrés dans Gorizia,l'ennemi en déroute a laissé quant à présent 11.OOO prisonniers entre leurs mains. Les Russes ont progressé au sud du Dniester. Ils ont pris la ville de Tysmenitza et capturé plusieurs milliers d'ennemis.

 

Grande tranchée couverte ou "Trincerone" au dessus de Castelnuovo
 

Samedi 12 août
Au nord de la Somme, nous avons, au cours de la nuit, accompli des progrès dans la région du bois de Hem et porté à une centaine le nombre de nos prisonniers. Nous avons capturé 6 mitrailleuses.
Au sud de la Somme, une reconnaissance allemande, qui tentait d'aborder nos lignes en faisant usage de liquides enflammés, a été dispersée à l'ouest de Vermandovillers.
Sur la rive droite de la Meuse, bombardement intermittent de la région de Fleury et de Vaux-Chapitre.
Dans les Vosges, un coup de main ennemi, précédé d'un bombardement, sur un saillant de nos lignes au nord-ouest d'Altkirch, n'a eu aucun succès et a causé des pertes aux assaillants.
Nous avons abattu un avion allemand sur le front de la Somme; deux autres ont été contraints d'atterrir. Nos escadrilles ont jeté des obus sur le front de Lassigny-Combles, sur les gares de Digny, d'Apilly, de Bazincourt et de Spincourt.
Les Anglais ont poursuivi leur progression au nord-ouest de Pozières, exécuté un coup de main heureux au sud d'Arras et repoussé une tentative analogue de l'ennemi près d'Hulluch.
Les Russes, après leur grand succès de Tysmenitza, ont continué d'avancer vers Stanislau en faisant des prisonniers.
Les Italiens, maitres de toute la rive gauche de l'Isonzo, de Tolmino jusqu'à la mer, ont dirigé des raids de cavalerie sur les lignes ennemies. Les prisonniers continuent à affluer dans leurs centres de concentration; on en compte plus de 12.500.

Dimanche 13 août
Au nord de la Somme, une brillante attague de notre infanterie a parfaitement réussi. Plusieurs tranchées allemandes ont été prises par nos troupes, qui ont établi leurs nouvelles lignes sur la croupe située au sud de Maurepas et le long de la route qui va de ce village à Hem.
Au nord du bois de Hem, une carrière puissamment fortifiée par l'ennemi et deux petits bois sont tombés en notre pouvoir. Nous avons fait 150 prisonniers et pris 10 mitrailleuses.
Sur le front de Verdun, bombardement de la région de Chattancourt et du secteur Thiaumont-Fleury.
Un avion ennemi a été abattu en flammes dans nos nos lignes au sud de Douaumont par un pilote de l'escadrille américaine.
Les Russes ont enfoncé l'armée du général von Bothmer. Sur la rive droite du Sereth, ils ont capturé 104 officiers et 4872 soldats; dans la partie sud de Monasteritza, ils ont pris 2500 hommes, dont un colonel; sur la Zlota-Lipa, leur butin a été de 1000 hommes.
L'armée italienne a progressé largement sur le Carso, à l'est de Monfalcone, sur le plateau de Doberdo et à l'est de Gorizia.
Les Anglais se sont avancés au nord de Bazentin-le-Petit ; ils ont ensuite rejeté toutes les contre-attaques ennemies; ils ont progressé également au nord-ouest de Pozières.


Sous-marin allemand pêché par les anglais 
Lundi 14 août
Après une série de combats préparatoires, au nord de la Somme, nos troupes sont passées à l'attaque de la troisième position allemande, qui s'étendait depuis l'est d'Hardécourt jusqu'à la Somme, à hauteur de Buscourt. Sur ce front de 6 kilomètres et demi, notre infanterie a enlevé toutes les tranchées et les ouvrages fortement organisés par l'ennemi sur une profondeur de 600 à 1000 mètres.
Nous avons pénétré dans le village de Maurepas, dont la partie sud et le cimetière sont en notre pouvoir. Nous avons porté nos lignes sur les pentes sud de la cote 109 et sur la croupe à l'ouest de Cléry. Dès à présent 1000 prisonniers valides sont dénombrés: nous avons, en outre, capturé 50 mitrailleuses.
Toutes les contre-attaques ennemies ont été brisées.
Sur le Carso, les Italiens ont dépassé le Vallone et occupé Oppachiasella. Ils ont pris 270 hommes et 3 canons.
Autour de Goritz, les Autrichiens, renforcés, résistent à l'est de la ville en se servant de leur grosse artillerie. Les alpins italiens ont conquis une nouvelle position sur la Tofana, dans les Dolomites.
Les aviateurs anglais ont bombardé les hangars de zeppelins de Bruxelles, les voies ferrées de Mons et de Namur, les gares de Busigny et de Courtray.
Les Russes sont entrés dans Stanislau et ont progressé sur le Sereth. Du 5 au 10, ils ont fait 13000 prisonniers dans ce secteur, la seule journée du 10 en ayant donné 5000. Près de Monasteritza, leur butin a été de 2500 hommes; il a été de 1000 sur la Zlota-Lipa.

 


Mardi 15 août
Nos troupes se sont consolidées sur le terrain conquis au nord de la Somme. Une contre-attaque allemande venue de Combles et dirigée sur l'église et le cimetière de Maurepas, que nous occupons, a été arrêtée par nos feux de mitrailleuses, qui ont infligé de fortes pertes à l'ennemi. 80 prisonniers sont restés entre nos mains.
Sur la rive droite de la Meuse, nous avons légèrement progressé au sud-est de Fleury. L'ennemi a tenté, dans la même région, quelques petites attaques aisément repoussées.
Nos escadrilles de bombardement ont jeté 120 obus de gros calibre sur la gare de Metz-Sablons, les ateliers du chemin de fer, et les casernes de Metz.
Les Russes ont fait tomber le dernier secteur du rempart puissamment fortifié que l'ennemi avait créé depuis le Pripet, jusqu'à la frontière roumaine.
Les troupes des généraux Tcherbatchef et Sakharof se sont emparées de plusieurs villages organisés et de toute la ligne de la Strypa. Le général Letchitsky a occupé la ville de Nadvosigar et franchi la rivière Bistriza.
Les Anglais ont repoussé une attaque à la grenade au sud-ouest de Guillemont. Ils ont dispersé des concentrations ennemies au nord de Pozières.
Les troupes italiennes ont remporté de nouveaux succès sur l'Isonzo inférieur. Elles ont progressé au delà du Vallone et fait 1565 prisonniers sur la hauteur du Nadligem, et 533 autres à l'est de Gorizia.
Des avions autrichiens ont bombardé Gradin-Compulto.

Mercredi 16 août
Au nord de la Somme, canonnade assez vive dans la région de Maurepas. Nuit calme sur les autres secteurs.
Au sud de la Somme, nous avons élargi nos positions au sud-ouest d'Estrées, en enlevant plusieurs éléments de tranchées à gauche du chemin de Fay à Deniécourt. Nous avons fait des prisonniers.
Sur la rive gauche de la Meuse, on signale quelques escarmouches à la grenade aux abords du réduit d'Avocourt. Une tentative des Allemands sur nos tranchées à l'est de la cote 304 a été enrayée par nos mitrailleuses.
Sur la rive droite, nos grenadiers ont repoussé deux attaques, l'une dans le village de Fleury, l'autre sur nos positions au sud-est.
Reims a été bombardée par avions: 6 civils ont été tués.
Sur le front britannique, un coup de main a réussi à l'ouest de Pozières.
Les Russes ont infligé un échec a l'ennemi sur la rive occidentale du Stokhod. Ils ont refoulé les Autrichiens sur le Sereth supérieur. Dans la région de la Strypa moyenne et de la Koropietz, ils ont progressé, puis ils ont atteint la rive nord du Dniester, près de Mariampol. Ils dénombrent leurs prisonniers : 83.000 depuis le 4 août dernier.
L'offensive turque continue près d'Hamadan, en Perse.
Les Italiens ont défoncé une nouvelle ligne de retranchements sur le Carso, en faisant 800 prisonniers.
Les Autrichiens ont bombardé Monfalcone par avions sans y faire d'ailleurs ni victimes, ni dégâts.

Jeudi 17 août
Sur le front de la Somme, grande activité de notre artillerie, au nord de la rivière et dans la région au sud de Belloy, d'Estrées et au nord de Lihons.
Au nord de l'Aisne, un détachement ennemi a pénétré, après un vif bombardement, dans un petit saillant de notre ligne au nord-ouest de Beaulne : il en a été chassé par notre contre-attaque.
Sur la rive droite de la Meuse, une série d'actions de détail nous a permis d'enlever des éléments de tranchées allemandes sur un front de 300 mètres et une profondeur de 100. Les contre-attaques ennemies ont été enrayées par nos feux de barrage.
Progrès russes sur le Sereth. Sur la Zlota-Lipa, nos alliés se sont approchés de son affluent, la Stani-Tesemouve et ont passé sur la rive occidentale. Dans la région du Dniester, ils ont pris le village de Toustobaba, qui était entouré de rangées ininterrompues de tranchées avec de nombreux boyaux de communication.
Les Anglais ont réoccupé la presque totalité des tranchées où l'ennemi s'était installé au nord-ouest de Pozières. Ils ont pénétré dans les tranchées allemandes près de la ferme du Mouquet. Un coup de main dirigé par eux au sud d'Armentières, a provoqué dans les lignes ennemies un désordre que leur artillerie a mis à profit.
Le général Cadorna a fait de nouveaux Progrès dans le Calso et à l'ouest de Gorizia. Il a capturé 1700 Autrichiens.

Vendredi 18 août
Sur le front de la Somme, après une intense préparation d'artillerie, nous avons prononcé des actions offensives qui nous ont valu des gains importants.
Au nord de Maurepas, nos troupes, en liaison avec l'armée britannique, ont enlevé toute une ligne de tranchées allemandes sur un front de 1500 mètres environ et ont atteint, sur certains points, la route de Guillemont à Maurepas. Au sud de ce village, sur un front de 300 à 500 mètres, toutes les positions de l'ennemi à l'est de la route de Maurepas à Cléry ont été également occupées par notre infanterie après un vif combat qui a coûté des pertes importantes à l'ennemi.
Au sud de la Somme, nos troupes se sont emparées d'un seul élan d'un système de tranchées allemandes sur une longueur de 1200 mètres au sud de Belloy-en-Santerre : 60 prisonniers ont été capturés.
Le passage des troupes russes a continué sur la Zlota-Lipa, sous le feu de l'ennemi qui s'efforce d'empêcher la construction des ponts. Nos alliés ont capturé 7 officiers, 413 soldats et 3 mitrailleuses. Ils ont occupé dans les Carpathes Jablonika que l'ennemi avait du évacuer. Au sud de ce point, sur le Pruth, à Vovokla-Argoliouj, ils ont pris 32 officiers et 1006 soldats en poursuivant leur offensive.

Samedi 19 août
Sur le front de la Somme, l'ennemi n'a tenté aucune réaction. Nos troupes organisent les positions conquises. Au cours des dernières opérations, elles ont capturé 200 hommes et 5 mitrailleuses.
Violent combat d'artillerie dans la région au nord de Maurepas et dans le secteur de Belloy-en-Santerre.
Sur le front anglais, la lutte d'artillerie s'est poursuivie avec activité, spécialement à l'aile droite. L'ennemi a lancé sur l'ouvrage de Pozières de terribles et violentes contre-attaques qui se sont déployées sur un large espace et ont mis en jeu des forces considérables. Six vagues successives ont été refoulées avec de très grandes pertes. L'artillerie et les mitrailleuses britanniques ont exécuté des tirs meurtriers, Nulle part, les Allemands n'ont réussi à aborder les lignes de nos alliés.
Au nord-est de Bazentin, une centaine de mètres de tranchées ennemies sont tombées aux mains des Anglais. Ils ont fait quelques prisonniers, en repoussant une contre-offensive descendue de Martinpuich. Ils ont abattu un avion allemand près de Pozières.
Les Italiens ont brisé une contre-offensive sur le Carso et fait 100 prisonniers. Leurs escadrilles ont bombardé la voie ferrée de Gorizia à Trieste.
Le général russe pezobrazoff a fait, au cours de ses récentes opérations, 7500 prisonniers dont 108 officiers.

Dimanche 20 août
Au nord de la Somme, nos feux ont brisé plusieurs tentatives de contre-attaques ennemies; nous avons fait des prisonniers. Après quoi, nous avons enlevé, au cours d'un brillant assaut, une notable partie du village de Maurepas, ainsi que le calvaire situé au sud-est. Nous avons, durant cette opération, capturé 200 Allemands valides. Entre Maurepas et la Somme, nous avons élargi nos positions à l'est de la route de Maurepas à Cléry.
Sur la rive droite de la Meuse, après un violent combat, nous avons chassé les Allemands de la partie du village de Fleury qu'ils occupaient. Quelques fractions ennemies se maintiennent encore à la lisière est, dans un pâté de ruines. Nous avons fait 50 prisonniers dont un officier. Nous avons ensuite continué notre offensive en chassant l'ennemi de deux redoutes fortifiées au nord-ouest de l'ouvrage de Thiaumont. Ici, nous avons fait 100 prisonniers parmi lesquels 5 officiers. Nous avons progressé aux abords de la route du fort de Vaux, à l'est du bois de Vaux-Chapitre.
Les Anglais ont continué leur avance dans la direction de Guinchy et de Guillemont. Ils ont fait plus de 200 prisonniers dont un certain nombre d'officiers.
Les Italiens ont repoussé une attaque dans la zone du Tonali et deux autres offensives sur le Fredo et le Cedro. Ils ont bombardé la gare de Sillian, dans le Pusterthal.
Les Russes ont refoulé avec de grosses pertes pour l'ennemi une attaque autrichienne sur la Zlota-Lipa. Ils ont progressé sur le Bistrica.

Lundi 21 août
Au nord de la Somme, violentes attaques ennemies. Les Allemands avaient réussi à prendre un élément de tranchée au nord de Maurepas; nons les en avons débusqués. 50 prisonniers ont été faits par nous. Lutte très vive d'artillerie au sud de la Somme (Belloy, Estrées).
Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands ont dirigé deux attaques à la grenade sur un saillant au nord-est du réduit d'Avocourt et sur nos tranchées de la cote 304. Ils ont été partout refoulés avec de grosses pertes.
Sur la rive droite, de vifs combats se sont poursuivis. Nos troupes ont conquis pied à pied l'îlot de maisons en ruines que l'ennemi occupait encore à la lisière de Fleury. Tout le village est en notre possession, en dépit de vives contre-attaques allemandes. Lutte à la grenade dans le secteur Vaux-Chapitre. Le chiffre de nos prisonniers dans la région excède 300.
Les Anglais ont poursuivi leur avance vers Guillemont et Guinchy.
Les Russes ont progressé dans la région du Stokhod, en faisant 600 prisonniers.
Le contact s'accentue sur le front de Salonique. Dans la région de Doiran, les Anglais ont pris une hauteur et nous avons capturé une série de villages.
Les Serbes ont contre-attaqué les Bulgares débouchant du village de Florina.

Mardi 22 août
Au nord de la Somme, dans le bois enlevé par nos troupes, entre Maurepas et Guillemont, nous avons capturé six canons de 77. Nos batteries ont exécuté de nombreux tirs sur les organisations allemandes au nord et au sud de la rivière. ll n'y a eu aucune action d'infanterie.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont prononcé une forte attaque accompagnée de jets de liquides enflammés sur le village de Fleury; nos tirs de barrage et nos tirs d'infanterie ont arrêté net l'adversaire, qui a subi des pertes sérieuses.
Nos avions de chasse ont livré de nombreux combats: deux appareils ennemis ont été abattus, l'un dans-la region de Denicourt, l'autre près de Berny.
Vive lutte à coups de bombes sur le front belge, près de Dixmude.
Canonnade sur le front italien.
Les Russes ont progressé sur le Stokhod, en faisant 1400 prisonniers, et dans les Carpathes.
Un engagement naval a eu lieu en mer du Nord. Les Anglais ont coulé deux sous-marins et ont perdu deux croiseurs légers.
Les forces alliées de Salonique ont pris l'offensive sur tout le front; le contingent italien ayant débarqué. A l'aile droite, les Franco-Anglais ont franchi la Strouma, au nord-ouest de Sérès. Au centre, vive action d'artillerie sur le Vardar. A la gauche, entre la Cerna et la Moglenica, les Serbes ont enlevé des tranchées bulgares, à l'extrême gauche, ils ont évacué Banica.

  Mercredi 23 août
Lutte d'artillerie sur les deux rives de la Somme et à Verdun (région de Fleury).
Grâce à un coup de main heureux, près de Maurepas, nous avons fait quelques prisonniers. Nous avons repoussé des attaques à la grenade sur un de nos ouvrages dans le bois de Vaux-Chapitre.
Les Anglais ont marqué une avance sensible, sur un front de 800 mètres, dans le voisinage de Pozières, s'établissant à la croisée des chemins en bordure de la ferme de Moquet. Ils ont ensuite progressé sur la droite de la route Pozières-Miraumont. Ils ont gagné 100 mètres de tranchées entre Martinpuich et Bazentin et ont fait un coup de main heureux au sud de Guillemont, ramenant une mitrailleuse. Au saillant de Leipzig, ils ont accentué leurs gains et ont porté leurs positions à un kilomètre de Thiepval. Ils ont capturé 164 ennemis.
Sur le front d'Orient, la lutte est acharnée. Les Franco-Anglais ont bombardé les positions bulgares du lac Doiran et occupe les contreforts méridionaux des monts Belès. Sur la droite du Vardar, les troupes françaises se sont installées sur une ligne de hauteurs près de Ljumnica; l'armée serbe a progressé entre Cerna et Moglenica. L'infanterie a partout atteint ses objectifs.
Aux deux ailes, à l'ouest de Sérès, et sur le lac d'Ostrovo, l'ennemi a refoulé nos détachements avancés.

 


Jeudi 24 août
Violente lutte d'artillerie au nord et au sud de la Somme (secteurs de Belloy et d'Estrées).
Sur la rive droite de la Meuse, une attaque brillamment menée par nos troupes contre les positions allemandes entre Fleury et l'ouvrage de Thiaumont, nous a permis de réaliser un sensible progrès. Nous avons fait environ 200 prisonniers dont 2 officiers.
Deux avions ont été abattus, l'un par l'adjudant Dorme, au nord-est de Chaulnes, l'autre dans la région de Roye.
Les Anglais ont repoussé deux contre-attaques contre leurs nouvelles tranchées, au sud de Thiepval. Ils ont exécuté avec succès un petit coup de main près de Lens. Ils ont gagné 200 mètres de tranchées dans la région de la Somme et abattu six avions allemands.
Sur le front d'Orient, les armées alliées ont, au centre, maintenu et consolidé toutes les positions conquises entre la Moglenica et le massif du Belès. Les Serbes ont progressé au nord de Strupino, et nous avons repoussé une attaque à Palui. Aux deux ailes, l'offensive bulgare a été enrayée.
Les Italiens ont conquis des cimes dans les Dolomites.

Vendredi 25 août
Au nord de la Somme, nos troupes ont attaqué hier les positions allemandes de la région de Maurepas, et, après avoir enlevé d'un seul élan, la partie du village que l'ennemi occupait encore et les tranchées avoisinantes, ont porté leur ligne à 200 mètres au delà sur un front de 2 kilomètres, de la voie ferrée au nord du village jusqu'à la croupe 121 au sud-est. Nous avons capturé 200 hommes et 10 mitrailleuses.
Sur la rive droite de la Meuse, l'ennemi a contre-attaqué notre nouveau front, entre Thiaumont et Fleury. Il a été arrêté par nos feux.
Les Anglais ont repoussé une puissante attaque allemande entre la gare de Guillemont et la Carrière. Cette attaque a été suivie d'un bombardement intense. Un coup de main allemand a èchoué près de la redoute Hohenzollern. Un coup de main anglais a réussi a la Bassée.
Les Russes ont arrêté une attaque austro-allemande sur le Stokhod. Dans la direction de Mossoul, ils ont détruit une division turque.

Samedi 26 août
Sur le front de la Somme, nous avons poursuivi nos tirs d'artillerie sur les organisations allemandes. Le chiffre de nos prisonniers atteint maintenant 600. Huit nouvelles mitrailleuses ont été retrouvées dans la partie de Maurepas que nous avons enlevée.
Au sud-est de Saint-Mihiel, une tentative allemande sur la croix Saint-Jean, a été arrêtée par nos feux. Une autre attaque sur nos positions du bois d'Ailly a également échoué.
Les troupes anglaises sont arrivées à la hauteur de celles des nôtres qui ont réalisé l'avance sur le village de Maurepas. A la suite d'un violent combat, elles ont progressé de part et d'autre de la route de Longueval-Flers. Cette opération leur a valu 187 prisonniers dont 8 officiers. Elles ont également avancé dans le secteur de Thiepval, faisant 105 prisonniers. Elles ont réussi des coups de main heureux au nord de Neuville-Saint-Vaast, près d'Hulluch et d'Aubers.
Sur le front d'Orient, des détachements anglais ont remonté la rivière Augista et fait sauter des ponts. Cavalla et Doiran n'ont pas été attaquées par les Bulgares.
Fusillade sur la Strouma. Les troupes serbes ont progressé dans la région de Kukurus. Elles ont fait plusieurs centaines de prisonniers au nord-ouest du lac d'Ostrovo.

Dimanche 27 août
Sur le front de la Somme, luttes d'artillerie très vives au nord de Maurepas et à l'ouest de Cléry.
Canonnade intermittente sur le reste du front.
Les Allemands, sur le front belge, ont essayé de franchir le canal près de Hetsas. Les Belges les ont repoussés avec de lourdes pertes. L'ennemi a bombardé les premières lignes anglaises sur tout le front de l'Ancre.
Il a attaqué les positions britanniques à l'ouest de Guillemont, entre les carrières et la route Montauban-Guillemont. Il a été refoulé avec lourdes pertes. Nos alliés ont accentué leur avance près de la ferme du Moquet et ont pris 400 mètres de tranchées.
Les forces allemandes ont déclanché une attaque au sud de Thiepval. Elle a été exécutée par la garde prussienne dont l'assaut a été brisé. Les pertes de l'ennemi sont élevées.
En Macédoine, l'artillerie anglaise a bombardé les positions adverses de la rive gauche de la Strouma. Au nord-ouest de Kukurus, les Bulgares ont attaqué six fois vers Vetrenik. Ils ont subi un sanglant échec. Ils en ont subi un autre au nord de la route d'Ostrovo. Nous avons progressé à l'ouest du lac d'Ostrovo. Des engagements partiels au sud du lac se sont terminés à l'avantage des Serbes.


Les premiers effets de l'action roumaine



L'artillerie quitte Bucarest


 
 
Fantassins aiguisant leurs baïonnettes
 
un garde-voies roumain à son poste
 
Lundi 28 août
Sur le front de la Somme, le mauvais temps persistant gêne les opérations.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont dirigé trois attaques successives sur nos positions du bois de Vaux-Chapitre. Arrêté chaque fois par nos tirs, l'ennemi a dû regagner ses tranchées de départ après avoir subi des pertes sensibles.
En Lorraine, plusieurs coups de main ennemis sur nos petits postes entre Arracourt et Embermesnil ont été aisément repoussés.
En forêt d'Apremont, nos grenadiers ont livré des combats assez vifs contre des patrouilles ennemies qu'ils ont dispersées. Les Allemands ont attaqué sur un front de 800 mètres nos tranchées vers la croix Saint-Jean. Ils ont subi un échec complet.
Les Anglais ont réalisé des progrès au nord-ouest de Ginchy. Bombardement ennemi intense près de Longueval. Nos alliés ont fait 59 prisonniers au sud de l'Aisne.
En Macédoine, notre artillerie a dispersé un bataillon bulgare. L'ennemi a renouvelé sans succès ses tentatives contre Vetrenik. Deux monitors et un croiseur anglais ont bombardé les forts de Cavalla, occupés, sauf un, par les Bulgares.
L'Italie a déclaré la guerre à l'Allemagne par l'intermédiaire de la Suisse.

Mardi 29 août
La Roumanie a déclaré la guerre à l'Autriche-Hongrie, et les premiers combats sont engagés à la frontière.
Sur le front de la Somme, vive activité d'artillerie dans la région d'Estrées, de Belloy-en-Santerre et de Lihons.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont dirigé sur nos positions à l'est de Fleury, une attaque qui n'a obtenu aucun résultat. L'artillerie allemande, contrebattue par la nôtre, a bombardé nos tranchées du bois de Vaux-Chapitre.
L'artillerie anglaise à longue portée a pris sous son feu les troupes et les convois allemands entre Bapeaume et Miréavucourt. Elle s'est montrée également très active en face de Calonne et de Neufchâtel, entre Auchy et la redoute de Hohenzollern. Nos alliés ont fait 137 prisonniers.
Sur le front d'Orient, combat d'artillerie de la Strouma à Lionnica. A l'est de la Cerna, les Serbes ont réalisé de serieux progrès du côté de Vetrenik.
Trois attaques bulgares sur la route de Banica à Ostrovo ont été repoussées avec des pertes importantes pour l'ennemi.
L'Allemagne a déclaré la guerre à la Roumanie où le roi a proclamé la mobilisation générale.

Mercredi 30 août
Le mauvais temps gêne les opérations sur notre front.
Sur le front britannique, on ne signale qu'une action d'infanterie au cours de laquelle un détachement ennemi s'est approché des tranchées de nos alliés, près du moulin de Pozières et en a été aussitôt rejeté.
Les Allemands ont bombardé violemment le bois Delville, les abords du moulin de Pozières, les bois d'Authuille et de Thiepval. Activité d'artillerie de part et d'autre près de la redoute de Hohenzollern en face de Guinchy et de Givenchy et dans le saillant d'Ypres.
En Orient, activité d'artillerie dans la région du lac Doiran et sur les rives du Vardar, où nous avons détruit le parc d'aviation de Argenci. Nous progressons vers Lomnica, tandis que l'armée serbe continuait son avance sur Vetrenik.
Le maréchal von Hindenburg est nommé chef de l'état-major général allemand en remplacement du général von Falkenhayn.
La Turquie a déclaré la guerre à la Roumanie.

 
Général Falkenhayn
 

Jeudi 31 août
Sur le front de la Somme, activité moyenne d'artillerie. Le mauvais temps continue.
En Lorraine, dans le secteur de Reillon, des détachements ennemis ont, par deux fois, tenté d'approcher nos lignes; nos tirs de barrage les ont repoussés.
L'artillerie tonne sans discontinuer sur tout le front de Macédoine où l'on ne signale, toutefois, aucune opération importante.
les Italiens, au cours d'avances partielles sur le Haut-Boite et dans les Alpes de Fassa, ont capturé un certain nombre de prisonniers.
Les Russes ont progressé dans les Carpathes boisées, à la frontière hongroise, et fait plusieurs centaines de prisonniers en Asie Mineure.
L'avance roumaine est générale à l'ouest des Alpes transylvaines et sur le bas Danube.
Les ministres de l'Entente ont fait une démarche à Athènes, auprès de M. Zaïmis.
Un meeting sur l'entrée en guerre de la Grèce a eu lieu à Salonique.